Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 27 juillet 2006

Il se passe r?ellement toujours quelque chose ? ma fen?tre...









Je suis un lightning hunter ? 1h41. Ouh le bel ?clair. Dingue ?a.

mercredi 26 juillet 2006

Il se passe toujours quelque chose ? ma fen?tre...


0h33

mardi 25 juillet 2006

Yf?cho!

"Mesdames et Messieurs,

En raison des fortes chaleurs, pensez ? vous rafra?chir r?guli?rement. Buvez de l'eau m?me si vous n'avez pas soif.

Je r?p?te, en raison des fortes chaleurs, pensez ? vous rafra?chir r?guli?rement. Buvez de l'eau m?me si vous n'avez pas soif.

Merci de votre attention."

C'est marrant cette petite ambiance "on en chie ensemble under the canicule" dans le m?tro.

lundi 24 juillet 2006

Champion du monde de la copie

De faux m?dicaments contre le paludisme affluent en Afrique
REUTERS : Lundi 24 juillet 2006 - 14:25

par Tang Ee Lyn

HONG KONG (Reuters) - D?j? responsables de nombreuses morts en Asie, de faux m?dicaments contre le paludisme fabriqu?s en Chine d?barquent sur le continent africain o?, selon un sp?cialiste de l'Organisation mondiale de la sant? (OMS), ils pourraient faire beaucoup plus de victimes.

Le paludisme tue chaque ann?e 1,3 ? 3 millions de personnes et 90% des d?c?s ont lieu en Afrique.

Depuis 2001, l'OMS recommande des traitements contenant de l'art?sunate, un d?riv? d'extraits de plantes chinoises.

Mais ces derni?res ann?es, des contrefa?ons d'art?sunate ont envahi les march?s asiatiques, au Cambodge, au Vi?t-Nam, au Laos ou en Birmanie, provoquant des d?c?s. M?me si leur nombre n'a pu ?tre estim?, les victimes du paludisme vivant traditionnellement dans des r?gions recul?es, les sp?cialistes pensent qu'ils sont nombreux.

"Les gens meurent. Nous avons de nombreux exemples de personnes ayant pris ces faux m?dicaments et qui en sont morts", affirme Kevin Palmer, expert en paludisme ? l'OMS pour le Pacifique Ouest.

Ces contrefa?ons "apparaissent aussi en Afrique. C'est ce pourquoi nous sommes inquiets (...). Il y a un march? immense l?-bas et le paludisme y est tr?s dangereux".

ENQUETE EN COURS

C'est dans des usines de la ville de Guilin, dans le sud- ouest de la Chine, que sont produits ? la cha?ne ces m?dicaments. Mais au moins 12 types diff?rents de copies, contenant trop peu ou pas du tout d'art?sunate pour ?tre efficace, ont ?t? retrouv?s dans le pays.

"Ils peuvent produire des emballages identiques ? ceux fabriqu?s ? Guilin. Ils ont m?me l'hologramme qui correspond (...) c'est une copie tr?s sophistiqu?e. Les cachets semblent les m?mes", pr?cise Palmer.

"Nous travaillons avec Interpol et la police chinoise pour tenter de les localiser. L'enqu?te est en cours", a-t-il ajout?.

Mais il craint que les copies ne continuent ? affluer.

"M?me si nous fermons une des usines qui les fabriquent, rien ne dit que d'autres personnes ne recommenceront pas demain car il y a beaucoup d'argent ? se faire. C'est un march? de l'ordre du million de dollar, ce ne sont pas des contrefa?ons fabriqu?es dans une arri?re-cour".

Alors qu'un traitement avec huit comprim?s co?tent 2,20 dollars, les d?taillants vendent les contrefa?ons ? environ 0,40 dollar.

"La plupart d'entre elles tombent dans les mains de gens pauvres, ils n'ont pas le choix. Ils ach?tent ces m?dicaments avec le peu d'argent qu'ils ont et ils meurent".

