Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 25 mars 2007

De retour des montagnes

vendredi 16 mars 2007

Ski


Il y a de la neige, reste ? savoir dans quel ?tat elle est. La r?ponse au retour dans une semaine.

Master Planner

Hier soir, j'?tais assis dans la cuisine flambant neuve avec Matthieu. Les travaux arrivent ? leur terme, reste simplement ce trou dans le mur, laissant appara?tre le garde-manger sous la fen?tre. Il faudra installer des portes pour le fermer. Par curiosit?, je demande : ? A-t-on une id?e du planning de la fin des travaux ? ?

Je ne croyais pas si bien dire. Matthieu dispara?t quelques secondes et revient avec la feuille que voil?.


Le planning des t?ches restant ? effectuer dans cette cuisine, ?tabli sous Microsoft Project. Carrelage (choisir le carrelage, acheter le carrelage, poser le carrelage, faire les joints du carrelage), Menuiserie (dimensionner la porte du garde-manger, la commander, fabrication des portes, monter la porte, dimensionner la porte de la chaudi?re, la commander, les fabriquer, r?aliser le coffrage de la chaudi?re), Peinture et finition (lessivage des murs, pl?tre, 1?re couche, 2?me couche), le tout positionn? dans le temps... Je lis, incr?dule, je me r?signe, bon sang il l'a fait. Professionnel de la gestion de projet jusqu'au bout des ongles, cet homme g?re sa vie sous MS Project. Soit il est cingl?, soit il s'emmerde vraiment ? 200 ? l'heure au boulot !

Dans cet appartement, on fait les choses bien ou on ne les fait pas du tout. Pas de place ? l'amateurisme !

lundi 12 mars 2007

H5N24

Le retour en France fut mouvement?. J'ai attrap?, ? quelques heures du d?part de Chine vendredi dernier, le H5N24, une variante encore inconnue de l'avian flu. Il ne s'agit pas du virus qui s'incube pendant sept jours, non... cette d?clinaison l?, elle t'attrape, elle s'abat sur toi l'innocent et elle te fusille un homme ? bout portant en six heures chrono. C'est donc douze heures de solitude que je dus affronter dans l'avion, puis encore quelques heures de profonde m?ditation samedi matin ? l'arriv?e... bien heureusement, dans l'apr?s-midi, nous partions en maison de convalescence sur la c?te Atlantique pour un week-end exceptionnellement ensoleill?. Le cadre ?tait id?al.









vendredi 9 mars 2007

The Flying Chineseman

Ce dernier apr?s-midi de la semaine, je prends le temps d'aller taper la discut' avec mes anciens coll?gues. L'une d'entre elles me dit:

Elle- "Mais tu sais que je suis pass?e ? Paris en Novembre dernier !? ... Enfin j'?tais en correspondance pour Mexico, j'avais 5 heures d'attente et je n'ai pas pu sortir de l'a?roport.
Moi- Waouh ! Shanghai-Mexico en passant par Paris... ce n'est pas du voyage reposant ?a !
Elle- Tu m'?tonnes ! About 36 heures, c'est rude. Ce serait bien plus rapide d'y aller en volant dans l'autre sens au-dessus du Pacifique mais du coup t'es oblig? de faire escale ? Los Angeles ou San Francisco, et nous avons du mal ? obtenir l'autorisation ne serait-ce que pour un transit.
Moi- Ah mince, ?a complique en effet pas mal les choses.
Elle- Tu vas ? l'a?roport ce soir l? ?
Moi- Oui.
Elle- Ah je peux partager la voiture avec toi, ?a m'arrangerait. (elle habite ? Pudong, plus pr?s de l'a?roport que de la ville) J'ai h?te d'?tre chez moi pour me reposer car demain je me l?ve t?t, je pars ? Bangkok !
Moi- G?nial ! Tu pars en vacances ?
Elle- Non non, pour le boulot. En fait, je vais voir des amis ? Bangkok ce week-end et lundi je dois ?tre ? Phuket car on a une r?union avec des clients l?-bas.
Moi- Tranquille, comme cadre de r?union y'a pire !
Elle- Bon sinon en Mai j'aurai peut-?tre l'opportunit? de venir en France pour le boulot.
Moi- Ah c'est cool, tu m'avertiras dans ce cas.
Elle- Oui, je ne sais pas si je pourrai visiter Paris car nos r?unions ont lieu ? Besan?on d'habitude.
Moi-... h?h?h?... On ne peut pas gagner ? tous les coups hein ! lol

jeudi 8 mars 2007

Un plat comestible

?a n'a peut-?tre pas l'air comme ?a, mais ce plat est tr?s bon ! Du riz et du boeuf au poivre, assortis de poivrons rouges, verts, et de quelques oignons. Le tout cuit ? l'?touff?e je pense, envelopp? dans des feuilles de lotus.



