Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 27 novembre 2006

Au quotidien entre le 11 et le 25 novembre

C'est rudement int?ressant dis donc ! ... Je ne me lasse pas de faire ces petits update r?guliers en images de mauvaise qualit?...


Parfois je rentre chez moi et je trouve des gens dans mon salon. Quelques heures plus tard, apr?s m'?tre m?l? ? la f?te, voil? le genre de choses dont je suis t?moin. Ces gens sont cr?atifs, j'adore.


Une derni?re anecdote de merde pour la route : hier je me trouvais rue de la Croix-Nivert, une bagnole s'arr?te ? ma hauteur avec un couple de vieux assis dedans. La vitre se baisse, ils me demandent o? se trouve la rue de Lourmel. Facile... "Prenez ? gauche, et puis apr?s c'est tout droit. Vous la croiserez au deuxi?me feu tricolore". La voiture repart, je continue mon chemin ? pied. Cinq minutes plus tard, je suis ? la hauteur de la caserne des pompiers rue des Entrepreneurs, une bagnole est en warning 20 m?tres devant moi au milieu de la rue, le conducteur sort de la voiture et court vers moi. Tain ! C'?tait le m?me vieux dis donc ! Il m'avait reconnu. Il me dit : "On vient de me dire que la rue de Lourmel ?tait par l?, ? droite !" sur un ton limite ?nerv?. "HHoooooo !!! Tu te calmes !!! Je te dis que c'est droit devant toi l'ancien ! Au prochain feu ! Tain combien de temps tu vas me suivre comme ?a le vieux !? Faut que je t'y emm?ne dans cette rue ou quoi ?". Non mais je te jure, limite je me suis fait engueul? parce qu'un esp?ce de connard lui avait donn? une seconde indication diff?rente de la mienne... C'est fou. On veut rendre service et puis voil?.

dimanche 26 novembre 2006

Name-dropping session ? La Cigale

Je suis all? voir Vincent Delerm ? La Cigale ce vendredi soir. Le roi du name-dropping a r?ussi a enjouer le public par le set de chansons de son nouvel album "Les Piq?res d'Araign?es", nettement moins glauquissimes que tout ce qui pr?c?de dans sa discographie. Exit m?me l'ensemble piano-voix unique des d?buts, 5 musiciens assurent ? pr?sent sur sc?ne avec lui l'orchestration joyeuse des nouveaux titres. Il s'adresse beaucoup au public, fait quelques petites blagues. Exemple : durant le spectacle, apr?s avoir jou? une chanson un peu plus triste que les autres, il d?cr?te qu'il faut r?tablir une ambiance heureuse et il tente pour cela de coller son public au jeu des devinettes. Il expose ?galement sa th?orie sur les chansons "dingues", "chouettes" et "ni dingues ni chouettes (donc pourries)". Plus tard, il va chercher en coulisses un ?cran pour projeter des diapositives, revient sur sc?ne le d?rouler, et commence la projection "La prochaine chanson est une chanson / que j'ai interpret? sur sc?ne des centaines de fois. / J'en suis sao?l? / alors si vous pouviez la chanter ? ma place / ce serait cool." Les musiciens d?marrent sans lui, et le public s'ex?cute et chante la chanson de A ? Z. Delerm reprendra quand m?me les derniers couplets avec la salle. J'ai eu l'impression, et on m'a d'ailleurs confirm? ensuite, qu'il s'amuse ? changer les paroles de quelques couplets. Cela redonne une petite jeunesse aux chansons qu'on a beaucoup entendu, c'est sympa.

Voici deux extraits sonores (MP3) du concert : Quatri?me de couverture (53 secondes, 524 Ko) et ma chanson quasi-pr?f?r?e sur le dernier album Marine (1 minute 11 secondes, 708 Ko)


Le spectacle commen?a par la projection d'un film de vacances de Delerm sur un grand drap blanc tendu entre deux poteaux au devant de la sc?ne. Au milieu de ce petit film qui dure environ cinq minutes, et sans que nous les ayons vus arriver bien s?r, les musiciens d?marraient. Un simple projecteur braqu? sur la t?te de Delerm derri?re son piano nous permettait de l'apercevoir au travers du drap. Et puis le drap est tomb? ? terre et c'en ?tait parti pour deux belles heures de concert. Sur la fin, nous avons quand m?me eu le droit ? quelques fondamentaux, lui seul ? son piano avec : Fanny Ardant et moi, Le baiser Modiano, les filles de 1976 ont 30 ans, Le monologue shakespearien... et le concert s'est achev? sur "Chatenay Malabry". Un tr?s bon moment en somme.

