Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 30 mai 2005

Zapping

Aujourd'hui je vais vous faire montrer la t?l? chinoise. Je re?ois environ une trentaine de cha?nes : une bonne dizaine de nationales et les reste des canaux s'?chelonne de "canal provincial" ? "canal local".



Les cha?nes de t?l?vision nationales sont les CCTV (qui veut dire China Central TeleVision). Chacune de ces cha?nes a un th?me de programmation de pr?dilection : CCTV5 pour le sport, CCTV6 pour les films, CCTV9 pour les nouvelles de t?te de ligne en anglais, etc.

La cha?ne CCTV11 est tout ? fait int?ressante dans la mesure o? elle permet de se sensibiliser ? la culture chinoise. En effet, ce canal diffuse tous les soirs le fin du fin du r?pertoire de l'op?ra chinois... Je vous laisse juger sur pi?ces au travers des petites vid?os qui suivent.

Vid?o 1 (784 Ko) Vid?o 2 (320 Ko)


... Voil?. Donc comme vous pouvez le voir, c'est plus que space. Mon record personnel face ? ce type de programmes doit approcher les 6 minutes, apr?s quoi je craque. 6 minutes, c'est d?j? ?norme. Parfois l'op?ra peut ?tre chant? aussi, les vilains personnages avec des barbes fines, le visage recouvert de peinture et de grandes toges continuent alors d'?mettre de petits cris stridents sur ? peu pr?s le m?me fond musical que celui que vous venez d'entendre. C'est compl?tement dingue. Fut un temps, je ne savais m?me pas d?crire l'?tat dans lequel je me trouvais lorsque j'?tais scotch? devant CCTV11, la solution est venue de Camille qui a, me semble-t-il, trouv? la formulation ad?quate : "?a donne l'impression d'?tre sous acide 24h/24". C'est exactement ?a. Et je crois qu'on peut m?me ?tendre cet ?tat ? l'ensemble des choses v?cues en Chine, dans la rue, sur les march?s, sur les routes, dans les restaurants, partout.



Heureusement face ? cela, pour moyenner, il y a CCTV5 (image ci-dessus ? gauche) sur laquelle je peux suivre Roland Garros, la F1, la NBA... et aussi en vrac le championnat de basketball chinois, du voleyball, du golf, du ping-pong ?videmment, des GP de moto, des ?preuves de franchissement en 4x4 (l?-dessus ils tentent tr?s nettement de concurrencer Eurosport et son Tractor Pulling).

La photo de droite vous montre que le chinois est friand d'informations en apparence. Et je dis bien en apparence seulement car sans tout comprendre, j'ai bien l'impression que les journaux sont faits de vent. C'est vide, ?a raconte rien de tr?s int?ressant. Je fonde surtout cette opinion sur la presse ?crite et sur ce que peut raconter Jacqueline sur CCTV9, elle je comprends ce qu'elle raconte puisqu'elle parle anglais, et elle se contente de dire du vide : Les patates ont bien pouss? aujourd'hui. A p?kin le gouvernement est arriv? ? l'heure ce matin au travail. Demain il fera beau ou pas. Selon une derni?re d?p?che : nous, les brid?s, on serait encore plus nombreux qu'hier. Un petit commentaire sur les cours de la bourse, un autre sur l'ouverture d'une r?union du Parti, et on termine par la visite d'un diplomate ?tranger ? quelques personnalit?s chinoises. Il faut s'accrocher pour avoir de vraies nouvelles du monde ext?rieur, et sans filtre s'il vous pla?t.

Enfin vous l'aurez compris, ?a manque cruellement de Canal+, MTV, VH1, Paris Premi?re, Plan?te, et j'en passe. Il faut souvent se satisfaire de programmes d?cal?s comme ceux d'hier par exemple :

- La cha?ne des mecs qui ont de grandes oreilles et qui se fourrent les doigts dans le nez : c'est ici.

- La cha?ne du p?cheur qui nous explique dans la bonne humeur qu'il en a attrap? un gros comme ?a.

Un bon petit Tr?s Chasse, on aura beau dire, mais ?a a une autre classe...

jeudi 26 mai 2005

Cours de chinois. Episode 2.