A dos d'escargot ?

The ultimate chinoiserie (enfin ne parlons pas trop vite, je ne suis pas encore parti)... la derni?re chinoiserie en date donc : la r?servation d'une bagnole et son chauffeur pour me conduire demain de l'usine ? l'a?roport. D?primant.

Eux: "C'est bon Antoine, tout est arrang?, le chauffeur passe te prendre ? 6:30 a.m. demain ? ton h?tel.
Moi: ... ah ouais... merci c'est sympa mais vous avez vu large l? quand m?me. Permettez-moi de vous rappeler que mon avion est ? 11:55 p.m. Que l'a?roport est ? 100 bornes d'ici ? vol d'oiseau, et que g?n?ralement m?me en accumulant les merdes, j'ai rarement mis plus de 3 heures 30 pour franchir cette distance. Alors d'apr?s vous, est-ce que cela ne suffirait-il pas de partir vers 5:00 p.m. ?
Eux: Euh... ouais mais non... c'est le chauffeur qui a dit que c'?tait mieux de partir le matin. Parfois il y a des probl?mes pour traverser l'estuaire, comme le brouillard par exemple. Alors mieux vaut prendre un peu de s?curit?.
Moi: 10 heures 30 de marge de s?curit?, c'est cela oui... Bon, j'appr?cie mais c'est vraiment n'importe quoi ! Ce n'est quand m?me pas le chauffeur qui va d?cider pour nous tous ! On le paye non ? Donc on peut s?rement faire comme ?a nous pla?t ? nous, et ?viter de le suivre aveuglement juste pour lui faire plaisir ! Et si on disait pour une fois qu'on allait appliquer un semblant de r?gle logique ?
Eux: ...euh... bah euh... non ! Il a dit !... Alors c'est que ?a doit ?tre mieux comme ?a."

Oh putain... mais ils sont vraiment v?rol?s du ciboulot ! J'eus bien envie d'?clater de rire, mais j'eus aussi bien envie de rentrer vite ? la maison ! J'ai vraiment perdu tout le fighting spirit permettant d'endurer une telle h?r?sie mentale ! Il aura fallu l'intervention de leur boss pour leur faire entendre raison. Et le boss qui s'adresse ? moi ensuite pour me dire :

Lui- "Non mais t'inqui?te pas, c'est arrang? ! Elles n'avaient rien compris ! Tu sais les chinois s'emm?lent les pinceaux entre a.m. et p.m."

Sans d?conner... !!? Je crois surtout que nous recrutons vraiment des cas ? part !

mercredi 7 mars 2007

Pub chinoise

La compagnie China Life (qui vend des assurances-vie) m?ne une campagne de pub en ce moment. Une premi?re affiche montre un jeune couple chinois r?solument modernes, leurs sourires sont ?clatants, il regardent dans la m?me direction (sans doute celle de l'avenir), on les sent confiants et heureux. Normal ! Une seconde affiche nous en apprend davantage sur les raisons de ce bonheur resplendissant. Ils viennent d'avoir leur premier enfant et en plus c'est un gar?on ! Cool.

lundi 5 mars 2007

Un fran?ais dans la ville

R?chapp? de l'univers hostile de la vieille industrie croulante visit?e plus t?t dans la journ?e, j'arrivais vers 20 heures ? Shanghai. Premi?re ?tape : aller de la gare routi?re ? la gare ferroviaire qui ne se trouve pas hyper loin du modeste habitat du p?re Guillaume. Je pris un taxi pour faire ce trajet et d?j? j'eus envie d'insulter son gros con de chauffeur. Je me suis fait engueuler car je n'ai pas su pr?ciser ? cet ?tre grossier si je voulais aller ? la gare du Sud ou la gare de l'Est. C'?taient les deux seuls choix qu'il me laissait. Et moi la gare, je la situais pas mal au Nord de la ville en fait, alors je restais un peu perplexe. Il fallait dire Est en l'occurrence. Logique locale. J'adore, c'est un vrai plaisir.