Un b?b? en Limousin

Un d?placement professionnel jusque dans le Limousin est toujours une bonne occasion de rendre visite ? A&L, ou plut?t ? la famille A&L. Car oui depuis trois semaines, il est arriv?, le petit b?b?.

Ainsi j?eus le loisir de v?rifier ? nouveau quelques id?es tenaces quant au caract?re des b?b?s. Exemple d'id?es re?ues : le petit b?b? subit totalement tout ce qui l?entoure, le petit b?b? interagit peu avec son environnement, le tr?s petit b?b? n?embarque avec lui que tr?s peu de fonctions, le petit b?b? ne ma?trise pas tr?s bien ses gestes...

Je suis arriv? sur zone vers 21h45 pour un d?ner tardif. B?b? ?tait couch?. A 22h, b?b? se mit ? pleurer. Chouette me disais-je, j?allais pouvoir le voir ?veill? ! Transport? jusque dans le salon, nous diagnostiquions chez lui une faim passag?re. Trois semaines apr?s la naissance, nous sommes encore dans la p?riode ? open food court 24/24 ? pour b?b?. Il n?y a pas encore de rythme bien ?tabli et il r?clame qu'on le nourrisse quand ?a lui chante. Environ toutes les trois heures en l?occurrence, soit jusqu?? huit fois par jour ! Le papa, taquin, lui donnait son petit doigt ? t?ter et me disait que certains jours il parvenait ? tromper b?b? vingt minutes par cette technique ! Cette fois-ci b?b? ne se laissera pas abuser par la supercherie plus de cinq minutes. Sit?t convaincu que ce petit doigt d?livrait assez peu de lait, il recommen?a ? pleurer. Ce qui est positif avec ce b?b? c?est qu?il ne pleure pas tr?s fort. Pendant que b?b? ?tait au ravitaillement, nous nous servions l?ap?ritif. Apr?s ce pit-stop de 15 minutes suivi d?un petit rotototo, retour au berceau.

Juste avant de passer ? table pour le d?ner des grands, le papa me livrait le mode d?emploi complet de b?b? ? ce jour :
Situation initiale = b?b? dort (c?est le cas environ 20 heures sur 24).
Ev?nement conditionnant la mise en route de la proc?dure d?entretien de b?b? = b?b? pleure.

1- Prendre b?b? dans ses bras et lui donner son petit doigt ? t?ter. Si b?b? se met ? t?ter violemment, c?est que b?b? a s?rement faim. Il faut alors le nourrir. Si b?b? n?a pas faim, se reporter au point 2.

2- La couche de b?b? est-elle pleine ? Sentir le derri?re de b?b?, si une mauvaise odeur s?en d?gage, il faut nettoyer et changer b?b?*. Si le derri?re de b?b? ne sent pas mauvais, se reporter au point 3.
* : Attention, b?b? choisit souvent l?instant o? on vient de lui choisir un joli pyjama tout propre et que sa nouvelle couche n?est pas tout ? fait mise en place pour arroser la table ? langer d?un jet de pipi.

3- B?b? n?a pas faim et sa couche est propre. Peut-?tre a-t-il un petit rot de coinc? ou le ventre nou? ? Dans ce cas, prendre b?b? dans ses bras et lui faire faire de petits bonds jusqu?? l?arr?t des pleurs. Puis recoucher b?b?.

Si le passage en revue de ces mesures d?entretien ne d?bouche pas sur l?arr?t des pleurs, ben c?est pas de bol? bon courage.
Mesure compl?mentaire : laver b?b? quotidiennement dans un bain d?eau ? 37?C.

Nous terminions ? peine l?entr?e du d?ner que b?b?, du fond de son berceau, se remit ? pleurer. Il para?t qu?en th?orie b?b? est capable de souiller sa couche apr?s chaque ravitaillement. C??tait bien le cas cette fois-l?. Nettoyage, couche neuve et retour au berceau. Nous terminions alors le d?ner tranquillement.