"Ils n'ont aucun moyen de savoir qu'il y a une diff?rence, ils ne le soup?onnent m?me pas".

Shanghai - Paris

Et voil?, c'est fini. Une derni?re vid?o d'inspiration cosmo-chaotique pour un souvenir en images.



Vid?o Shanghai - Paris

Dancing Matt

?a c'est tr?s fort.



Where the hell is Matt ?


jeudi 20 juillet 2006

Au bout ? bout

Les premiers jours de la semaine furent consacr?s au bouclage de mes derni?res affaires et ? la gestion de l'envoi de mes cartons... quel merdier... je fus pouss? dans mes retranchements deux ou trois fois par jour sans m?nagement. Jamais une r?ponse claire ? mes questions, des informations contradictoires entre le matin et l'apr?s-midi, voil? ce qui m'a pouss? ? bout.

Imaginez un peu qu'on vous fasse remplir des papiers pour l'envoi de cartons d'effets personnels ? l'?tranger mais que l'on vous somme de surtout ne rien ?crire dans la case "adresse de livraison". Y'a de quoi perdre la boule. Enfin je suis fatigu?, je suis moralement ?puis?.

J'ai aussi assist? au "pillage" de mon ex-appartement par deux grands malades. Incroyable. Mercredi lors de ma derni?re journ?e au boulot, j'?tais dans un speed comme il en arrive rarement. A midi, je devais aller chercher mes valises chez moi, et rendre les cl?s de l'appartement dans le m?me temps. Comme j'?tais parti manger au resto avec deux camarades de bureau, je leur ai demand? s'il ?tait possible de faire un crochet par chez moi avant de retourner travailler. Jusque l? pas de soucis.

Mais au moment o? ils entr?rent dans l'appartement... mon Dieu... Prendre mes sacs de voyage et vider les lieux devaient pouvoir se faire en cinq minutes. J'avais laiss? dans l'appartement quelque paquets de g?teaux, des chips, une bo?te de c?r?ales, des trucs comme ?a quoi... ils sont devenus fous lorsqu'ils ont vu ?a. Plus rien ? foutre de mes sacs de voyage. C'est comme s'ils avaient ?t? affamm?s pendant des mois. Ils se sont mis ? hurler, ? courir dans l'appart pour checker tout ce que je laissais et pour r?cup?rer ?videmment le maximum de choses.

Ils s'empar?rent d'un grand carton et y vid?rent tout les restes comestibles. Puis ils me demand?rent si les rallonges ?lectriques ?taient ? moi ou au propri?taire. Elles ?taient ? moi... allez hop embarqu?. Un modem ADSL qui allait avec la ligne ADSL encore ouverte pour 6 mois... embarqu?. Ensuite ils ont ouvert mes placards, et embarqu?rent une trentaine d'affreux cintres en plastique, ceux qui sont rendus avec les v?tements qui reviennent de la blanchisserie. Un ?tendoir ? linge... embarqu?. Etc etc etc... 30 minutes... 2 furies... 1 sc?ne de pillage litt?ralement. Ils m'ont fait peur.

Le mercredi soir; j'avais finalement r?ussi ? boucler tout ce que je devais faire et j'ai pu partir pour Suzhou l'esprit ? peu pr?s tranquille. Ce matin, coup de t?l?phone : finalement ce serait quand m?me int?ressant de conna?tre l'adresse de livraison de mes cartons... ? croire qu'il y a deux jours, ce n'?tait pas le bon moment pour poser cette question. Non mais vraiment... on croit r?ver. Cet apr?s-midi, re-coup de t?l?phone pour parler cette fois-ci du r?glement de l'envoi. Ce soir, email pour me dire que contrairement ? ce qui m'avait ?t? affirm? haut et fort il y a deux jours, le d?douanement de mes affaires ? Paris n'est pas inclus dans cette prestation de transport et devra ?tre effectu? par mes soins. L? j'ai carr?ment envie de dire : "Mais bordel ! Est-ce qu'on ne serait pas en train de se foutre de la gueule du monde ???". Incroyable.