Mercredi soir, nouveau cours de chinois. La deuxi?me le?on fut aussi difficile que la premi?re. Tout s'encha?ne sur un rythme tr?s ?lev?. Et pour chaque nouveau mot chinois, il faut apprendre :
- sa signification
- m?moriser son pictogramme
- m?moriser l'ordre dans lequel il faut tracer les diff?rents traits constituant le pictogramme
- apprendre ? ?crire ce pictogramme en pinyin (en caract?res latins) - apprendre ? prononcer ce mot en chinois (et la prononciation n'est pas du tout intuitive, c'est tr?s ?loign? du son que l'on peut ?mettre si on s'en tient ? lire naturellement le mot en pinyin)
- ?ventuellement la traduction du pictogramme en phon?tique pour ?tre capable de bien reprononcer le mot si la m?moire auditive fait d?faut

Pas simple tout ?a. Je ne vais pas vous parler des fameux 4 diff?rents tons qui existent pour chaque mot et qui ne veulent ?videmment pas du tout dire la m?me chose. Mais alors vraiment pas du tout.

Je ne me laisse pas d?j? d?courag?. Comme je le disais hier, la philosophie est la suivante : step by step, word after word, day after day.

Au chapitre enseignement philosophique, ce fut un peu plus calme, j'ai moins ?t? gratifi? de digressions lors de ce deuxi?me cours. Seul phrase ? rapporter :
"Practice leads to perfection."

En esp?rant ? ne pas avoir ? m'exclamer prochainement sur le m?me th?me :
"Different day, same shit !"

mercredi 25 mai 2005

Cours de chinois. Episode 1.



Ce soir, j'ai cess? de jouer ? l'autodidacte. J'ai pris mon premier cours de chinois avec un vrai chinois dans le r?le du professeur. Il m'avait en fait fallu que quelques semaines apr?s mon arriv?e pour comprendre qu'apprendre ? comprendre, parler et m?me peut-?tre ?crire par soi-m?me ne serait pas chose ais?e. A compter de ce moment l?, il m'aura pourtant fallu encore quelques semaines, qui mises bout ? bout font des mois, pour redresser le cap et reprendre la route de l'apprentissage du chinois.

Pendant cette premi?re le?on, j'ai r?appris ? prononcer correctement les chiffres et les pronoms personnels. Mais surtout, j'ai compris que j'allais beaucoup apprendre sur la philosophie chinoise. Les premi?res digressions de l'aimable chinois-professeur m'ont fait beaucoup rire et je sens qu'il en a encore plein sa besace pour mon plus grand plaisir.

Premiers traits de la pens?e collective chinoise menant ? la sagesse sont :
1 - "Sur le chemin qui m?ne l'Homme de l'enfance ? l'?ge adulte, l'Homme ne sait pas dire quel journ?e il a grandi." Tout ?a pour me dire qu'aujourd'hui si je commence ? apprendre le Chinois humblement, mot apr?s mot, jour apr?s jour, dans quelques mois je pourrai le parler sans ?tre capable de dire exactement quel jour j'ai appris le Chinois.
2 - "L'Homme a davantage besoin de la communaut? que d'argent." Alors l? je ne suis pas encore pr?t ? adh?rer les yeux ferm?s ? ce concept. L'amiti? de la communaut? est un concept bien joli mais comme le disait un autre sage (M. le directeur des ?tudes de la rue Broca) : "L'argent ne fait peut ?tre pas le bonheur mais il att?nue bien des douleurs.". Une phrase qui approche sans doute la v?rit?, puisqu'elle se situe, je pense, ? mi-chemin entre la parole chinoise recueillie ce soir et les maximes un peu plus incisives d'un autre grand personnage de la rue Broca : "Never forget profit", "Profit is money", "Distruth everybody"... Manhattan quand tu nous tiens... C'est ?a qui cr?? le "gap" avec les Chinois : ils n'ont pas ce go?t de la proc?dure, cette culture du droit latin, qui nous fait envisager toutes sortes de relations au travers de contrats bien ?tablis. Eux traitent d'homme ? homme et les paroles valent autant que les ?crits. C'est parfois plus satisfaisant, parfois plus g?nant, ce sont des vues oppos?es.
3 - "Les montagnes sont immobiles, alors que le ruisseau court dans la vall?e." Pour signifier que ceux qui sont immobiles, ne se parlent jamais. Au contraire, le ruisseau qui court tout au long de la vall?e, croise beaucoup de choses sur son chemin et ? l'occasion de nouer beaucoup de connaissances sur son chemin.

Ils sont forts ces chinois... Pleins de grandes et belles phrases qui remplacent ce que nous appelons le "bon sens".

lundi 16 mai 2005

Des chinois, du bruit, hostile la ville.