Erreur technique en revanche, en montant nous coucher, une fois la table d?barrass?e, nous avons fait trop de bruit et b?b? s?est r?veill?. Il nous le f?t payer par une nouvelle salve de pleurs. Cela me donnait quelques instants suppl?mentaires pour l?observer de pr?s. Je notais ? cet instant qu'il est sp?cialis? en mime pour films d?horreur. Les seules expressions que nous sommes parvenus ? recueillir sont : le visage neutre, le regard interrogateur, la peur-panique, l?inqui?tude et l??pouvante. Je ne serai pas ?tonn? d?apprendre que les premiers mots de b?b? auront ?t? ? I see dead people ?.

Le papa me racontait d?ailleurs qu?un des moments le plus perturbant ? affronter ?tait pr?cis?ment le regard de b?b? ? l?instant o? il se trouve nu comme un ver, allong? sur la table ? langer. Il para?t que pendant quelques secondes, il se fige, plante son regard dans le v?tre sans cligner des paupi?res et semble, dans un abandon total de lui-m?me, implorer ? Ach?ve moi ! Vas-y je t?en supplie ! Abr?ge ma douleur. ? Traumatisant indeed.

Personnellement je n?aurai pu que l'observer se figer, regard fixe, yeux grands ouverts, t?te l?g?rement pench?e sur le c?t?. On a l?impression qu?il vit alors le plus gros bad trip de sa petite vie. Apr?s cet ?pisode, b?b? retrouvait le sommeil. Il repleura ? intervalles r?guliers toute la nuit mais bien heureusement j?ai le sommeil bien lourd et je n?ai rien entendu !


Au chapitre boulot, j?ai appris, pendant ce d?placement, que les chinois copiaient les produits que nous commercialisons. Rien de bien ?tonnant me direz-vous... la copie ill?gale n'a pas de raison de se limiter ? Lacoste, LVMH ou Mont Blanc. Un peu plus surpenant quand m?me : ils sont all?s jusqu?? dupliquer le site Internet fran?ais de la bo?te, traduit en chinois bien s?r, pour se faire conna?tre localement et b?n?ficier de la reconnaissance que nous accorde le march?. Encore plus fort : ils copient aussi les produits de nos concurrents et les pr?sentent sur leur fake site Internet d?riv? du n?tre. Fascinant. Quand on dit que les pays d?velopp?s et industrialis?s sont condamn?s ? innover en permanence, ce n'est vraiment pas une blague !


Pour terminer, je vous r?v?le assez volontiers que le moment le plus agr?able de ces escapades corr?ziennes demeure l'instant du retour o? mon pied se pose sur le quai ? Austerlitz. Pendant 30 secondes, je frise l'euphorie, je reprends pleinement conscience apr?s avoir vasouiller un peu plus de trois heures la t?te ?cras?e contre la vitre du train. Non pas que ce ne soit pas agr?able d'aller voir les amis en milieu de semaine, bien au contraire ; mais plut?t parce que je n'aime pas que le boulot m'arrache ? mon quotidien, l? o? les choses se passent habituellement.

mardi 21 novembre 2006

Touchbase 20/11

On en parle en privé

Qui n'a pas jubilé un jour de recevoir par un ami une petite curiosité du monde Internet (présentation PowerPoint, vidéo rigolote, chaîne à la mort moi le noeud) alors que vous l'aviez vous-même DEJA reçu des jours, des mois (que dis-je des années!) avant. Vous répondez alors d'un nonchalant : Oui, merci. Mais je l'ai déjà reçu.

Et bien dans le genre ? je vous sers du r?chauff? ?, quelle n'?tait pas la surprise d'un ami quand il commen?a ? me parler de sa d?couverte culinaire, tout fier de la partager avec moi : la soupe aux courgettes et ? la Vache Qui Rit !

Et bien MOI j'en avais d?j? entendu parler dans la m?me semaine nanan?re.

Re-situons l'action : mardi 14 novembre, deuxi?me fois de la semaine dont on me parlait de nouvelle tendance culinaire dont les nonos sont aficionados et les early adopters. Je jubilais l? ? l'id?e d'?tre le d?couvreur d'un nouveau trend. J'adore.

