Ce soir j'?tais ? l'Assembl?e Nationale pour assister ? une conf?rence sur le d?clin d?mographique. Outre le th?me int?ressant d?velopp? l?, ce qui m'aura interpell? en premier lieu reste la fa?on inhabituelle avec laquelle les gendarmes, qui officient aupr?s des repr?sentants du peuple, s'adressent ? vous. D'habitude, ils vous abordent avec l'accent du Sud pour vous demander les papiers relatifs ? la mise en circulation du v?hicule. En ces lieux, on vous sert du "Bonjour Monsieur", "Je vous prie de m'excuser", "Merci Monsieur" ? la pelle. Preuve est donc faite que la gendarmerie sait adapter sa r?ponse au degr? de menace qui se pr?sente face ? elle.

En l'occurence, j'obstruais le passage dans un couloir car j'attendais l'ascenceur. Plut?t que de me bousculer en ajoutant un petit "Pardon" sec et commun, tellement plus proche de la rue, d'o? je viens (j'?tais arriv? ? pied par la rue de l'Universit? depuis le m?tro Invalides), le k?pi commen?ait donc par me saluer avant de me prier de l'excuser d'avoir ? me demander de me d?caler afin de le laisser passer. Est-ce bien normal que le langage soutenu dans la bouche d'un gendarme m'ait interpell? ? Evidemment non. Mais ici, dans ce b?timent abritant le fameux "l?gislateur" ayant r?ponse ? presque tout, nous ?tions, la gendarmerie et moi, enfin plus ?gaux que jamais ! Des fils de la R?publique comme dirait Jacques. Entre citoyens n?s libres et ?gaux en droit, n'est-il pas tout ? fait normal d'illustrer le respect que nous nous portons r?ciproquement par quelques formules de politesse ? Sortis de la relation dominant/domin? usuelle sur les routes de France, la mar?chauss?e saura donc se montrer tout aussi courtoise avec vous, sinon plus, que vous ne l'?tes par ailleurs vous-m?me avec votre boulang?re. Soyez-en convaincus.

A l'assembl?e, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, tout le monde il est poli.