A tous ceux qui se demandent ce que ?a fait d'?tre entour? par les chinois, je destine la vid?o suivante. ?a s'est pass? ? Shanghai, un dimanche apr?s-midi, il y a quelques semaines. L'activit? dominicale est ? son comble et les sir?nes de la police donnent un petit c?t? ricain.

A vous de juger, place ? l'image : Vid?o (4,1 Mo)

dimanche 15 mai 2005

Souriez ! 2?me.

Je continue ma s?rie de photos ayant pour th?me "je prends en photo un chinois qui prend en photo un autre chinois". Voici ma derni?re r?colte.





lundi 9 mai 2005

Beijing



La semaine derni?re, j'ai pass? 5 jours en capitale, oui ? P?kin. En Chine, la f?te du travail dure 3 jours (1er, 2 et 3 Mai), les meilleurs travailleurs du pays sont r?compens?s ? cette occasion (plus de d?tails par ici), l'expression "f?ter le travail" a donc un r?el sens ici, ce n'est pas simplement un synonyme de "vendeurs de muguet au bord des routes". D'ailleurs, du muguet, je n'en ai point vu.

Beijing donc ! Pour une premi?re venue, je me devais de faire le parcours impos? du touriste qui se respecte : Tiananmen, Cit? Interdite, Palais d'Et?, Temple du Ciel, Grande Muraille... Allez en route !

Ma premi?re envie fut d'aller voir de mes yeux la fameuse, la grande, l'historique Place Tiananmen (Place de la Paix C?leste) avec le portrait de Mao sur la porte du m?me nom. Voir de mes yeux l'endroit o? la d?mocratie fut r?clam?e en juin 1989, imaginer l'homme bravant l'avanc?e les chars. Apr?s avoir d?clin? l'offre d'environ 153 pousse-pousse qui tenaient vraiment ? m'emmener sur la place, j'atteins d'un pas press? l'entr?e sud de la place... pour me rendre compte qu'elle fait un bon kilom?tre de long (panorama de la place en vid?o). Le Sud de la place est assez choquant, c'est sale et la mis?re est bien pr?sente. Dans ce lieu se massent beaucoup de marginaux, estropi?s, mendiants. En bref, par cet acc?s, on arrive face ? une sorte de temple forteresse dont les abords ne sont pas tr?s s?duisants. Rien ne sert de s'attarder ici puisque les monuments et b?timents historiques se trouvent dans la moiti? Nord de la place. Au milieu tr?ne le mausol?e de Mao Zedong. A l'Ouest, le palais de l'Assembl?e du peuple (lieu du pouvoir l?gislatif). A l'Est, le mus?e national de Chine. Au nord, la porte Tiananmen (photos ci-dessous) qui m?ne vers l'entr?e de la Cit? Interdite. Tout ceci est bien impressionnant. Le poids de l'Histoire est palpable en ces lieux. Une petite anecdote ? propos de cette place : un soir lors de ce s?jour, je m'attarde devant CCTV 9 (China Central TeleVision 9, le canal international qui parle anglais) et tombe sur une ?mission retra?ant les grandes heures de la place Tiananmen, j'attends alors avec impatience le passage sur la r?volte de juin 1989. Le programme d?roule tranquillement l'Histoire de la Place, 1949 : proclamation de la R?publique Populaire de Chine... et ... et ... nous passons ? un joli panorama de la place actuelle et puis c'est fini. ...Euh, n'aurait-on pas omis une case l? ? Gomm?e, effac?e, c'est tellement simple de manipuler les masses au travers du petit ?cran... ahah, sacr?s chinois qui nous gouvernent va. Et au moment o? je r?dige cet article, j'entreprends de faire une recherche pr?cise sur ces ?v?nements pass?s ? la trappe et ? comble de la surprenante censure, d?s que je tape "Tiananmen 1989" comme mots-cl?s dans Google, le serveur semble toussoter et ne souhaite pas me renvoyer de r?ponse car : "la connexion r?seau a ?t? r?initialis?e, ce qui arrive parfois lorsque le serveur est occup?. R?essayez plus tard." V?ridique. Dieu que nous nous amusons ? jouer au chat et ? la souris. Amis chinois, vous ?tes taquins ! Je reconfigure ma connexion pour passer par un serveur proxy situ? ? Singapour et hop, miracle, ? pr?sent je fais ce que je veux...