Recherche faite sur Google, point de vid?o sur YouTube sur le sujet... Ouf, je suis bien dans les premier avertis, je vais pouvoir acheter des actions Vache Qui Rit avant que la nouvelle ne se diffuse et que les supermarch?s soient en rupture.

Soupe ? la courgette et Vache Qui Rit
Soupe ? la courgette


On en parle en public?

Peu d'imagination dans les titres des journaux ? S?gol?ne Imp?riale ? ; ? Royale S?gol?ne ?? pour saluer la victoire de S?gol?ne Royale dans les primaires organis?es au PS (d'ailleurs un beau succ?s de com' au passage pour le parti).

Pour parler des r?alisations de Mme Royale, je ne comprends toujours pas en quoi la r?gion Poitou-Charentes est devenue le laboratoire de Mme Royale. Un exemple d'importance (lol) le slogan a chang? sous l'impulsion de SAS S.R. pour ? La d?mocratie participative ?, en lieu et place de ? La Dynamique Atlantique ?? Je ne saurais ?tre plus moqueur qu'en disant : c'est vrai que quand on lit ? La d?mocratie participative ? on se dit : ? Ah, ?a c'est Poitou-Charentes ?? Il manque juste une ch?vre, une plaquette de beurre et une bouteille de pineau charentais, soulign?s du slogan ? La d?mocratie participative ?. Bravo !

Plus s?rieusement, j'attends de lire le bouquin sur les r?alisations de S?gol?ne en pays picto-charentais pour me faire une id?e plus pr?cise, sauf que malgr? toute sa bonne volont?, et ses attaques sur le pr?tendu machisme de ses opposants elle n'a pas forc?ment "tout d'une grande" : elle a ?t? plus que malmen?e dans les d?bats face ? DSK et ? Fabius. Le peuple de gauche a cependant tranch? : madame acc?de ? l'?lection pr?sidentielle?

Certains parlent d'un v?ritable ph?nom?ne, d'une lame de fond. ? Je sens quelque chose monter ? a-t-elle m?me d?clar?, ? un nouveau mai 1981 ?. Je me demande simplement si apr?s Tonton, on aura enfin droit ? "Tata yo-yo".

Tata Yoyo qu'est-ce qu'y a sous ton grand chapeau
Tata Yoyo, dans ma t?te y a des tas d'oiseaux



Merci ? l'aimable apport de Thierry, nouveau rédacteur sur ce blog, ? la rubrique Touchbase. - Antoine -

mardi 14 novembre 2006

Un pr?sum? russe pour deux hypoth?ses

Lundi 13 Novembre 2006, 8h09, je me trouve place Marcel Cerdan, sous la station de m?tro Dupleix. Arrive en trombe une Polo grise m?tallis?e avec immatriculation diplomatique. Le conducteur abandonne le v?hicule contre le trottoir au pied d?un feu tricolore. Il en descend en courant. L?homme est tr?s envelopp?, son visage est rond, il est barbu et ses cheveux sont grisonnants. Il a une morphologie d?homme des pays de l?Est, russe peut-?tre. Il se pr?cipite vers une cabine t?l?phonique, compose un num?ro, parle une vingtaine de secondes et raccroche. Il retourne ? sa voiture d?un pas tranquille en regardant droit devant lui. Puis d?marre et s?en va.

Hypoth?se num?ro 1 :
C??tait un agent des services secrets de Moscou. Il venait de parvenir ? r?cup?rer une mallette d?argent sale contenant 100 millions de dollars ainsi que des diamants destin?s ? la lunette optique d?un canon laser surpuissant tomb? aux mains d?un groupe d?anciens officiers du KGB, nostalgiques du temps de la Guerre Froide, qui comptaient d?truire le bouclier anti-missiles des am?ricains. Depuis cette cabine t?l?phonique, cet homme t?l?phonait ? une taupe, venue ?tudier et vivre en banlieue parisienne au lendemain de la chute du Mur. La taupe, sortie de son sommeil il y a quelques jours, lors de l?arriv?e de l?agent ? Charles-de-Gaulle, n?attendait depuis qu?un coup de fil au cours duquel on lui dirait : ? Sam est sauv?. La valise et les carats sont ? la maison. Stravinsky continuera de jouer dignement ce soir? Merci pour tout Colonel, au revoir. ? Clic. Combin? raccroch?. A l??nonc? de ce message, ?manant de la cabine place Marcel Cerdan, la taupe aura eu pour mission de remonter cette information cod?e par ligne satellitaire s?curis?e ? son contact moscovite. Plus tard dans la journ?e, Vladimir appellera Georges pour lui confirmer que les vilains petits canards boiteux de l?ancien r?gime sovi?tique ont ?t? mis hors d??tat de nuire, ce qui aura pour effet de renforcer la confiance mutuelle que s?accordent les deux anciens ennemis. L?agent que j?ai vu, quant ? lui, reprenait sa Polo et se rendait dans le XVI?me arrondissement chez son amie Rita, pianiste de renomm?e internationale. Il passera en sa compagnie une journ?e agr?able ? visiter le mus?e d?Orsay et ? fl?ner sur les bords de Seine. Demain il voyagera sous une fausse identit? sur un vol commercial pour Saint-P?tersbourg, l? o? il r?side entre deux missions, en faisant escale ? Varsovie.