A part ?a aujourd'hui, apr?s une derni?re visite ? YSL, j'ai rejoint Shanghai o? je n'ai plus qu'? attendre mon avion demain soir. J'esp?re qu'? pr?sent tout se passera bien jusqu'au d?collage. Je n'aurai plus acc?s aux emails sit?t ce billet post?. Je n'ai plus de t?l?phone. Je n'ai m?me plus l'heure sur moi. Ceci devrait me permettre de me tenir ?loigner de toutes sources d'ennuis ce vendredi. La s?r?nit? est ? ce prix l? : se couper du monde dans une des villes les plus vivaces de la plan?te.

lundi 17 juillet 2006

Cassos

Epuisant le week-end. Je l'ai pass? ? emballer mes affaires. Ensuite la strat?gie fut de tout emmener au boulot pour faire place net dans mon appart. J'ai pu g?rer deux allers/retours avec mon v?lo en ayant des trucs en bandouli?re et en ?quilibre sur le porte-bagages ou sur le guidon... mais pour les trois caisses les plus lourdes aux larges dimensions, j'ai ?t? oblig? d'attendre le renfort de deux bonnes ?mes. Nous nous sommes retrouv?s ? porter ? bout de bras ce lourd chargement dimanche soir ? 1 heure du matin dans les rues d?sertes... ?pique. En fait, nous n'avons fait que 200 m?tres avec notre chargement sur les bras. Ensuite on s'est mis en stand-by au bord d'une grande avenue pour heller un taxi. Il a bien du halluciner d'ailleurs le taxi driver de voir 2 jeunes ?trangers et une chinoise en train de d?m?nager en pleine nuit. Deux cartons dans le coffre, le dernier (aussi le plus long et le plus lourd) gliss? par la fen?tre sur la banquette arri?re et zou ! direction le milieu de la zone industrielle pour d?poter la came. On ne l'a pas aid? ? se construire un r?f?rentiel de l'occidental qui tient debout sur ce coup l?. Et encore, monsieur taxi driver n'?tait pas au bout de son ?tonnement puisque rendu au boulot, il aura vu 3 personnes bondir de la bagnole, s'emparer des cartons, crocheter le portail ? l'ancienne pour ne pas r?veiller le gardien, s'engouffrer dans un b?timent qui baigne dans le noir et revenir fatigu?s et bien morts de rire quand m?me.

De retour dans cet appartement vide de mes personal belongings ou presque, je m'assurais que ce qui restait sous mes yeux tiendrait dans mes 2 sacs de voyage. J'ai bien fait de v?rifier car en fait ?a ne tenait pas, donc ce matin, j'ai amen? ce surplus pour le caser dans les cartons transbahut?s la veille au soir. Normalement je ne devrais pas ?tre trop mal maintenant. Le plus gros sac de voyage est d?j? boucl?, il ne me reste plus que quelques fringues ? compresser/bourrer dans l'autre sac, c'est jouable. Par contre, c'est tr?s lourd.

Autre sensation du week-end : la d?couverte d'un mini-Rungis au milieu d'une rue anodine, encore un truc compl?tement incongru, incompr?hensible. On faisait un tour ? pied samedi soir en sortant du resto et nous sommes tomb?s sur une cinquantaine de fermiers/producteurs squattant le pav? d'une avenue, avec leurs camions et moto-cariolles, entre minuit et une heure. Visiblement, les gars s'installaient tout juste, ils avaient ? vendre des bottes d'herbes en tous genres, de grosses courges, des comcombres, des tomates. Marrant mais bizarre.

vendredi 14 juillet 2006

i need a reminder of what i'm doing

J'ai d?j? rassembl? 2 ou 3 gros paquets ? renvoyer en France via transporteur. J'ai d?mont? et remis dans sa caisse mon petit piano. J'ai rassembl? tous mes v?tements sur le lit pour me rendre compte que tout ne rentrera pas dans mon gros sac de voyage. Heureusement, des sacs, j'en ai d'autres. ?a ira bien finalement. Deux sacs en soute, et un sur moi. Il faut encore que je mette tous mes livres et autres bricoles dans un autre carton, ? envoyez avec les gros paquets.