Bon revenons au sujet principal de ce billet. Apr?s avoir travers? la place, je me dirigeais vers la Cit? Interdite. Ici aussi, les abords sont impressionnants : des douves, des murs d'enceinte de 10 m?tres de haut, des esplanades immenses. La Cit? est ainsi faite que l'alignement des temples depuis l'entr?e donne l'impression que l'Empereur est tout proche pour finalement au dernier moment se r?v?ler intouchable, d?courageant ainsi le mis?rable courtisan d'apercevoir son Empereur. Les temples portent tous des noms assez "cosmiques" : Temple de l'Harmonie Supr?me, Temple de l'Harmonie Protectrice, Temple de la Puret? C?leste, Temple de l'Union et de la Paix, etc. Tout ceci est issu du "Book of Changes" (ou I CHING), grande source d'inspiration de la sagesse chinoise, ayant visiblement beaucoup plus aux dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911). Sur cette photo, vous verrez le Temple de l'Harmonie C?leste perch? sur un terrassement en marbre ? 3 niveaux symbolisant les 3 niveaux de pratique de la religion Bouddhiste. Pour vous dire toute la v?rit?, face ? ces temples, on se dit au bout du deuxi?me "bon c'est bien joli mais ce sont tous les m?mes ; j'en ai vu un, je les ai tous vu". Les seules choses alors vraiment distrayantes sont : les logos American Express en bas de chaque panneau de commentaires de la visite et le Starbucks Coffee situ? derri?re le Temple de l'Harmonie Protectrice. Je profite de cette occasion pour tirer mon chapeau aux g?rants de la marque Starbucks Coffee qui ont r?ussi le tour de force d?ment d'installer un de leur caf? dans un lieu encore plus symbolique que la Place Rouge ? Moscou... Chapeau bas, le challenge ultime est d'ores et d?j? remport?.

Pour renouer avec l'int?r?t de la visite, il faut alors foncer vers les Jardins Imp?riaux au fond de la Cit? et essayer de se perdre dans le d?dale des petites rues et cours partant des jardins et longeant les remparts ? l'Ouest et ? l'Est. Toutes ces maisons ?taient habit?es par les nobles et les gouvernants du temps de l'Empereur. Aujourd'hui, cela sert de vitrine aux objets utilis?s au quotidien par le dernier Empereur, Pu Yi, mont? sur le tr?ne ? 3 ans en 1908 et forc? ? abdiquer en 1911. Ce qui permis au Docteur Sun Yat Sen de revenir de son exil pour proclamer la naissance de la R?publique de Chine en 1912 (? ne pas confondre avec la R?publique Populaire de Mao en 1949), mais ceci est une autre Histoire. On apprend donc que Pu Yi subissait ?norm?ment sa position de jeune Empereur. Il avait vite commenc? ? rejeter le poids de l'h?ritage de la culture chinoise pour se tourner vers les nouvelles moeurs occidentales sous l'influence de son tuteur Reginald Johnston. On passe devant quelques vitrines o? il est possible d'admirer le v?lo de Pu Yi, les lunettes de Pu Yi, la mappemonde et les livres de g?ographie de Pu Yi, etc, etc. Je retranscris ?a de mani?re un peu "sauvage" mais retenez que c'est vraiment pas mal. Puis lorsque la Cit? Interdite n'a plus de secret pour vous, vous pourrez sortir par la porte Nord comme je l'ai fait et grimper sur la Colline de Charbon (monticule artificiel form? par la terre extraite des douves) pour admirer un overview de la Cit? et plus g?n?ralement de P?kin si la brume n'est pas trop opaque. Ce jour-l? en l'occurence, on devinait l'Op?ra de P?kin dessin? par l'achitecte fran?ais Paul Andreu. Cette soucoupe volante situ?e derri?re l'Assembl?e du Peuple est toujours en construction. En somme, la Cit? Interdite et ses parcs attenants (sur un axe Nord-Sud) sont tr?s bien entretenus et renvoient une belle image de la capitale. Ce coeur historique de la ville est pr?t pour les Jeux Olympiques. En revanche, il suffit de d?border (par d?border, j'entends "traverser la rue qui longe la Cit? Interdite ? l'Ouest") pour se retrouver baigner dans l'ambiance des fameux hutongs, ces vieux quartiers d'habitations souvent insalubres o? la vie en communaut? est de mise (toutes petites maisons abritant des familles enti?res, WC publics, d?dales de rues minuscules crasseuses o? le tout-?-l'?gout rel?ve encore du domaine de la science-fiction...) : odorats sensibles s'abstenir ! Entre les apprentis cuistots qui se mettent ? faire griller en vrac des morceaux de viandes, des poulpes, des saucisses au milieu de la rue, le gars d'? c?t? qui d?coupe consciencieusement ses ananas, le type qui pr?pare une mixture ?trange de pouces de bambou et petits l?gumes arros?s de lait de soja dans un wok d'huile bouillante, les odeurs sont omnipr?sentes et prenantes ! la plupart du temps peu rago?tantes. Tenez, au chapitre folklore de la rue toujours, j'ai vu un coiffeur qui transportait son salon de coiffure sur le porte-bagages de son v?lo. Ce chinois d?pliait une chaise en plastique au milieu du trottoir pour faire asseoir les gens cheveulus, et en avant pour une petite coupe au grand air. J'ai remarqu? depuis le d?but que le chinois fait pas mal de choses avec son v?lo. Le transport de bouteilles de gaz, de machine ? laver, de t?l?visions sur les portes-bagages sont devenus des choses courantes pour ma vue.