Hypoth?se num?ro 2 :
C??tait le vieil Igor, cuisinier ? l?ambassade de Russie, qui une nouvelle fois avait d?cid? de faire le mur pour rendre visite ? sa vieille amie Olga habitant Issy-les-Moulineaux. Lorsque Igor s?absente, Son Excellence Monsieur l?Ambassadeur encourt le risque de ne pas avoir, ? son r?veil, les ? toasts grill?s ? la Igor ? dont il se d?lecte chaque matin. Igor, en bon gar?on pr?voyant, a depuis longtemps form? son second ? la grande recette des ? toasts ? la Igor ?, de mani?re ? ce que S.E.M. l?Ambassadeur ne soit jamais priv? de son plaisir culinaire du matin, quand bien m?me Igor aurait d?cid? de prendre temporairement quartier chez Olga. Sage pr?caution? Oui mais seulement voil?, ce lundi 13 novembre, tout s??tait mis ? merder dans les grandes largeurs. Loi de l?emmerdement maximal. Igor ?tait chez Olga, et le r?veil n?avait pas sonn? ? cause d?une coupure de courant dans la nuit. Igor serait donc en retard pour le service du petit-d?jeuner. Pas de probl?me, direz-vous, puisque le second assurera le grillage des toasts ? fa?on Igor ?. Oui mais voil?, le second souffre de maux d?estomac depuis samedi soir et a finalement d?cid? de prendre un jour de cong?. Ne reste plus qu?en cuisine le stagiaire. Lui c?est s?r, il va les foirer les toasts. Anna, en charge de la blanchisserie ? l?ambassade, et ne voyant pas revenir Igor avant 8 heures comme ? son habitude, a pris la libert? de l?appeler sur son t?l?phone portable. Oui mais voil?, aujourd?hui le t?l?phone d?Igor ne s?est pas recharg? dans la nuit, toujours ? cause de la coupure de courant. La conversation a pu durer 15 secondes, le temps pour Igor de prendre conscience de l?urgence de la situation. S.E.M. l?Ambassadeur se l?ve dans 30 minutes et personne ? l?ambassade ne conna?t la recette des toasts. Le t?l?phone avait ?mis un ? bip ? de d?tresse et s??tait ?teint. Batterie vide. Igor, pris la direction des fourneaux au volant de sa Polo diplomatique, et d?cidait de s?arr?ter en chemin place Marcel Cerdan, pour t?l?phoner ? Anna et lui livrer en quelques mots le secret de ses fameux toasts. C?est un gros risque qu?il a pris, car Anna s?empressera sans doute de r?p?ter ce secret ? tout le personnel, et d?s lors que tout le monde sera capable de faire des ? toasts ? la Igor ?, qu?est ce qui justifie le maintien du vieil Igor, cabot, bon vivant et misogyne, ? son poste de chef cuistot ? Sonn?, encore sous le choc d?avoir du livrer le secret qui f?t de lui une l?gende, Igor retournait vers sa Polo et se remettait ? rouler doucement vers son ambassade. Un seul espoir demeure pour lui : que le Kremlin ne s?inspire pas, avant l?heure de la retraite d'Igor dans 3 ans, de ses cousins capitalistes en lan?ant un plen de r?duction des co?ts et de rationalisation des comp?tences du personnel au sein des missions diplomatiques.

And life goes on.

lundi 13 novembre 2006

En novembre 06, en soci?t? on parle de...

