Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 26 avril 2005

Taxi urbain



Des taxis ? Shanghai, il y en a partout, de toutes les couleurs, de toutes les compagnies, avec le nombre d'?toiles qu'on veut. Allons-y pour un petit debriefing.

Ils y auraient 42000 taxis shanghaiens, alors que Paris en compte 14900 (chiffre fix? par arr?t? pr?fectoral de 1990) et New York 11787 depuis 1937 !

Ils existent 8 couleurs de taxis diff?rentes dans Shanghai. Les compagnies ayant plus de 1000 voitures en circulation ont le droit de choisir leur propre couleur d'apparat. Ces compagnies et leur couleur associ?e sont :
1 - Dazhong (Turquoise)
2 - Qiangsheng (Jaune)
3 - Jinjiang (Blanc)
4 - Bashi (Vert clair)
5 - Nonggongshang

Les compagnies poss?dant entre 200 et 1000 voitures ont h?rit? du "bleu union". Les voitures des plus petites compagnies (au nombre d'environ 300) poss?dant entre 40 et 100 taxis ont la carrosserie peinte en "indian red". Il se dit qu'il vaut mieux ?viter de monter dans les taxis rouges tant le service y est mauvais.

Mais ! comme tout chauffeur de taxi rouge n'est pas fonci?rement mauvais, une derni?re couleur fut cr??e permettant d'identifier les chauffeurs des petites compagnies offrant un niveau de service tr?s honorable. Les voitures de ces "rep?ch?s" sont peintes en "France red".

Voil? pour ce qui est de la classification officielle. Cependant il y a un autre moyen de s'assurer du degr? de comp?tence d'un chauffeur de taxi : le nombre d'?toiles au tableau de bord !

Si vous avez la chance de grimper dans un taxi shanghaien un jour, vous pourrez remarquer que sur la boite ? gants, sous le compteur, est fix? l'immatriculation personnelle du chauffeur. En fonction de l'exp?rience de ce chauffeur, il y aura de 0 ? 5 ?toiles.

0 ?toile : ? ?viter. Il s'agit du paysan qui arrive dans la grande ville et qui se met au volant pour gagner un peu de sous. Il ne conna?t rien, il ne sait pas o? se trouve la gare, pas plus que la mairie. En revanche, le personnage est tout dispos? ? discuter avec les passagers.

1 ?toile : Toujours assez bavard, ce chauffeur fait ses classes doucement mais s?rement. Il ne prendra peut ?tre pas le chemin le plus court pour vous emmener l? o? vous le souhaitez mais vous arriverez ? bon port.

2 ?toiles : Ce chauffeur est dans la force de l'?ge. La ville commence ? le conna?tre, il klaxonne ? tue-t?te pour montrer aux autres qu'il faut pas la lui faire ? lui, il a le coup de volant brusque, ce n'est plus un bleu. Parfois il discute encore avec le client, sinon il ?coute la radio.

3 ?toiles : La conduite de du chauffeur 3 ?toiles commencent ? devenir f?line. Il conna?t la ville. Il sait anticiper les conneries de ces confr?res moins grad?s que lui. Il commence ? devenir avare en paroles. La radio prend de plus en plus le relais.

4 ?toiles : L? se situe un vrai seuil. N'est pas 4 ?toiles qui veut. On ne devient pas 4 ?toiles "dans la suite logique des choses", oh que non. Il fait passer un examen et prouver qu'apr?s des milliers de kilom?tres dans la cit?, cette derni?re n'a plus de secret pour le pr?tendant. Monter en 4 ?toiles, et vous arriverez plus vite que jamais ? bon port. Dans un style ?nergique si la circulation l'impose mais le principal est bien d'arriver. Le chauffeur 4 ?toiles commence ? all?ger l'utilisation qu'il fait du klaxon, pr?f?rant plut?t ruser au nez et ? la barbe de ses petits camarades en se faufilant efficacement dans la circulation.