Je regardais mon radio-r?veil hier soir et je me disais que j'allais justement enfin pouvoir me reservir de la fonction Radio pour le r?veil. Entre la radio chinoise ou le buzzer, je n'ai jamais h?sit? bien longtemps.

Ensuite il faudra que je refourgue mon v?lo, un four micro-ondes, un aspirateur, un ventilateur-chauffage mobile, un ?tendoir ? linge ? ceux que ?a pourrait int?resser. Que j'aille ? la banque vider et fermer mon compte. Que je rende ma carte SIM. Que je fasse graver le disque dur de mon ordi de boulot et que je rende cet ordi. Que je m'assure que le transporteur a bien emmen? mes affaires. Que je reconfirme mon vol. Et ? partir de l?, on ne devrait pas ?tre trop mal.

De grandes tentes ont encore ?t? install?es dans ma rue hier soir, j'ai vu le coup venir... je m'attendais ? me faire r?veiller ce matin au son limite supportable du tambourin et au clash des affreuses cymbales. D'habitude les hostilit?s pour ce genre d'?v?nements d?butent ? 7h30 le matin et se termine vers 23 heures, et ce pendant 3 jours. Ce matin, ?a a commenc? ? 8 heures, et d?j? au bout d'une demi-heure, les mecs observaient un long break. La chaleur a du bon. Le probl?me est que nous sommes vendredi, que demain c'est samedi naturellement, qu'apr?s-demain si tout va bien ce sera dimanche, et que ?a va profond?ment m'insupporter de me faire r?veiller au son d'une "musique" styl?e op?ra de p?kin. Ce qu'il faudrait, c'est qu'il pleuve sans discontinuer pour que la rue retrouve sa qui?tude.

Hier, ? la mi-journ?e, le thermom?tre indiquait 44?C en plein soleil. oO!

jeudi 13 juillet 2006

N'ayez crainte, c'est un ami.

Hier soir j'ai d?n? ? c?t? d'un franco-chinois, qui fut longtemps responsable des ventes de divers comptes ?trangers sur le march? chinois. Le genre de gars qui se trouve au coeur du r?seau chinois et qui a moyen de bien vous faire rire en vous racontant comment il est parvenu ? signer tel ou tel contrat avec les d?cideurs locaux.

Il m'a r?p?t? qu'? partir du moment o? un chinois t'invite ? manger, ?a y est, tu es son ami. Et avec les amis, on fait du business bien s?r, sinon ? quoi peuvent-ils bien servir ces amis ? D'autre part, pour le businessman local, il n'y pas de vie priv?e ou de vie professionnelle, le tout se confond. Les mecs bossent tout le temps para?t-il. Le mec me disait que ses contacts d'affaires chinois l'appellent n'importe quand pour causer affaires : ? 23h30 le vendredi soir ou le dimanche matin ? 8 heures, ?a ne doit pas poser probl?me. Il n'y a pas d'heure pour se demander comment on va pouvoir nourrir sa famille et d?velopper sa sph?re d'influence.

En g?n?ral, pour remporter une affaire classique, il faut inviter ? manger le d?cideur et ses 3 ou 4 proches collaborateurs. Pr?voir de claquer environ 3000 ? 4000 yuans pour un repas ? 4 ou 5 personnes, et le contrat est ? vous ! Vous aurez montr? ? vos nouveaux amis que vous les estimez en d?boursant une somme inhabituelle pour un repas.