Une autre journ?e fut enti?rement d?di?e ? vaincre la Grande Muraille. D?part en car de P?kin ? 7 heures du matin. Arriv?e 3 heures plus tard dans un regroupement de petites maisons chinoises en pleine nature hostile, en bas d'un versan sur la cr?te duquel j'aper?ois le Great Wall. Et l?, on me dit : "Le car n'ira pas plus loin. Maintenant il faut marcher par l?. Les villageois vont vous montrer le chemin. Si tout va bien, dans 30 ? 45 minutes, vous atteindrez le poste de garde de Jinshanling." Ok???, bon bah marchons. Et les villageois ?taient l? en effet. Comme des loups. Attendant le touriste et son porte feuille. Au bout de 5 minutes de marche, alors que je quittais le village du bas et que je m'engageais sur un terrain sinueux et rocailleux, talonnant de pr?s une norv?gienne ayant d?j? envoy? le grand braquet, et distan?ant du m?me coup le reste de la troupe, je me retrouvais harcel? par une chinoise n'arr?tant pas de me r?p?ter : "I am a farmer, I have no money, I have a baby... You see there, it is half way to Simatai. We are firends now. You buy me something." Oh bordel, la relou quoi. J'ai ?t? con car au d?but j'ai r?pondu ? sa question "Where are you from ?" Du coup, elle savait que je la comprenais. J'aurai du faire comme la norv?gienne et balancer un "I don't understand you." d?finitif pour poser le ton des relations. Enfin, c'est bon elle a r?ussi ? me faire craquer, elle me l'a vendu son livre sur la Grande Muraille, 5 euros. En fait, ils ?taient tellement collants ces villageois que tout le monde a du payer pour acheter sa tranquilit?. Chauffeur de bus qui nous a d?pos? l?, si je te retrouve, je te pourrirai ton car ? grands coups de cl?s. Pass? ce petit ?pisode local, tout se d?roula comme pr?vu. Je suis parvenu ? atteindre le Mur en une trentaine de minutes sous un soleil de plomb. Je trouvais une porte gard?e en longeant la Muraille, et apr?s m'?tre acquitt? de mon droit d'entrer, je pouvais enfin fouler le chemin de garde le plus long du monde. La Grande Muraille ?tant construite sur les cr?tes des montagnes, le vent souffle fort et rafra?chit consid?rablement les marcheurs. Et pendant ce temps le le soleil tape. D?s le d?but de la marche, je choisissais d'?viter l'insolation au d?triment de mes avants-bras qui eux du coup seraient sans doute br?l?s. Et oui, j'ai enlev? mon polo ? manches longues pour me le nouer sur la t?te, r?v?lant ainsi ma peau encore hivernale aux UV. Ma Longue Marche d?butait.