5 ?toiles : Le must. Alors l?, on change encore de classe. Le chauffeur rev?t les gants blancs. Oui monsieur. Il s'enfonce dans un silence reposant pour lui et le passager. La radio diffuse un doux programme. Le 5 ?toiles est blas?, il ne klaxonne plus. La voiture agile serpente simplement au plus rapide entre les files de voitures embouteill?es. Le 5 ?toiles a la ville dans la peau, il la conna?t dans ses moindres recoins. Il n'y pas plus de soucis ? se faire, assis ? l'arri?re d'un 5 ?toiles, vous ?tes un touriste privil?gi?.

Quand vous monterez dans les taxis de cette ville, gardez ?galement en m?moire qu'il y a 2 chauffeurs par voiture (ce qui veut aussi dire que certains laissent la plaque du coll?gue, poss?dant un nombre plus ?lev? d'?toiles, en place pour leurrer le client... arf, les gredins), et qu'ils s'?changent le volant toutes les 18 heures. Rien que ?a. Parce que s'il faisait des rondes 12 heures, il y en a un qui conduirait toujours la nuit et l'autre, toujours le jour. Alors pourquoi ne pas plut?t faire des tourn?e de 9 heures ? 9 heures, ?a ressemble ? une journ?e de travail raisonnable... et bien parce qu'ils pr?f?rent 18. C'est comme ?a. Je ne suis pas all? v?rifier si pendant qu'un chauffeur conduit, l'autre dort dans le coffre.

Le meilleur moment pour prendre le taxi selon moi, c'est la nuit apr?s 1 heure du matin. Le m?tro fermant assez t?t (23 heures), il faut attendre encore 2 heures suppl?mentaires pour que la majorit? des taxis se retrouve de nouveau disponible. Il suffit alors de descendre sur un boulevard, d'agiter le bras, et en moins de 5 secondes, c'est au moins 3 voitures qui vous foncent dessus. Le prix de la course nocturne n'exc?de g?n?ralement pas 2,5 ? euros pour un trajet de 10 minutes du centre vers la p?riph?rie proche.

Et si vous tombez sur un chauffeur 0 ou 1 ?toile dispos? ? parler un peu, vous pourrez m?me essayer de lui faire dire "Tour Eiffel" ou "Champs Elys?es" pour rigoler. Pour cela il suffit de se l?cher et de prononcer tout ce qui vous passe par la t?te avec votre plus bel accent chinois (le plus caricatural possible)... Je connais des Bordelais qui seraient hilares de savoir que l'on peut se payer la t?te si ouvertement de ces sympathiques chinois.

samedi 23 avril 2005

Plan?te RF



Quelle soir?e mes enfants, quelle soir?e ! Une bien belle r?ception qui vient de nous ?tre offerte l?. Pour un digne repr?sentant des terres Rochelaises, Poitou-Charentes style, en des contr?es si lointaines, Jean-Pierre ne fut pas avare de gestes amicaux. Apr?s la poign?e de main du Premier Ministre vers le Citoyen est venue l'?treinte du P?re ? son Fils (j'exag?re ? peine). Ainsi l'homme trapu a frapp?. Quasiment un geste de rugbyman ! De la main droite, il vient vous empoigner l'arri?re de la t?te pour vous secouer, tout en vous r?pondant que c'est formidable ce que vous ?tes en train d'?voquer avec lui... Soit. Allez faut bien avouer que ?a fait plaisir ! Cela m'a fait un peu la m?me impression que lorsque Monseigneur Jean-Marie Lustiger m'avait tapot? le haut du cr?ne. ?a ne change rien, mais ?a fait plaisir.

Vient ensuite le tour d'un ancien ?l?ve de l'ESCP qui vient ? la rencontre de Raff. Succ?s assur?. J-P vous r?pondra ? tous les coups "Ah ! Mon camarade !" et vous aurez toute son attention. A ce stade l?, mieux vaut alors s'?carter car la cohue devient pressante.

