Les premiers jours de la semaine furent consacr?s au bouclage de mes derni?res affaires et ? la gestion de l'envoi de mes cartons... quel merdier... je fus pouss? dans mes retranchements deux ou trois fois par jour sans m?nagement. Jamais une r?ponse claire ? mes questions, des informations contradictoires entre le matin et l'apr?s-midi, voil? ce qui m'a pouss? ? bout.

Imaginez un peu qu'on vous fasse remplir des papiers pour l'envoi de cartons d'effets personnels ? l'?tranger mais que l'on vous somme de surtout ne rien ?crire dans la case "adresse de livraison". Y'a de quoi perdre la boule. Enfin je suis fatigu?, je suis moralement ?puis?.

J'ai aussi assist? au "pillage" de mon ex-appartement par deux grands malades. Incroyable. Mercredi lors de ma derni?re journ?e au boulot, j'?tais dans un speed comme il en arrive rarement. A midi, je devais aller chercher mes valises chez moi, et rendre les cl?s de l'appartement dans le m?me temps. Comme j'?tais parti manger au resto avec deux camarades de bureau, je leur ai demand? s'il ?tait possible de faire un crochet par chez moi avant de retourner travailler. Jusque l? pas de soucis.

Mais au moment o? ils entr?rent dans l'appartement... mon Dieu... Prendre mes sacs de voyage et vider les lieux devaient pouvoir se faire en cinq minutes. J'avais laiss? dans l'appartement quelque paquets de g?teaux, des chips, une bo?te de c?r?ales, des trucs comme ?a quoi... ils sont devenus fous lorsqu'ils ont vu ?a. Plus rien ? foutre de mes sacs de voyage. C'est comme s'ils avaient ?t? affamm?s pendant des mois. Ils se sont mis ? hurler, ? courir dans l'appart pour checker tout ce que je laissais et pour r?cup?rer ?videmment le maximum de choses.

Ils s'empar?rent d'un grand carton et y vid?rent tout les restes comestibles. Puis ils me demand?rent si les rallonges ?lectriques ?taient ? moi ou au propri?taire. Elles ?taient ? moi... allez hop embarqu?. Un modem ADSL qui allait avec la ligne ADSL encore ouverte pour 6 mois... embarqu?. Ensuite ils ont ouvert mes placards, et embarqu?rent une trentaine d'affreux cintres en plastique, ceux qui sont rendus avec les v?tements qui reviennent de la blanchisserie. Un ?tendoir ? linge... embarqu?. Etc etc etc... 30 minutes... 2 furies... 1 sc?ne de pillage litt?ralement. Ils m'ont fait peur.

Le mercredi soir; j'avais finalement r?ussi ? boucler tout ce que je devais faire et j'ai pu partir pour Suzhou l'esprit ? peu pr?s tranquille. Ce matin, coup de t?l?phone : finalement ce serait quand m?me int?ressant de conna?tre l'adresse de livraison de mes cartons... ? croire qu'il y a deux jours, ce n'?tait pas le bon moment pour poser cette question. Non mais vraiment... on croit r?ver. Cet apr?s-midi, re-coup de t?l?phone pour parler cette fois-ci du r?glement de l'envoi. Ce soir, email pour me dire que contrairement ? ce qui m'avait ?t? affirm? haut et fort il y a deux jours, le d?douanement de mes affaires ? Paris n'est pas inclus dans cette prestation de transport et devra ?tre effectu? par mes soins. L? j'ai carr?ment envie de dire : "Mais bordel ! Est-ce qu'on ne serait pas en train de se foutre de la gueule du monde ???". Incroyable.

A part ?a aujourd'hui, apr?s une derni?re visite ? YSL, j'ai rejoint Shanghai o? je n'ai plus qu'? attendre mon avion demain soir. J'esp?re qu'? pr?sent tout se passera bien jusqu'au d?collage. Je n'aurai plus acc?s aux emails sit?t ce billet post?. Je n'ai plus de t?l?phone. Je n'ai m?me plus l'heure sur moi. Ceci devrait me permettre de me tenir ?loigner de toutes sources d'ennuis ce vendredi. La s?r?nit? est ? ce prix l? : se couper du monde dans une des villes les plus vivaces de la plan?te.