Une nouvelle rubrique na?t. "Touchbase", qui veut ? peu pr?s dire "Faire le point bri?vement" en anglais, a pour but de relever les sujets en vogue alimentant les conversations de tous les jours.

- Les rejets de CO2 dans l'atmosph?re : le respect du protocole de Kyoto, proposant un calendrier de r?duction des ?missions des gaz ? effet de serre consid?r?s comme la principale cause du r?chauffement climatique des cinquante derni?res ann?es, semblait jusqu'? pr?sent reposer sur les ?paules des grands groupes industriels des pays d?velopp?s. Aujourd'hui, c'est ? la population civile que les messages sont adress?s. Le sauvetage de la plan?te ne se fera pas sans la participation de chaque citoyen. En t?moignent le lancement du "Pacte Ecologique 2007" de Nicolas Hulot ? l'occasion de l'approche de la campagne pr?sidentielle en France. La campagne "Il n'y a pas de petits gestes quand on est 60 millions ? les faire" du Minist?re de l'Ecologie et du D?veloppement Durable effectue ?galement un travail didactique aupr?s de la population. Le film "Une v?rite qui d?range" d'Al Gore et le relais d'information "m?dia terre" (syst?me d'information mondial francophone pour le d?veloppement durable) sont n?cessaires pour sensibiliser le grand public aux questions environnementales. Des associations militantes, telles "Eden Energy" ou "Helio International" entre autres (merci ? Olivier pour me les avoir faites d?couvrir), apportent au d?bat des analyses, des pistes de r?flexion ou solution, en plus de leur mission ayant pour objet de promouvoir le d?veloppement durable. Des initiatives innovantes comme "Climat Mundi" ou "TerraPass" proposent ? chacun de calculer les ?missions en CO2 dont il est responsable (au travers des d?placements en voiture ou en avion, du chauffage domestique, de l'?lectricit? consomm?e ? la maison, etc). Les ?missions de CO2 (exprim?es en tonnes) sont alors traduites en Euros, et chaque particulier peut compenser la pollution dont il est ? l'origine en versant la somme calcul?e. L'argent ainsi r?colt? est redistribu? ? des projets oeuvrant pour la r?duction des ?missions des gaz ? effet de serre. D'autres initiatives proposent, sur le m?me registre, de calculer vos droits ? polluer et d'employer vos dons ? la reforestation sens?e aider au recyclage du carbone. Signalons enfin l'?co-comparateur lanc? par la SNCF qui met en concurrence trois moyens de transport (voiture, train et avion) pour le voyage que vous souhaitez faire. Le site vous indiquera le moyen de transport le moins polluant (en se basant toujours sur les ?missions de gaz ? effet de serre) pour votre trajet.

- Gender debate : faut-il autoriser un humain ? changer de genre sur son ?tat civil (masculin et f?minin sont les deux genres humains couramment admis) au cours de sa vie ? Les registres marquent chaque individu ? la naissance d'une mention ? priori non discutable ? la rubirque "Sex". C'est "Male" or "Female". Oui mais. Cette classification n'est-elle pas un barrage, voire un fardeau, pour tous ces hommes ? la sensibilit? f?minine, pour toutes ces femmes au temp?rament viril, pour tous les transsexuels et travestis ? C'est ce ? quoi r?fl?chit tr?s s?rieusement la ville de New York. Le Comit? de Sant? de la ville semble tout ? fait disposer ? laisser les citoyens, mal dans leur genre naturel, en changer aux yeux de l'?tat civil. Et pour cela, point besoin d'op?rations de chirurgie esth?tique co?teuses, il faudra prouver ? un m?decin et ? un psychiatre qu'on a chang? de nom et que l'on vit depuis plus de deux ans selon les moeurs courantes du genre adopt?. Avec l'accord du corps m?dical, il sera possible d'aller changer de sexe ? la mairie, administrativement parlant. Le changement est permanent. La "Metropolitan Transportation Authority" fait aussi un pas dans ce sens en acceptant depuis le mois dernier que chaque personne d?finisse en son ?me et conscience le genre auquel il appartient lorsqu'il s'agit de d?cider d'utiliser les toilettes hommes ou les toilettes femmes. A noter que ce probl?me n'est pas simplement un ?ni?me original d?lire made in US, puisque la Tha?lande se trouve devoir mener la m?me r?flexion au sujet de ses "kathoey" (transsexuels). Quel reconnaissance apport?e ? ces personnes se revendiquant du "3?me sexe" ? Voil? la question pos?e aux autorit?s Tha?s.