Direction le buffet. Quantit? gargantuesque. Il a fallu de l'app?tit pour venir ? bout des brochettes de volaille mais la gourmandise, elle, ne manquait pas pour avaler les religieuses et ?clairs au chocolat. Je ne pensais jamais pouvoir manger ?a ici, du vrai bon chocolat, un r?el savoir-faire en p?tisserie : j'en avais r?v?, Raff l'a fait.

Apr?s un discours d?butant par "Mes chers compatriotes", portant sur la visite en Chine, le dynamisme des communaut?s fran?aises dans ce grand pays, la place que devra jouer la France dans les relations internationales chinoises, les r?formes int?rieures fran?aises, le r?f?rendum du 29 mai ; apr?s la Marseillaise ; apr?s le bain de foule ; il ?tait temps pour la joviale d?l?gation fran?aise de s'?clipser et de rentrer ? Paris. Laissant le soin aux convives de finir les restes, de nettoyer la vaiselle et de passer l'aspirateur avant de partir.

2 anecdotes marrantes en passant :
1? - Je me retrouve ? boire un Perrier au coude ? coude avec un homme ?g?, aux cheveux blancs, et qui a franchement l'air de s'ennuyer ? mourir. Arrive alors un autre homme qui s'adresse ? mon voisin direct en lui lan?ant "Bonsoir Monsieur l'Ambassadeur !" !!! Encore heureux que je n'?tais pas en train de d?guster un bretzel, sinon je me serai ?trangl?. L'Ambassadeur de la France en Chine, et bien ?a alors. Si j'avais su, je lui aurais dit que je venais ? P?kin le week end prochain, il m'aurait refil? quelques bons tuyaux.
2? - Deux hommes qui font le tour du salon en scandant : "Il reste 2 places dans l'avion de la d?l?gation d?collant dans 2 heures pour Paris... Si cela int?resse quelqu'un, c'est un aller simple pour Paris qui est offert." !!! Je ne pense pas que ce soit l'envie qui manquait pour un grand nombre de compatriotes, mais malheureusement en ayant un travail du lundi au vendredi, cela nous rend peu disponible pour rentrer ? Paris un samedi soir sur un coup de t?te.

Aux alentours de 21 heures, le salon "Grand Ballroom" commen?ait ? se vider. En d?boulant dehors parmi les immeubles du quartier d'affaires, Boum !, "fracture nette de l'oeil droit" en jetant un regard ? la Pearl Tower. Ah ces chinois, qu'ils savent bien faire les choses.

A propos de chinois, c'est toujours un choc lorsque l'on vient de passer une soir?e entre fran?ais sans avoir de contacts avec le monde ext?rieur. Le retour ? la r?alit? est toujours brutal quand on regagne la rue. G?n?ralement on se dit : "OK, rien a chang?. Ils sont encore l?... partout... autour de moi, m'encerclant." Et jusqu'ici, tout va bien. Tout comme JPR supporte sur cette photo un chinois qui est en train de lui dire "Bonne sant? ! Bonne sant? !" pour je ne sais quelle raison.


Merci la R?publique et Vive la France !

vendredi 22 avril 2005

Jean-Pierre ? Shanghai



Voici le bon plan du week end ? Shanghai ! A l'occasion de la visite de notre Premier Ministre en Chine, un petit cocktail est organis? ? la Pearl Tower pour c?l?brer en compagnie de JPR l'ann?e de la France en Chine, la vente de quelques Airbus, l'inauguration d'une exposition photographique, etc. Une bonne occasion de se r?jouir donc de la port?e de la culture fran?aise au del? des fronti?res de l'Hexagone !

1000 invit?s sont tout de m?me attendus. La communaut? fran?aise de Shanghai compte 6000 personnes, derri?re les communaut?s allemandes et am?ricaines (cette derni?re rassemblant plus de 20000 US Citizens !). Pour obtenir son carton d'invitation, le dernier moyen reste de se pr?cipiter au Consulat ! Je vous dirai comment ?taient les petits fours.