Les plus beaux coups de mon interlocuteur : un repas ? 16 personnes au sommet de la Jin Mao Tower ? Shanghai pour lequel il avait l?ch? 10 000 yuans (1000 euros). Et celui qui me fait le plus rire, c'est lorsqu'il a accept? de se porter garant pour que la ni?ce du mec avec qui il ?tait dans un round de n?gociation finale obtienne un passeport ! La ni?ce voulait aller visiter la France, mais elle n'avait pas de passeport et donc aucune chance de d?crocher un visa. Heureusement "Salesman" ?tait l? ! Il a donn? des photocopies de son passeport, de sa carte d'identit? fran?aise, il a r?dig? une lettre d'invitation ? la ni?ce sous le nom de la bo?te pour laquelle il travaillait... avec tous ces documents, la ni?ce a finalement obtenu son passeport de la part des autorit?s chinoises. Puis son visa par le consulat fran?ais et elle a pu passer ses vacances en France. Sit?t le visa de la ni?ce obtenu, bien s?r, l'oncle rappelait mon interlocuteur vendeur et lui posait une seule question : "Pour combien dois-je t'acheter afin que tu remplisses tes objectifs annuels ?"... Bon on peut y voir de la magouille mais l? en l'occurence, c'est tout de m?me une belle histoire d'entraide entre les hommes ! C'est beau la Chine.

En 2005, le montant des sommes d'argent circulant au titre de la corruption ?tait ?valu? ? 15% du Produit National Brut chinois.

mercredi 12 juillet 2006

Ton verre est vide...

Hier avait lieu le fameux d?ner dont le choix du lieu avait longuement ?t? discut?. Repas chinois classique autour de deux grandes tables ? plateau tournant. Une table de filles, buvant du lait. Et une table de gar?ons, buvant de la bi?re. Au milieu, des dizaines de plats s?accumulant les uns par dessus les autres. Et au final, beaucoup de g?chis de nourriture bien s?r, c'est la norme.

C??tait pour moi l?occasion de partager un dernier d?ner rassemblant tous les gens du boulot. J?ai du entendre ? peu pr?s 310 fois la phrase ? GanBei ! ?? (qui veut dire ? Trinquons mon ami et vide ton verre d?un trait afin que je te le reremplisse imm?diatement ? ras bord ?). La consommation de ? Big Boss Beer ? (marque chinoise du coin) a du atteindre 2 ou 3 litres par personne en fin de repas comme ? chaque fine soir?e festive locale. Et Dieu sait que la ? Big Boss Beer ? n?est pas tr?s bonne? enfin au moins, nous aurons ?chapp? ? l?alcool de riz d?bouche-?vier. La chose toujours appr?ciable est que tout ceci est exp?ditif : 18h30 - 20h30.

Au cours de ce d?ner, un fanfaron camarade de travail, debout entre les deux tables, d?clamait en anglais que le lendemain il r?digerait une demande d?investissement pour l?achat de nouvelles caisses de bi?res. Sacr?s chinois ? ! Est?n locos bajo la influencia de la cerveza. Deber?amos intentar venderles algunas botellas de Mahou Cinco Estrellas !

mardi 11 juillet 2006

Attention il a une banane

Au repas ce midi ?tait servi une banane en dessert. Cool, j?aime bien les bananes. Quelqu?un f?t remarquer que pour une fois, elle avait vraiment un bon go?t cette banane. Selon moi, elle venait des Philippines. Mais je ne pouvais pas le v?rifier car la mienne avait perdu son ?tiquette.

Un coll?gue chinois l?avait encore lui et on pouvait en effet y lire ? Best Fruits ; Philippines ?. Mais lui disait que c??tait du fake. Ces bananes l?, pensait-il, venaient du Sud de la Chine et les producteurs y apposaient des ?tiquettes ? Philippines ? pour pouvoir les vendre ? un prix plus ?lev?. Des trois chinois assis ? la table, tous favorisaient cette ?ventualit?.