- L'immobilier : l'accession ? la propri?t? est de plus en plus probl?matique pour les jeunes actifs tant les prix sont ?lev?s dans les grandes villes. Outre-Manche, les banques anglaises accordent des pr?ts sur des dur?es allant jusqu'? 57 ans. En France, ? la fin des ann?es 90, un foyer d?pensait environ 20% de ses revenus pour se loger, en 2006 cette proportion est mont?e ? 29%. Le march? "augmente de moins en moins vite" nous dit-on, et apr?s quelques ann?es de hausse ? 2 chiffres dans les arrondissements parisiens, il y a un espoir que les prix augmentent de moins de 10% en 2007. A Paris encore, il y a peu de temps, il fallait un mois pour trouver acqu?reur face ? un appartement mis en vente. Sur le dernier semestre 2006, il en faut deux. Un 100 m?tres carr?s de louerait en moyenne 2100 euros/mois dans la capitale alors que le salaire m?dian fran?ais ne s'?l?ve qu'? 1800 euros/mois. Les prix se sont tellement envol?s que la demande s'essouffle et l'offre est contrainte de s'adapter. Pour apporter quelques solutions ? cette pr?occupation, Jean-Louis Borloo avait cr?? le pavillon ? 100000 euros, nous connaissions ?galement les pr?ts ? taux z?ro. La mairie de Plo?rmel va plus loin en proposant un pavillon ? 50000 euros. Des remboursements mensuels de 350 ? 400 euros sur une quinzaine ou une vingtaine d'ann?es permettront ? ses occupant d'en devenir propri?taires. Vingt maisons seront construites d'ici la fin de l'ann?e dans cette commune du Morbihan et seront destin?es aux foyers modestes attestant d'accroches professionnelle ou familiale durables dans la r?gion. Et pour terminer, j'ai m?me remarqu? que des logements sociaux sont en construction rue de la Ga?t? !

- Les grosses boites fran?aises : elles cr?ent davantage d'emplois ? l'?tranger que sur le sol europ?en. Airbus, entreprise europ?enne, montera prochainement une usine d'assemblage d'avions mono-couloir en Chine. Dans le m?me temps, en Europe, l'entreprise annonce un plan de rationalisation industriel qui am?nera l'avionneur ? se s?parer de 80% de ses fournisseurs actuels, ? ne pas reconduire quelques milliers d'int?rimaires en Allemagne, ? envisager la cession de certains sites. Un mal n?cessaire pour ce groupe europ?en affrontant une crise de croissance 6 ans apr?s sa cr?ation. Renault renforce sa pr?sence en Inde en signant une alliance, avec le constructeur Mahindra, conduisant au montage d'une usine de production de Logan sur le sol indien. Le groupe automobile fran?ais, r?alisera de fa?on synchrone, des r?ductions d'effectifs sur les sites de production espagnols de Valladolid et de Palencia. Dans le secteur des services, Cap Gemini fait l'acquisition de l'entreprise Kanbay sp?cialis?e dans le domaine du conseil informatique bancaire. Cap disposera, en fin d'ann?e 2006, de 12000 ing?nieurs informaticiens Indiens. La direction de Cap Gemini indique que l'Inde sera le premier pays du groupe en termes d'effectifs ? l'horizon 2008. Un consultant informatique indien co?te ? l'entreprise 25 US Dollars de l'heure, alors qu'on ing?nieur informatique am?ricain co?te entre 140 et 200 US Dollars de l'heure. En Chine, Areva T&D ouvre deux nouveaux sites de production ? Xiamen, un sous la forme de joint-venture avec partenaire chinois et l'autre qui reste la propri?t? exclusive d'Areva. Ainsi nous pouvons constater que les entreprises europ?ennes sont tr?s dynamiques sur les march?s ?mergents. A la suite de l'attribution, par la SNCF, du march? de remplacement du Transilien ? Bombardier (groupe canadien), plut?t qu'? Alstom (groupe fran?ais), beaucoup d?non?aient un manque manifeste de patriotisme ?conomique. Que ces personnes outr?es se rassurent, les groupes ?trangers peuvent aussi ?tre tent?s de cr?er des emplois ? l'?tranger et notamment en France (Bombardier n'a-t-il pas annonc? que 80% des Transiliens command?s seraient assembl?s en France ?), et qu'elles n'oublient pas que les grands comptes fran?ais n'ont pas vraiment des caract?res d'enfants de choeur sur les march?s en pleine croissance. Et puis en France, on peut aussi compter sur le d?part en retraite de la g?n?ration du baby-boom pour raviver la flamme du march? de l'emploi.

