Lundi 13 Novembre 2006, 8h09, je me trouve place Marcel Cerdan, sous la station de m?tro Dupleix. Arrive en trombe une Polo grise m?tallis?e avec immatriculation diplomatique. Le conducteur abandonne le v?hicule contre le trottoir au pied d?un feu tricolore. Il en descend en courant. L?homme est tr?s envelopp?, son visage est rond, il est barbu et ses cheveux sont grisonnants. Il a une morphologie d?homme des pays de l?Est, russe peut-?tre. Il se pr?cipite vers une cabine t?l?phonique, compose un num?ro, parle une vingtaine de secondes et raccroche. Il retourne ? sa voiture d?un pas tranquille en regardant droit devant lui. Puis d?marre et s?en va.

Hypoth?se num?ro 1 :
C??tait un agent des services secrets de Moscou. Il venait de parvenir ? r?cup?rer une mallette d?argent sale contenant 100 millions de dollars ainsi que des diamants destin?s ? la lunette optique d?un canon laser surpuissant tomb? aux mains d?un groupe d?anciens officiers du KGB, nostalgiques du temps de la Guerre Froide, qui comptaient d?truire le bouclier anti-missiles des am?ricains. Depuis cette cabine t?l?phonique, cet homme t?l?phonait ? une taupe, venue ?tudier et vivre en banlieue parisienne au lendemain de la chute du Mur. La taupe, sortie de son sommeil il y a quelques jours, lors de l?arriv?e de l?agent ? Charles-de-Gaulle, n?attendait depuis qu?un coup de fil au cours duquel on lui dirait : ? Sam est sauv?. La valise et les carats sont ? la maison. Stravinsky continuera de jouer dignement ce soir? Merci pour tout Colonel, au revoir. ? Clic. Combin? raccroch?. A l??nonc? de ce message, ?manant de la cabine place Marcel Cerdan, la taupe aura eu pour mission de remonter cette information cod?e par ligne satellitaire s?curis?e ? son contact moscovite. Plus tard dans la journ?e, Vladimir appellera Georges pour lui confirmer que les vilains petits canards boiteux de l?ancien r?gime sovi?tique ont ?t? mis hors d??tat de nuire, ce qui aura pour effet de renforcer la confiance mutuelle que s?accordent les deux anciens ennemis. L?agent que j?ai vu, quant ? lui, reprenait sa Polo et se rendait dans le XVI?me arrondissement chez son amie Rita, pianiste de renomm?e internationale. Il passera en sa compagnie une journ?e agr?able ? visiter le mus?e d?Orsay et ? fl?ner sur les bords de Seine. Demain il voyagera sous une fausse identit? sur un vol commercial pour Saint-P?tersbourg, l? o? il r?side entre deux missions, en faisant escale ? Varsovie.

Hypoth?se num?ro 2 :
C??tait le vieil Igor, cuisinier ? l?ambassade de Russie, qui une nouvelle fois avait d?cid? de faire le mur pour rendre visite ? sa vieille amie Olga habitant Issy-les-Moulineaux. Lorsque Igor s?absente, Son Excellence Monsieur l?Ambassadeur encourt le risque de ne pas avoir, ? son r?veil, les ? toasts grill?s ? la Igor ? dont il se d?lecte chaque matin. Igor, en bon gar?on pr?voyant, a depuis longtemps form? son second ? la grande recette des ? toasts ? la Igor ?, de mani?re ? ce que S.E.M. l?Ambassadeur ne soit jamais priv? de son plaisir culinaire du matin, quand bien m?me Igor aurait d?cid? de prendre temporairement quartier chez Olga. Sage pr?caution? Oui mais seulement voil?, ce lundi 13 novembre, tout s??tait mis ? merder dans les grandes largeurs. Loi de l?emmerdement maximal. Igor ?tait chez Olga, et le r?veil n?avait pas sonn? ? cause d?une coupure de courant dans la nuit. Igor serait donc en retard pour le service du petit-d?jeuner. Pas de probl?me, direz-vous, puisque le second assurera le grillage des toasts ? fa?on Igor ?. Oui mais voil?, le second souffre de maux d?estomac depuis samedi soir et a finalement d?cid? de prendre un jour de cong?. Ne reste plus qu?en cuisine le stagiaire. Lui c?est s?r, il va les foirer les toasts. Anna, en charge de la blanchisserie ? l?ambassade, et ne voyant pas revenir Igor avant 8 heures comme ? son habitude, a pris la libert? de l?appeler sur son t?l?phone portable. Oui mais voil?, aujourd?hui le t?l?phone d?Igor ne s?est pas recharg? dans la nuit, toujours ? cause de la coupure de courant. La conversation a pu durer 15 secondes, le temps pour Igor de prendre conscience de l?urgence de la situation. S.E.M. l?Ambassadeur se l?ve dans 30 minutes et personne ? l?ambassade ne conna?t la recette des toasts. Le t?l?phone avait ?mis un ? bip ? de d?tresse et s??tait ?teint. Batterie vide. Igor, pris la direction des fourneaux au volant de sa Polo diplomatique, et d?cidait de s?arr?ter en chemin place Marcel Cerdan, pour t?l?phoner ? Anna et lui livrer en quelques mots le secret de ses fameux toasts. C?est un gros risque qu?il a pris, car Anna s?empressera sans doute de r?p?ter ce secret ? tout le personnel, et d?s lors que tout le monde sera capable de faire des ? toasts ? la Igor ?, qu?est ce qui justifie le maintien du vieil Igor, cabot, bon vivant et misogyne, ? son poste de chef cuistot ? Sonn?, encore sous le choc d?avoir du livrer le secret qui f?t de lui une l?gende, Igor retournait vers sa Polo et se remettait ? rouler doucement vers son ambassade. Un seul espoir demeure pour lui : que le Kremlin ne s?inspire pas, avant l?heure de la retraite d'Igor dans 3 ans, de ses cousins capitalistes en lan?ant un plen de r?duction des co?ts et de rationalisation des comp?tences du personnel au sein des missions diplomatiques.

And life goes on.