Ce matin, 7h59, Paris, ligne 8 direction Balard ; j?ai le regard vide du lundi matin, viss? sur le plancher de la rame de m?tro sans aucune volont? de le relever. Je regarde les chaussures des gens, ?a dit beaucoup de choses les chaussures. Bottes, baskets, mocassins us?s, cuir fra?chement cir?, bouts ronds ou carr?s, pieds larges ou effil?s, chaussures ? talons? jusqu?au moment o? je bloque net. A l?arr?t sur une paire de chaussures basses, en mauvais cuir lustr? bicolore (noir et chocolat au lait), plut?t longues et plates sur l?avant du pied. Elles ont un air de bec de canard. Je scrute l?arri?re de la chaussure, la forme est hideuse, Dieu que c?est laid, le talon l?g?rement rehauss? ajoute encore un peu plus au grotesque de l?ensemble. Des chaussures comme ?a, ?a ne peut venir, ? ma connaissance, que d?un endroit dans le monde. D?habitude, elles sont sublimement mises en valeur par une fine paire de chaussettes quasi-transparentes et remont?es jusqu?? mi-mollet. Un mollet qui appara?tra nu ? la belle saison lorsque le pantalon de costume mal coup? se porte remont?, au moyen d?ourlets, jusque dans une zone comprise entre le dessous du genoux et la mi-cuisse.

Le moment ?tait venu de savoir si mon pressentiment ?tait juste. Mon regard d?collait alors vers l?heureux propri?taire de ce mod?le d?anthologie, qui n?est heureusement pas commercialis? chez nous. Bingo. L?homme est endormi, la t?te pos?e en arri?re, bouche ouverte, fil rouge autour du coup auquel est tr?s certainement accroch? un petit pendentif en jade? c?est un chinois qui d?balle sous mon regard captiv? cette classe toute extr?me-orientale ! Splendide specimen.


Ze pompe chinoise officielle - Le mod?le jetset en croco
(existe aussi sans lacets) - (complet?ment collector)