dimanche 12 novembre 2006

(...)

samedi 11 novembre 2006

Technologic

Flashback technologique aujourd'hui sur le th?me du "t?l?phone portable". J'ai r?cemment remis la main sur quasiment tous les t?l?phones cellulaires que j'ai eu. Le Nokia 3310, le Sony Ericsson T68i, le Motorola V600, le Nokia 6100 et le Samsung D600E. Seul l'Ericsson T10 des d?buts manquait ? l'appel.



Quelques remarques :

- Le T10 avait un look sympa. Il savait t?l?phoner, sonner, vibrer et retenir quelques num?ros, et c'est ? peu pr?s tout. Il avait un clapet qui n'a jamais cass?.

- Le 3310 fut un succ?s commercial, tout le monde en avait un. Robuste, fiable et muni d'un ?cran relativement grand, il savait faire aussi bien que le T10 avec la fonction r?veil en plus. Avec ce t?l?phone, il ?tait facile d'?crire des SMS.

- Le T68i, c'?tait ultra-fashion. Le joystick bleu et le bluetooth : tout un concept. Je crois que c'?tait mon premier appareil ? avoir un ?cran couleur. Malheureusement les touches ?taient un peu petites, la batterie ?tait vite fusill?e et un jour la touche "Appel" et "Yes" s'est mise ? ne plus fonctionner.

- Le Motorola V600, sonneries polyphoniques, appareil photo int?gr?, double ?cran : le must ? son ?poque. Malheureusement c'?tait un t?l?phone ? clapet (on a toujours peur de les casser) et il ?tait un peu ?pais. M?me d?ception que pour le T68i pour ce qui concerne les performances de la batterie. La sonnerie "Hello Moto" ?tait sympathique.

- Le Nokia 6100, retour vers les sources de la t?l?phonie mobile. T?l?phone con?u avant tout pour t?l?phoner et puis c'est tout. Pas de gadgets comme l'appareil photo ou le lecteur MP3. Tr?s bonnes performances, l?ger, assez fin, taille id?ale. Lorsque j'?tais encore utilisateur de ce t?l?phone, je jurais que jamais je ne me laisserai refourguer un t?l?phone "gadget" qui prend des photos, donne la m?t?o et joue de la musique.

- Et puis je me suis laiss? tenter par le Samsung D600E. C'est le syst?me d'ouverture coulissant et sa couleur noire qui m'ont d?cid? ? l'acheter. Au d?part, je suis rest? assez incr?dule quant ? l'utilit? de l'appareil photo et de la fonction enregistrement vid?o... et puis finalement j'ai compl?tement chang? d'avis. Aujorud'hui je ne souhaite plus que la convergence de tous mes ?quipements ?lectroniques ou num?riques en un seul et unique appareil. Je serai ravi qu'un "truc" fasse ? lui tout seul aussi bien que mon appareil photo num?rique, qu'un camescope num?rique, qu'un iPod et qu'un t?l?phone r?unis. Je me sers tr?s r?guli?rement des fonctions photo et vid?o de mon t?l?phone. Je les avais aussi sur le Motorola et pourtant je n'y avais jamais touch?. J'ai switch? avec le Samsung.

8 ans et 6 t?l?phones. Finalement, il y eut gain de poids, sans doute gain d'autonomie, mais le potentiel gain de taille possible fut sans cesse compens? et minimis? par l'ajout de nouvelles fonctions. C'est l'apparition d'un confort qui simplifie la vie de tout le monde, la rend plus flexible, plus adaptable, plus r?active, plus productive : une invention rigoureusement indispensable pour l'homo industrialis !

samedi 4 novembre 2006

"In front of me" (17.10.2006 - 03.11.2006)