Alors est-ce qu?ils se foutaient de nous ? Ou est-ce la r?alit? ? Si c?est vrai, ?a en devient maladif cette mani?re de tout produire fake-style ! Ce serait inqui?tant.

Dans le fond, c?est une sacr? fa?on d?intoxiquer le march? pour s?imposer ! Imaginez un peu : bient?t tous les consommateurs de monde auront un doute lors de leurs achats ! Si j?ach?te par exemple un scooter ?crit ? Made in Italy ?, tout de suite je vais me dire ? Ouais c?est ?a ! Je suis s?r qu?en fait c?est encore un coup des chinois qui ont construit 99% du scooter et qui essaye de me le vendre moiti? plus cher en b?n?ficiant du label italien ! ?? Et du coup, dans quels types d?achats le doute s??vaporera-t-il ? Dans ceux qui n?ont pas peur d?assumer la v?rit? pardi ! Dans ceux libell?s ? Made in China ? ? la naissance. Dans ce cas, je me dirai : ? Bon c?est peut-?tre pas le top, mais au moins ?a joue carte sur table? ?. ?a fait peur hein ! Dans cette hypoth?se, la Chine est assimilable ? un trou noir qui inexorablement happe toute la production mondiale, et ? qui il faudrait vite l?guer tout le savoir-faire, d?tenu par les autres pays industrialis?s, pour le bien des consommateurs. Wow ! Trop fort la strat?gie?

We?re gonna be like little Fonzies here. And what?s Fonzie like ? Come on what?s Fonzie like ?

lundi 10 juillet 2006

Avec panache !

Affreux. Affreux affreux affreux.. quel match les enfants... Henry dans les vap's au bout de 30 secondes de jeu, ce penatly pas m?rit?, mais qui finalement venait balancer plus tard celui qui aurait ?t? m?rit? mais qui ne fut point siffl?. Cette t?te de Zidane smash?e par Buffon. Cette ?paule douloureuse qui a fait retenir son souffle ? tout le monde. Et c?t? italien, ce corner maudit, ce coup franc qui passe au-dessus du mur et rase le poteau de Barthez... et pour finir Trezeguet qui fait une transversale... chaud chaud chaud, que d'?motions.

Il fallait attendre 2 heures du matin ? Shanghai pour assister ? cette finale. Le match ?tait retransmis sur ?crans g?ants un peu partout. J'ai eu l'impression que les supporters fran?ais ?taient beaucoup plus pr?sents que les tifosi. Normal me diras-tu puisque la communaut? fran?aise est plus large que l'italienne. Tenez, pour go?ter ? l'ambiance qui r?gnait proche d'un pub squatt? par les supporters, visionnez donc cette vid?o. Je ne sais pas comment le voisinage a pu dormir cette nuit l?.

Ambiance TaoJiang Rd.


Comme vous le voyez, y'avait foule, on se serait cru ? l'ext?rieur d'un stade. Malheureusement, je n'ai pas pu me frayer un chemin pour entrer dans cette ar?ne. Tant pis, il y avait d'autres endroits. Les supporters ?taient un peu moins vaillants dans le jardin (du Sacha's) o? je me suis retrouv?, mais l'?cran ?tait plus grand qu'ailleurs. Revoyez comment fut v?cu le penalty de Zidane.

Penalty Zidane


Et puis bien plus tard, il y eut cette expulsion. J'ai l'impression qu'apr?s ?a, il valait mieux que l'Italie gagne pour pr?server l'entente entre les peuples. Exclusif, j'ai r?cup?r? la bande-son de l'?change entre Materazzi et Zidane :