Au d?part de Jinshanling, en direction de Simatai, le chemin se fait coop?rant. Il est bien pav?, les d?nivel?s ne sont pas encore trop effrayants, mais tout ceci se gate tr?s vite. Au bout de 15 minutes d'effort arrivent les premi?res pierres descell?es, les premiers escaliers abrupts et d?fonc?s, les cailloux sont de plus en plus nombreux ? rouler sous les semelles. La progression se fait plus lente. Les mont?es et les descentes deviennent vite vertigineuses. Cette succession d'instants de grimpettes et de moments de crispation des muscles face au vide est ?puisant. Boire souvent bien s?r. Je m'?tais arm? d'un litre et demi d'eau et je buvais une bonne gorg?e tous les quarts d'heure ? la fin d'ascencions douloureuses. 3 heures plus tard, 10 kilom?tres plus loin, j'atteignais enfin Simatai, ext?nu?. Les l?vres s?ch?es par le soleil qui br?le, le nez br?l?, les avants-bras br?l?s, sans une goutte d'eau. Mais c'?tait beau, le paysage travers? valait la peine que je venais de m'infliger ! A maintes et maintes reprises, je me suis arr?t? en chemin pour souffler et contempler les montagnes qui semblaient d?sertes autour de moi. J'ai vu pour la premi?re fois les fameuses cultures en terrasse que l'on voit toujours ? la t?l? lorsque ?a parle des rizi?res chinoises. Je me suis imagin? courir sur cette muraille avec mon flambeau du temps o? il fallait surveiller les portes de l'Empire pour contrer une tentative d'invasion. Courir sur la Grande Muraille ? Je ne pensais pas que ce soit quelque chose de raisonnable ?tant donn? la topographie et l'?tat du terrain et pourtant il ne faut jamais dire jamais. En milieu de randonn?e, j'ai soudain entendu des pas rapides, des pas de coureur plus exactement, se rapprochant dans mon dos. A peine le temps de me rertourner et je voyais passer en trombe un mec avec une casquette, un petit short et un dossard ! Mais qu'est ce que c'est que ?a ??? Un mirage ? Le soleil commence ? taper trop fort, j'hallucine ? A peine le temps de dire ouf ! et c'est un troupeau entier de japonais qui d?boulait en courant... Incroyable... La preuve en images ! Gamat? gamat?. Vraiment n'importe quoi, ces mecs l? prennent des risques insens?s. Enfin voil?, sachez que lorsque vous vous ennuirez dans la vie, que vous aurez couru des marathons, pratiqu? le base-jump, descendu les chutes du Niagara dans un tonneau... il vous restera ? relever le d?fi de la course ? pied sur la Grande Muraille !



Que dire de plus ? J'ai crois? beaucoup de chinois vendant de l'eau fra?che ou ? manger pour le touriste imprudent parti les mains dans les poches. C'est marrant de voir toute cette population, venant probablement des champs alentours, se taper 2 heures de marche aller et 2 heures de marche retour avec leur marchandise sur le dos pour tous les jours occuper leur poste sur la Muraille. Certains viennent m?me en famille, je suis tomb? sur des ribambelles d'enfants qui jouaient pendant que les parents cherchaient ? refourguer leur eau fra?che. A tous ceux qui pensaient que Dreux (ou Nogent-le-Rotrou) ?tait sans aucun doute le trou du cul du monde, une photo des environs de la Muraille. Et une autre sur laquelle il est bien possible que nous observions l'?cole du coin, ?duquant tous les enfants ayant pour terrain de jeu la Muraille.

La comparaison usuelle faite entre P?kin et Shanghai est la suivante : Shanghai serait Manhattan l? o? P?kin rivaliserait avec Los Angeles. Et bien c'est exactement ?a. Au d?but de la troisi?me journ?e de mon s?jour, je d?cidais d'aller visiter le Palais d'Et?. Pour ce faire, je louais un v?lo ? la journ?e pour l'?quivalent de 2 euros. Bon pour ce prix l?, je dois avouer que j'ai r?cup?rer une antiquit?, mais pour se fondre dans le paysage ?a n'est pas plus mal. Me voil? donc parti vers le palais et ses jardins. Je n'ai ?videmment pas pu r?sister, en chemin, ? l'envie de faire une nouvelle "vid?o embarqu?e". Comme vous pouvez le voir, cette s?quence illustre ? merveille l'anarchie qui r?gne sur les routes, les automobilistes ne respectant pas vraiment le Code de la Route (existe-t-il seulement ?), pas plus que les cyclistes ou les pi?tons. Je suis tout de m?me arriv? sain et sauf sans me perdre apr?s un trajet de 20 kilom?tres en direction du Nord Ouest. Tout ce que j'ai vu au bord des routes sur ces 20 kilom?tres ?tait aussi dense qu'un centre-ville, preuve de l'?tendue immense de cette agglom?ration. Pour ce qui est de l'orientation, aucun probl?me puisque les rue ont ?t? trac?es ? la r?gle, ou ? l'am?ricaine, c'est assez simple. En revanche, un gros point noir vint assombrir le trajet : l'air que l'on respire. Infect ! Charg? en pollen plus que partout ailleurs. Ajoutez ? cela les gazs d'?chappement des bus et des voitures, une atmosph?re lourde et humide, une temp?rature ?lev?e (plus de 25?C) et le tout devient suffoquant. J'ai sans arr?t ?t? g?n?, contraint de me moucher r?guli?rement, de me racler la gorge et d'essuyer mes pauvres yeux qui pleuraient... Heureusement, le paysage ?tait distrayant et parvenait ? me faire oublier cet enfer pour les bronches. Apr?s cet ?pisode, j'admets que porter un masque de chirurgien en pleine ville est tr?s utile et la prochaine fois je n'h?siterai pas ? m'en munir.