Un autre lien sur la Pearl Tower

mardi 19 avril 2005

Souriez !

Tout le monde sait que le Chinois est un adepte de la photographie. Tout comme le Japonais est pass? Ma?tre es Vid?o en globe trottant hors de son pays, une Sony ou une JVC greff?e au bout de la main.

C'est plut?t amusant de les voir se flasher mutuellement en prenant la traditionnelle posture du bras tendu devant soi avec V de la victoire de rigueur.

Apr?s avoir observ? pendant quelques temps les s?ances photos chinoises, je me suis dit que ?a pouvait ?tre un th?me sympa ? d?velopper. D'autant plus que bien souvent, le photographe lui-m?me se tient dans une posture assez remarquable. Je vous livre donc ici le d?but de ma collection. Enjoy. (Cliquez sur les photos pour les voir en plus grandes)





Ma pr?f?r?e, c'est la derni?re. Et vous ?

lundi 18 avril 2005

D?ner en ville



Le week end dernier, j'ai d?n? au restaurant fran?ais "La Maison" situ? dans le quartier r?nov? de Xintiandi ? Shanghai. J'y ai savour? un pav? de boeuf sauce au poivre, une mousse au chocolat et un caf?. Sachez au passage que ce type de retrouvailles avec une cuisine tant aim?e est bon pour le moral car dans la semaine je me nourris d'un tas de choses ?tranges et d'au moins un bol de riz par jour, c'est beaucoup moins plaisant.

Ce d?ner "comme chez nous" m'a donc ravi. Entre la prise de ma commande et l'arriv?e de mon plat, j'observais un peu la population attabl?e dans ce restaurant pour m'apercevoir qu'il n'?tait quasiment qu'exclusivement peupl? d'occidentaux. Je compris pourquoi au moment de payer l'addition : 276 Yuans (ou RMB ou RenMinBi ou Kuai comme ils disent aussi), c'est ? dire approximativement 28 euros. Rien d'alarmant me direz-vous pour un ?tablissement situ? en plein quartier "in" et proposant une Cuisine dont la r?putation n'est plus ? faire. Rien d'alarmant et pourtant, d?j? tellement ?loign? de la norme chinoise, qui reprend le dessus ? seulement quelques rues de cet endroit.

Les personnes que je c?toie dans la semaine d?pensent en moyenne 6 Yuans par repas. Si je ram?ne cette somme au montant de mon d?ner, j'obtiens : 1 d?ner d'Antoine = 46 repas de chinois. C'est plut?t percutant.

A Shanghai, un ouvrier gagne un peu plus de 250 USD par mois. Un ing?nieur peut esp?rer toucher un peu plus de 650 USD/mois en moyenne. Il est ? noter aussi qu'il existe de tr?s fortes disparit?s selon les provinces. Ainsi ? P?kin, le salaire moyen mensuel de l'ouvrier descend ? 180 USD, celui de l'ing?nieur ? 270 USD. Un salaire minimum existe tout de m?me : 56 USD/mois ? P?kin (chiffre de Juillet 2002) et 64 USD/mois ? Shanghai. Les disparit?s ?voqu?es ont d'ailleurs plut?t tendance ? se creuser. Cela dit, ces derni?res ann?es, les salaires ont augment? de quasiment 10% chaque ann?e.

Il y a quelques semaines, un ing?nieur ? la retraite m'expliquait que les ?tudiants n'h?sitent pas aujourd'hui ? consacrer la moiti? de leur temps d'?tude ? l'apprentissage de l'anglais. Et ceci pour la bonne raison que s'ils parviennent ? un bon niveau, ils pourront ?tre recrut?s par une entreprise ?trang?re et ainsi d?marrer avec un salaire proche de 1000 USD mensuels dans une ville comme Shanghai.