Materazzi : H? dis donc la danseuse madril?ne, para?t que t'as mal ? l'?paule ?
Zidane : Fais pas chier ducon.
M : Tiens si j'appuie l?, ?a te fait mal ?
Z : 'Tain refais pas ?a sinon... !
M : Sinon quoi ? Tu vas aller pleurnicher dans le jupon de l'arbitre ? Pfff... baltringue.
Z : Ferme l? o? je te savate.
M : Ah ouais ? Et ben vas-y savate moi ! Le monde entier te regarde ! vas-y j'attends !... H? pars pas ! Je te parle !... Au fait je voulais te dire que la Juv' se porte mieux sans toi, faut pas le prendre mal mais t'avais pas la classe ? l'italienne tu vois... et puis ta femme faisait baisser la moyenne de beaut? du club des femmes de joueurs.
Z : Oh putain... (FULGURO-TETE !!! ET BLAAAMMM !!!). Tiens prends ?a gros con.
...
And it is a red card. Une fa?on innovante de mettre un terme ? sa carri?re.
Les chinois sont presque plus fanatiques de Zidane que les fran?ais. Juste apr?s le match, je suis tomb? sur un chauffeur de taxi qui semblait avoir appr?ci?, par-dessus tout, le coup de t?te de Zizou inflig? ? l'italien... la d?faite n'?tait que secondaire pour ce chauffeur... mouais bon... bof quand m?me.

dimanche 9 juillet 2006

Don't do that

Ce panneau me fait bien marrer ? chaque fois que je passe devant. Il se trouve ? l'entr?e d'une bouche de m?tro ? Shanghai (sortie 1 de la station ShanXi Nan Lu sur la ligne 1 pour ?tre pr?cis).



Donc s'il vous pla?t, soyez sympas, pas de bagages pi?g?s dans le m?tro, ok ? Evitez de transporter des explosifs dans les transports en commun et ? plus forte raison d'y faire exploser votre valise, sinon ?a ira mal pour vous. Qu'on se le dise.

Ceci me rappelle ce que Chris avait remarqu? ? P?kin et qui nous avait aussi bien amus?. Dans je ne sais plus quel passage pi?ton souterrain ou station de m?tro, nous avions vu un panneau repr?sentant une voiture qui explose barr?e d'une grosse croix rouge... comment l'interpr?ter ? C'est tr?s simple : "No car bombings", pas de ?a ici ok, notez-le. L'attentat ? la voiture pi?g?e n'est pas tol?r?. On vous aura pr?venu.

samedi 8 juillet 2006

Still running...

Je suis de retour ? Shanghai pour constater la fin d'une institution pour quiconque ayant s?journ? ici plus de 72 heures avant la fin juin 2006, j'ai nomm? : le XiangYang Gift Market, aussi appel? "Fake Market". C'?tait un point incontournable pour les touristes souhaitant ramener des souvenirs peu on?reux, c'?tait le lieu de pr?dilection pour tout ?tranger souhaitant exercer son chinois dans l'art de la n?gociation, c'?tait un lieu de vie o? l'on se marchait all?grement dessus, o? l'on se bousculait dans la bonne humeur, o? l'on se faisait parfois courser par des vendeurs tenaces. C'?tait aussi le lieu id?al pour voir des acteurs n?s reconvertis dans la vente ! Je garderai longtemps en m?moire les num?ros des vendeuses qui essayaient de vous faire croire que vous leur arrachiez le coeur en proposant un prix si bas pour l'article de pacotille qui vous int?ressait. C'?tait marrant. Et depuis lundi 1er juillet, ?a ressemble ? ?a donc.



Entr?es mur?es, tout le quartier est promis ? la d?molition. Caf? Montmartre et cr?perie bretonne inclus. Quel choc ! Je me demande bien ce qui est pr?vu ? la place. Probablement quelques tours de bureaux au bord de HuaiHai Lu et peut-?tre des r?sidences sur l'arri?re.

Autour du march?, il y a encore les combattants de la derni?re heure qui n'en finiront jamais d'alpaguer le touriste ? grands coups de "bagz, watcheese, cidi, diouidi, lookalooka". Aujourd'hui leur discours s'ach?ve d'un "XiangYang market closed, come and take a look to my warehouse". Les malins... ils avaient des stocks dans les environs ! Stock ou pas, une page se tourne. J'ai entendu dire que les commer?ants de ce march? allaient se r?installer vers Pudong... Pudong au sens large s'entend, il ne vont pas remonter un fake market ? LiuJiaZui au pied de l'Oriental Pearl Tower !