La visite du Palais d'Et? s'est faite en compagnie d'une foule dense. Des milliers de chinois m'entouraient. Beaucoup de familles, ?norm?ment de groupes prenant part aux visites guid?es (les gens de ces groupes portent tous la m?me casquette pour se rep?rer, et m?me pour certains tous le m?me gilet). J'ai commenc? par marcher au bord du lac. Puis arriv? au pied du Palais, je n'ai m?me pas pu profiter des bateau de marbre command? par l'imp?ratrice Cixi. Cixi a pr?f?r? assigner les fonds de la Marine chinoise ? la construction d'un bateau en marbre, pour mettre dans son jardin, plut?t que de les utiliser ? la construction d'un vrai navire de guerre ?toffant un peu la Marine nationale. R?sultat : peu de temps apr?s, la Marine chinoise s'est prise une sacr? d?culott?e par la Marine japonaise, me semble-t-il. Au bord du lac, j'ai crois? tout ? fait par hasard 2 fran?ais de Shanghai d?j? crois?s lors de 2 ou 3 soir?es. Dingue ?a, la Chine est petite. Il ?tait temps de r?-enfourcher mon v?lo et de re-parcourir les 20 kilom?tres ? l'envers en empruntant tout de m?me un itin?raire diff?rent. Le soir, je me suis rendu au Red Theater pour voir un spectacle de Kung Fu. L'histoire ?tait celle d'un jeune petit chinois qui d?sire devenir moine guerrier bouddhiste. Acte 1, sc?ne 1, il entre au Temple. Puis c'est l'initiation, la tentation, le retour aux sources, l'apprentissage qui continue, etc. Jusqu'? la cons?cration ?videmment, la sortie par la grande porte du Temple signifiant que le jeune enfant est devenu un adulte sage et a atteint le rang de moine guerrier. Ce qui ?tait assez marrant durant ce spectacle, c'?tait ?videmment les chor?graphies de Kung Fu. Je n'en suis pas particuli?rement fan, je trouve les mouvements trop saccad?s et rapides. Au b?ton, au sabre ou ? mains nus, les hommes au cr?ne ras? effectuaient de sacr?s prouesses : des sauts de cabri, des grands ?carts, des pirouettes, des roulades, etc... tout la panoplie de coups qu'enseigne Tortue G?niale. J'ai en fait pr?f?r? les moments plus pos?s o? la v?ritable danse reprenait le dessus. La gr?ce, l'harmonie, l'utilisation de l'espace (et de toute la hauteur sous plafond) faisaient de ces instants de superbes s?quences. Et puis le grand final est venu, moines de Shaolin style : p?tage de barres en fonte sur la tronche, p?tage de barres de bois sur les abdominaux, sur les dorsaux, sur la t?te... Grand moment aussi lorsque l'?l?ve moine s'allonge sur le tranchant de 3 sabres, puis on lui installe une planche ? clous sur le ventre, un autre moine vient s'allonger sur la planche ? clous. On d?pose une dalle en b?ton sur le ventre de ce deuxi?me homme (la composition du sandwich est donc : sabres - homme - planche ? clous - homme - dalle de b?ton) et un troisi?me larron s'am?ne... une masse entre les mains... et fracasse dans un hurlement la dalle de b?ton sur le bide du gars. Marrants les mecs...