Avec une telle progression des niveaux de r?mun?ration et un taux d'?pargne liquide qui peut atteindre 50% du salaire mensuel, il est certain que la population occidentale sera vite marginalis?e dans un quartier comme celui de Xintiandi !

(Les chiffres avanc?s dans ce billet sont issus du bureau "China Labour Statistics" et ont ?t? emprunt?s de m?mos publi?s par l'ambassade de France ? P?kin et par la Mission Economique Fran?aise de Shanghai.)

dimanche 17 avril 2005

Manifestation anti-Japon



Hier soir, ? la sortie d'un restaurant, je me suis retrouv? ? faire le "badaud" sur HuaiHai Road o? d?filait un cort?ge clamant sa haine envers le Japon. La manifestation ?tait tr?s fortement encadr?e, tout comme le centre ville entier d'ailleurs, quasiment en ?tat de si?ge depuis le d?but de la journ?e.

Il n'est pas ?vident de comprendre cette haine profonde qui anime toujours le peuple chinois plus d'un demi-si?cle apr?s le r?glement du dernier conflit sino-japonais. Le deuil de la guerre n'a visiblement jamais ?t? fait.

Deux conflits majeurs ont oppos? ces deux pays, le premier en 1894-1895 et le deuxi?me entre 1937 et 1945.

Les manifestations des derniers jours sont dues ? la publication par le Japon d'un manuel scolaire d'Histoire qualifi? de r?visionniste, tant il minimise les horreurs des crimes de guerre commis par l'arm?e Japonaise.

Le peuple chinois a vigoureusement manifest? son m?contentement en caillaissant les repr?sentations diplomatiques japonaises pr?sentes en Chine et m?me les restaurants japonais !

Les Japonais, irrit?s de ces d?bordements, ont alors pris la libert? de relancer l'exploration de champs p?trolif?res, que se chamaillent les 2 pays, en Mer de Chine sans avertir P?kin.

Et en Chine, ces derni?res heures, personne ne se calme, surtout ? l'approche de la visite ? P?kin du ministre des Affaires Etrang?res japonais ce dimanche 17 avril. Ce regain de tension est aussi l'occasion de rappeler que la Chine s'oppose formellement ? l'obtention par le Japond'un si?ge permanent au Conseil de S?curit? de l'ONU.

C'est encore l? l'illustration d'un paradoxe ? la chinoise. L'?ternelle r?signation du chinois est mise de c?t? et fait place ? des d?monstrations d'agressivit? inhabituelles.

samedi 16 avril 2005

Plan d'urbanisme de la ville de Shanghai



Je reviens du mus?e d'urbanisme de la ville de Shanghai. Hors mis une maquette tout ? fait impressionnante de ce que sera la ville dans 10 ou 15 ans, le mus?e propose un parcours tra?ant la vie de l'agglom?ration depuis son fondement (? l'origine, simple village de p?cheurs) jusque dans les r?alisations de grands projets futurs.

Les plans des prochaines infrastructures ? construire t?moignent de l'ambition ph?nom?nale ambiante. La finalit? affich?e reste toujours la m?me : drainer les capitaux, d?velopper les march?s.

Je reste assez admiratif face ? l'extension pr?vue de l'a?roport international de Pudong et du train ? suspension magn?tique le d?sservant (plusieurs pays europ?ens ont d?j? tent? de mettre en oeuvre cette technologie sans jamais pouvoir d'une part r?gler les soucis techniques que cela posait et d'autre part atteindre le seuil de rentabilit? n?cessaire ? l'exploitation commerciale). Et je demeure m?me bouche b?e face au projet de construction d'un port de commerce off shore (en eaux profondes) reli? ? la c?te par un pont. Tout ceci s'accompagne aussi d'un d?veloppement conjoint des r?seaux routiers, ferroviaires et de communication. L'essor du tourisme figure ?videmment sur la liste. Il ne semble pas y avoir un domaine dans lequel cette agglom?ration ne s'est pas fix? pour objectif d'occuper une des premi?res places mondiales.

