Des taxis ? Shanghai, il y en a partout, de toutes les couleurs, de toutes les compagnies, avec le nombre d'?toiles qu'on veut. Allons-y pour un petit debriefing.

Ils y auraient 42000 taxis shanghaiens, alors que Paris en compte 14900 (chiffre fix? par arr?t? pr?fectoral de 1990) et New York 11787 depuis 1937 !

Ils existent 8 couleurs de taxis diff?rentes dans Shanghai. Les compagnies ayant plus de 1000 voitures en circulation ont le droit de choisir leur propre couleur d'apparat. Ces compagnies et leur couleur associ?e sont :
1 - Dazhong (Turquoise)
2 - Qiangsheng (Jaune)
3 - Jinjiang (Blanc)
4 - Bashi (Vert clair)
5 - Nonggongshang

Les compagnies poss?dant entre 200 et 1000 voitures ont h?rit? du "bleu union". Les voitures des plus petites compagnies (au nombre d'environ 300) poss?dant entre 40 et 100 taxis ont la carrosserie peinte en "indian red". Il se dit qu'il vaut mieux ?viter de monter dans les taxis rouges tant le service y est mauvais.

Mais ! comme tout chauffeur de taxi rouge n'est pas fonci?rement mauvais, une derni?re couleur fut cr??e permettant d'identifier les chauffeurs des petites compagnies offrant un niveau de service tr?s honorable. Les voitures de ces "rep?ch?s" sont peintes en "France red".

Voil? pour ce qui est de la classification officielle. Cependant il y a un autre moyen de s'assurer du degr? de comp?tence d'un chauffeur de taxi : le nombre d'?toiles au tableau de bord !

Si vous avez la chance de grimper dans un taxi shanghaien un jour, vous pourrez remarquer que sur la boite ? gants, sous le compteur, est fix? l'immatriculation personnelle du chauffeur. En fonction de l'exp?rience de ce chauffeur, il y aura de 0 ? 5 ?toiles.

0 ?toile : ? ?viter. Il s'agit du paysan qui arrive dans la grande ville et qui se met au volant pour gagner un peu de sous. Il ne conna?t rien, il ne sait pas o? se trouve la gare, pas plus que la mairie. En revanche, le personnage est tout dispos? ? discuter avec les passagers.

1 ?toile : Toujours assez bavard, ce chauffeur fait ses classes doucement mais s?rement. Il ne prendra peut ?tre pas le chemin le plus court pour vous emmener l? o? vous le souhaitez mais vous arriverez ? bon port.

2 ?toiles : Ce chauffeur est dans la force de l'?ge. La ville commence ? le conna?tre, il klaxonne ? tue-t?te pour montrer aux autres qu'il faut pas la lui faire ? lui, il a le coup de volant brusque, ce n'est plus un bleu. Parfois il discute encore avec le client, sinon il ?coute la radio.

3 ?toiles : La conduite de du chauffeur 3 ?toiles commencent ? devenir f?line. Il conna?t la ville. Il sait anticiper les conneries de ces confr?res moins grad?s que lui. Il commence ? devenir avare en paroles. La radio prend de plus en plus le relais.

4 ?toiles : L? se situe un vrai seuil. N'est pas 4 ?toiles qui veut. On ne devient pas 4 ?toiles "dans la suite logique des choses", oh que non. Il fait passer un examen et prouver qu'apr?s des milliers de kilom?tres dans la cit?, cette derni?re n'a plus de secret pour le pr?tendant. Monter en 4 ?toiles, et vous arriverez plus vite que jamais ? bon port. Dans un style ?nergique si la circulation l'impose mais le principal est bien d'arriver. Le chauffeur 4 ?toiles commence ? all?ger l'utilisation qu'il fait du klaxon, pr?f?rant plut?t ruser au nez et ? la barbe de ses petits camarades en se faufilant efficacement dans la circulation.

5 ?toiles : Le must. Alors l?, on change encore de classe. Le chauffeur rev?t les gants blancs. Oui monsieur. Il s'enfonce dans un silence reposant pour lui et le passager. La radio diffuse un doux programme. Le 5 ?toiles est blas?, il ne klaxonne plus. La voiture agile serpente simplement au plus rapide entre les files de voitures embouteill?es. Le 5 ?toiles a la ville dans la peau, il la conna?t dans ses moindres recoins. Il n'y pas plus de soucis ? se faire, assis ? l'arri?re d'un 5 ?toiles, vous ?tes un touriste privil?gi?.

Quand vous monterez dans les taxis de cette ville, gardez ?galement en m?moire qu'il y a 2 chauffeurs par voiture (ce qui veut aussi dire que certains laissent la plaque du coll?gue, poss?dant un nombre plus ?lev? d'?toiles, en place pour leurrer le client... arf, les gredins), et qu'ils s'?changent le volant toutes les 18 heures. Rien que ?a. Parce que s'il faisait des rondes 12 heures, il y en a un qui conduirait toujours la nuit et l'autre, toujours le jour. Alors pourquoi ne pas plut?t faire des tourn?e de 9 heures ? 9 heures, ?a ressemble ? une journ?e de travail raisonnable... et bien parce qu'ils pr?f?rent 18. C'est comme ?a. Je ne suis pas all? v?rifier si pendant qu'un chauffeur conduit, l'autre dort dans le coffre.

Le meilleur moment pour prendre le taxi selon moi, c'est la nuit apr?s 1 heure du matin. Le m?tro fermant assez t?t (23 heures), il faut attendre encore 2 heures suppl?mentaires pour que la majorit? des taxis se retrouve de nouveau disponible. Il suffit alors de descendre sur un boulevard, d'agiter le bras, et en moins de 5 secondes, c'est au moins 3 voitures qui vous foncent dessus. Le prix de la course nocturne n'exc?de g?n?ralement pas 2,5 ? euros pour un trajet de 10 minutes du centre vers la p?riph?rie proche.

Et si vous tombez sur un chauffeur 0 ou 1 ?toile dispos? ? parler un peu, vous pourrez m?me essayer de lui faire dire "Tour Eiffel" ou "Champs Elys?es" pour rigoler. Pour cela il suffit de se l?cher et de prononcer tout ce qui vous passe par la t?te avec votre plus bel accent chinois (le plus caricatural possible)... Je connais des Bordelais qui seraient hilares de savoir que l'on peut se payer la t?te si ouvertement de ces sympathiques chinois.