A nouvelle journ?e, nouvelle visite. Le 4?me jour, je me rendais au Temple des Lamas, le plus grand temple de moines bouddhistes hors du Tibet, ? l'entr?e duquel j'ai crois? le Poncherello du coin. C'?tait joli, encore une visite o? je n'?tais pas tout seul mais j'ai tout de m?me eu le loisir d'admirer un Bouddha de 18 m?tres de haut sculpt? dans une seule et m?me pi?ce de bois. A part ?a, la d?couverte des temples s'accompagne toujours de la d?couverte des rites et pri?res bouddhistes. Les "fid?les" sont imperturbables et continuent de br?ler leurs b?tonnets d'encens en s'inclinant face ? Bouddha alors que les curieux papillonnent partout autour d'eux. A la suite de cette visite, je plongeais plein Sud le long du lac de Beihai. Au milieu de ce lac se trouve une Pagode Blanche perch?e sur une colline, en redescendant de cette colline par le Sud, nous tombons sur un nouveau temple qu'aimait bien fr?quenter l'Imp?ratrice Cixi. En soir?e, j'ai pouss? l'excursion jusqu'? Sanlitun Lu, au Nord-Est de la ville dans le quartier des ambassades. Cette rue est une concentration de bars o? les expatri?s ont l'habitude de sortir. C'?tait bruyant. Le Cafecito et le Corrigans de La Rochelle figurent toujours en haut de la liste des bars et caf?s agr?ables. Tenez c'est l'occasion de placer que le O'Malleys ? Shanghai (42 Taojiang Lu) n'est pas mal non plus, je n'y ai pas d'actions mais il faut avouer que le jardin associ? ? ce pub irlandais (tenu par un anglais) lui conf?re un caract?re pacifique au milieu de l'agitation urbaine.



Je reviens ? P?kin pour the last and almost the least : Temple of Heaven. Derni?re visite avant de d?coller vers Shanghai. Un ?ni?me temple, gr?ce auquel je commence ? bien assimiler le style des constructions ?rig?es par la dynastie Ming et les ajouts faits par les Qing. Les jardins sont tr?s agr?ables pour une simple ballade, le parc est vaste si bien que pour une fois, il me fut possible d'aller chercher la tranquillit? hors du chemin tout trac? pour les visites de groupes. Le Temple du Ciel fait partie des ic?nes de Beijing, ?a aurait tout de m?me ?t? dommage de rater ?a. Retour vers le centre en passant devant quelques grands centres commerciaux. L'agitation battait son plein : entre un d?fil? de mode organis? sur l'esplanade devant les Galeries Lafayettes locales, et un concert de rock sur le trottoir d'en face, le boulevard ?tait anim? ! Je suis entr? dans un des centres commerciaux "juste pour voir" et ? surprise, j'y ai d?couvert une patinoire au Rez-de-Chauss?e. La Chine communiste : une terre de contraste, assur?ment !



D?part vers l'a?roport et travers?e des abords de la ville o? les grandes tours d'affaire sont l?gion. Vous avais-je dit que P?kin est ceintur? par 4 p?riph?riques dispos?s en cercles concentriques ? Une petite anecdote ? propos de ces p?riph?riques (rapport?e par Le Monde) : le premier chinois dans l'espace, Yang Liwei, avait affirm? ne pas avoir vu la Muraille de Chine depuis sa capsule en orbite. Stupeur en Chine ! Il en allait de la fiert? nationale ! Etait-il possible d'imaginer qu'1,5 milliard de chinois perdent ensemble la face !? Ah ?a non alors, s?rement pas. La d?livrance, ayant permis de d?crisper la population enti?re sur ce sujet hautement sensible, est venue de Leroy Chiao, cosmonaute sino-am?ricain redescendu il y a peu de la Station Spatiale Internationale. Leroy a ramen? dans ses bagages quelques clich?s sur lesquels il serait possible d'identifier formellement la Muraille. Ouf ! Mais il faut ajouter que la Muraille est aussi visible que certains a?roports, les pyramides d'Egypte ou le 3?me p?riph?rique routier de P?kin !

dimanche 8 mai 2005

En attendant un r?cit complet de mon s?jour ? P?kin...



Voici une photo qui pourrait ?tre tir?e de la version chinoise de "Band Of Brothers". Si ces "kakis" ont l'air sympathiques comme ?a, il ne faut tout de m?me pas s'en approcher de trop pr?s puisque ce sont les m?mes (uniformes) que j'ai vu d?gager une mendiante et son b?b? ? grands coups de tatanes d'une rue fr?quent?e le soir m?me... le tout sous l'oeil stup?fait d'occidentaux et dans l'indiff?rence brid?e la plus compl?te. Les chinois sont rudes entre eux et ceux qui peuvent exercer un semblant de pouvoir ne s'en privent pas. G?n?ralement ce n'est pas fait de la mani?re la plus fine qui soit. Ces gars l? me font penser aux "D?traqueurs" de HP.

Dans quelques heures ? pr?sent, le r?cit complet de cette excusrion ? P?kin. A suivre...