La composante protection de l'environnement n'est pas oubli?e. L'?le de Chongming, situ?e dans l'estuaire du YangTze, restera verte et prot?g?e d'un b?tonnage intensif. L'?cosyst?me de l'estuaire du YangTze sera aussi sauvegard?. Pris dans la spirale des b?tisseurs, les chinois n'oublient pas non plus de classer leur patrimoine architectural (vieux quartier chinois et ?difices historiques datant du temps des concessions sont d'ores et d?j? ? l'abri des destructions inopportunes).

Finalement lorsque je vois ce qu'ils ont "encaiss?" en une dizaine d'ann?es et quand je sais qu'ils n'ont surtout pas l'intention de s'arr?ter l?, je ne peux que saluer la capacit? d'adaptation des chinois. Ils n'ont manifestement aucun doute sur la voie ? emprunter.

Ceci ?tant dit, je reste bien conscient de d?ambuler au milieu d'un laboratoire, une vitrine. Ailleurs doit se trouver une Chine ne pratiquant pas cette politique expansionniste et progressant de fait ? plus petits pas.

Pour en revenir au mus?e en lui-m?me : vous ?tes de passage ? Shanghai ? Ne vous y attardez pas. Tout peut s'observer dans la rue. Les longs s?jours, eux, peuvent y faire un tour ; l'approche didactique et structur?e du d?veloppement de la ville a tout de m?me un int?r?t.

Nouvelles puissances : Chine / Inde



Il y a peu de temps, j'ai eu l'occasion d'entendre ce que pensait un "local", gourmitant dans le tissu industriel chinois depuis plus de vingt ans, au sujet de la place que prendraient dans le monde les deux puissances montantes actuelles : l'Inde et la Chine.

Selon ce brave homme, l'Inde "is too democratic" pour r?ussir ? suivre la Chine sur la voix du d?veloppement ?conomique. C'est plut?t ?tonnant d'entendre ?a, n'est ce pas ?

Ainsi la d?mocratie serait dangereuse lorsqu'elle ne provient pas d'un h?ritage culturel et qu'elle s'installe dans un pays surpeupl? connaissant une croissance effr?n?e. Il est concevable qu'un tel r?gime appliqu? ? 1.3 milliards d'habitants devienne ing?rable si le pouvoir reste centralis?. Les conflits de classes auraient vite fait d'an?antir les perspectives de croissance de l'Empire du Milieu.

Quelles solutions permettraient alors ? la Chine de faire muter son r?gime actuel sans mettre en p?ril la croissance ? Des ?tats f?d?r?s ? Difficile de l'imaginer lorsque l'on observe l'attitude actuelle de P?kin vis ? vis de Taiwan. Une autre solution s?duisante mais risqu?e tiendrait ? s'en remettre au traditionalisme et ? la sagesse chinoise : croire que cette nation ne se laissera pas griser par la croissance vertigineuse qu'elle conna?t. Le Parti doit continuer de garder la t?te froide ! Et la Chine d'en bas doit continuer de tenir compte de l'exp?rience des Anciens. Finalement, avec un pouvoir centralis? tel qu'il existe, force est d'admettre qu'une certaine forme d'autoritarisme est n?cessaire pour entra?ner une telle masse vers un m?me id?al.

Les chinois m'apparaissent comme des bricoleurs de g?nie, d?veloppant le business porteur du moment avec rien. Fonceur, mais pas kamikaze, ni aveugle. C'est sans doute cette confiance envers son peuple qui faisait croire ? mon interlocuteur que la mont?e en puissance de l'Inde se stopperait bien avant celle de la Chine. Sur le plan territorial, l'avantage irait ?galement ? la Chine.

Pour finir, une r?flexion d'Antoine Belgodere sur le concept de "dictature lib?rale".