Lors de son dernier passage chez le fournisseur ? qui j'ai rendu visite aujourd'hui, mon boss s'?tait exclam? sur un ton franco-fran?ais mi-d?pit? mi-scandalis? : "Alors eux, ils se gavent, ils sont vraiment riches comme des cochons, c'est dingue". M?me si encore aujourd'hui j'avoue avoir du mal ? faire la connexion entre "riches" et "cochons", je suis bien oblig? d'admettre qu'il avait au moins raison sur le point principal : ils s'en mettent plein les fouilles.

A midi, le co-cr?ateur et co-PDG (deux fr?res sont aux manettes de cette entreprise) nous emmenait manger dans un nouveau restaurant tout en strass et paillettes, massif dans le paysage, o? il avait d?j? visiblement pris ses habitudes. Sur le parking du restaurant, je constatais qu'il avait troqu? son 4x4 japonais blanc contre une Lexus LS430 flambant neuve (un V8 4.3L), dont le prix avoisine les 85000 dollars dans sa version de base. Une fois tous attabl?s, le voil? qui se met ? distribuer joyeusement ses cigarettes ZhongHua, les plus ch?res du march?, ? tout le monde. Une sonnerie retentit, il d?gaine son Smartphone derni?re g?n?ration. Le repas commence, une premi?re s?rie de plats chinois sont amen?s sur le plateau tournant au centre de la table et soudain : steack pour tout le monde. Servis dans des assiettes individuelles, pos?es devant chacun d'entre nous. Voil? qui d?note du d?roulement habituel des repas ! Je me disais alors que notre ami le fournisseur avait franchi une nouvelle ?tape dans sa qu?te du luxe.

De retour ? son usine en d?but d'apr?s-midi, nous partions en faire le tour avec lui. Popopopo... il fallait l'entendre dis-donc... "Oui alors ici c'est encore un b?timent que nous venons d'acqu?rir pour nous agrandir, 2000 m?tres carr?s suppl?mentaires pour fabriquer des pi?ces d'aspirateurs, ?a devenait indispensable... Ici c'est l'?tage o? sont cousus les sacs d'aspirateurs que nous vendons ? Philips et Makita... on en fait 700 000 par mois... L?, vous pouvez voir l'?tage o? nous assemblons les filtres, toujours pour Philips... On leur en a vendu pour 50 millions de Yuans l'ann?e derni?re... petite ann?e hein... On pense monter ? 70 millions tr?s prochainement... bon et puis l?-bas en face, ce sont aussi trois autres b?timents que nous venons d'acqu?rir...". Ah ouais... ?a va pas mal en somme. J'aime beaucoup la mani?re qu'ont les chinois de te signifier que t'es une merde avec le sourire. Faire du business avec toi ou sans toi, on te fait clairement comprendre que ?a ne changera pas la donne. C'est le discours tenu et c'est de bonne guerre puisque c'est suppos? instituer un climat dominant/domin? avant le round de n?gociations. Pour faire passer cette pilule am?re, on te colle dans les pattes un larbin (qui mentionne "Business Development Manager" sur sa carte de visite) dont le devoir est de pr?c?der toutes tes envies. Tu vas pour te servir un verre ? table, hop, il s'est d?j? empar? de la bouteille pour te servir. Tu songes ? aller aux toilettes, le voil? qui t'en montre d?j? le chemin. Tu t'appr?tes ? ouvrir une porte, il se pr?cipite sur la poign?e pour t'ouvrir la route. Tu veux t'essuyer les pieds sur la paillasson, et voil? qu'il est d?j? couch? ? terre te suppliant de lui faire l'honneur de nettoyer tes pompes sur sa gueule. Et il fait tout ?a, toute la journ?e, en te fixant avec un grand sourire fig? ? en faire p?lir Miss France. J'exag?re hein, mais c'est vraiment ?a l'esprit. C'est un peu troublant.

Durant notre visite des ateliers, c'?tait en tout cas tr?s marrant de voir des tables de couturi?res align?es sur plus de 1000 m?tres carr?s avec une chinoise assise derri?re chaque machine ! Comme dans les journaux ? la t?l? dis-donc ! Trippant. Et puis ?a me faisait aussi pas mal rigoler de voir pendant le repas le d?calage entre l'entrepreneur ? qui rien ne r?siste et le comportement de mes coll?gues, bons petits gars de la campagne, ? qui on a appris qu'un sou est un sou : ils n'ont pas quitt? leur doudoune de tout le repas, et boulottaient ? toute vitesse, la t?te rentr?e entre les ?paules, comme si on allait leur voler leur assiette. En face de l'amigo qui paradait avec son Smartphone, c'?tait cocasse.

Le bouquet de la journ?e, c'est quand le futur "Man of the Year" (notre fournisseur construisant sa success story) nous a dit : "Vous comprenez on ne fait pas ce qu'on veut tous les jours, dans la r?gion les salaires augmentent ?norm?ment chaque ann?e, du coup je pense que nous allons devoir diminuer notre masse salariale, ou au moins la faire cro?tre moins rapidement que l'extension de nos ateliers... tr?s franchement nous songeons s?rieusement ? nous automatiser."

Ben merde alors !!! C'est la premi?re fois qu'on me la fait en Chine celle-l? ! Tout va plus vite, et il continue de faire beau sous le ciel de Suzhou.