Et puis dans le m?me temps, je me demande si la prise en charge nocturne des taxis de Shanghai n'a pas augment? d'un kuai pour atteindre 14 kuais. Si c'est vraiment le cas, je pense que l'on peut d?finitivement dire que la ville n'en finit pas de muter ! Shanghai keeps going on !

vendredi 7 juillet 2006

Prise de t?te

Aujourd'hui les gens du bureau m'ont invit? au restaurant mardi prochain. Tr?s bien, sympa les gens. Le choix du resto me revient. Oul?... bon pour contenter tout le monde, je commence par leur dire que je suis d'accord pour manger chinois. Face ? cette d?claration, ils avaient l'air rassur?. Ensuite vint le choix du lieu. Lieu A ou lieu B ? Sachant que la moiti? des gens du bureau vivent proche du lieu A. Et l'autre moiti? proche du lieu B. Moi-m?me, vivant sur le lieu B, je me dis naturellement que ?a pourrait ?tre sympa d'aller en A pour une fois. J'affirme mon choix : ce sera le lieu A. Final answer.

Qu'est ce que je n'avais pas dit l?... En une heure, un groupe de lobbyistes pro-B s'?tait form?. Je me voyais limite convoqu? dans un bureau pour me faire expliquer tous les avantages que pr?sentait le lieu B... N'ayant pas de temps ? perdre avec ces b?t?ses, je renvoyais la balle en disant : "Vous n'avez qu'? choisir pour moi apr?s tout, moi je m'en fiche, je serai ravi de venir quelque soit le resto choisi." Victoire facile pour les lobbyistes pro-B, je venais de leur donner les cl?s.

Mais les lobbyistes pro-A ne l'entendaient pas de cette oreille. D?s que les pro-B ?taient venus les voir pour leur dire que le plan initial ?tait modifi?, paf je les avais sur le dos :
- "C'est vrai que tu veux plus aller en A ? Tu veux vraiment aller en B ?"
- "Euh... non ce n'est pas ce que j'ai dit. J'ai dit que je vous laisse vous arranger entre vous et on ira l? o? ?a arrange le plus de monde possible et puis c'est tout."
- "Bon bah dans ce cas, si tu veux vraiment aller d?ner en B, faut que tu demandes l'approbation du boss."
- "Quoi !!!??? Mais qu'est ce que c'est que ce d?lire encore ? Qu'est ce que vient faire le boss dans cette histoire ? Ecoutez vous me sao?lez grave, ok !? Donc r?glez ?a entre vous."

Non mais... Font chier quoi c'est vrai.

jeudi 6 juillet 2006

Coopt

Je suis all? d?ner au restaurant ce soir. J'y ai crois? le boss de l'autre division du boulot, il m'a nargu? sur la puissance de sa carte de fid?lit? dans ce resto qui lui permet d'avoir 20% de r?duction sur l'addition. Moi je n'en ai que 12. Du coup, pour me faire plaisir, il a fait appeler le boss du resto ? qui il a demand? de d?livrer sur le champ une carte de r?duc digne de ce nom ? l'honorable ami ?tranger (moi ! :)). Je me retrouve donc aussi avec mes 20%. Dommage que cela arrive si tard ! Dans deux semaines, moi aussi je pourrai coopter un camarade en lui l?guant ma carte !

En revanche je d?livre un mauvais point pour l'ind?licatesse des serveuses qui se battaient pour ne pas devoir aller prendre la commande du laowai... h? oh ?a va ! C'est quoi ce d?lire !? Je suis quand m?me capable de me faire comprendre pour commander ? manger sans avoir ? plonger dans un embarras profond le/la serveur/euse... j'te jure, on n'est pas aid?...