Depuis la grande esplanade, je contactais Guillaume pour un t?l?guidage jusqu'? chez lui. Et sans me perdre, j'arrivais dans son 110 m?tres carr?s meubl?, salon, cuisine, 2 chambres, 2 salles de bains, v?randa, 14?me ?tage, 550 euros/mois? un r?f?rentiel qui tranche avec les normes parisiennes.

Pour se mettre dans le bain de la m?galopole ? la mode : champagne ! Au Cloud 9, au sommet de la JinMao Tower. Le plafond nuageux ?tant relativement bas ce soir l?, nous ?tions perdus dans les nuages. Atmosph?re cotonneuse donc, quelques am?ricains r?sidant au Grand Hyatt par ci par l?, un vendeur de fleurs, un magicien, pl?thore de serveurs... Lorsque nous redescendions, il pleuvait dru sur la ville. On d?cidait de repartir sur Tongren Lu, pour voir comment ont ?volu? les choses depuis la derni?re soir?e l?-bas en Octobre 2005 avec Eric et Julio. Plus tard dans la nuit, nous montions nous restaurer au Taco Popo situ? au 2?me ?tage au-dessus du Judy's Too. Pizzas et Coca avant d'aller se coucher, des valeurs s?res.

Samedi matin, r?veil vers neuf heures. Bullage jusqu'? onze. Puis nous part?mes ? pied en direction du Carrefour. En chemin, pit stop au McDalle, il s'agit (toujours) de se pr?server de la nourriture chinoise lorsque l'occasion se pr?sente ? vous ! Courses chez Carrefour o? nous avons longuement admir? les rayons "imported products". Sur le chemin du retour, nous faisions un crochet par la boutique de M?m? pour acheter quelques DVD. Neuf DVD pour 6 euros 50, c'est cool. (A la poursuite d'Octobre Rouge, The Host, Flight 93, The Holiday, The Queen, A Good Year, Rocky Balboa, Les chinois ? Paris et Babel).

Lorsque 18 heures sonnaient, nous repartions sur Jinjiang Lu au Citizen Caf? & Bar. Une super adresse pour d?guster un filet mignon et son risotto aux champignons accompagn? d'un verre de Merlot californien ! En sortant de l?, nous faisions route vers Ruijin Er Lu pour tester le Face. Tr?s bon ?tablissement, ambiance agr?able, rien ? dire si ce n'est "Retournons-y!". Il ?tait ? peine minuit lorsque nous d?cidions de rentrer. Voil? une soir?e rondement men?e. Dernier activit? de la journ?e avant de me coucher : regarder par la fen?tre du 14?me ?tage les feux d'artifice qui cr?pitent un peu partout au loin sur la ville, sur fond de barres d'immeubles dont le coin des toits clignotent en rouge pour se signaler aux avions.

El mana?a por la mana?a, r?veil ? midi. D?jeuner dans une cha?ne de restos japonais dont j'ai oubli? le nom. Tr?s tr?s bon, d?cid?ment... ? chaque fois que nous prenons la peine d'?viter la nourriture locale, c'est une r?ussite ! ;-) Apr?s cela, passage ? la gare routi?re pour m'acheter un ticket de bus pour le Jiangsu. S'en suivait une ballade dans un quartier bien pourri jusqu'? retourner au pied de la r?sidence de Guillaume. De l?, il nous suffisait de traverser la rue et de d?ambuler dans un amas de vieux entrep?ts le long de Suzhou Creek. Les artistes Shanghaiens ont pris possession des lieux et ont install? leurs galeries d'art partout. On voit de tout : peintres, sculpteurs (de m?taux, sur pierre, sur bois), cr?ateurs de mode, photographes, etc. Excellente d?couverte. Un exemple de galerie visit?e. Liu Fei et Xiong Xin cr?ent des oeuvres sympas je trouve. Apr?s cette ultime activit? int?ressante du week-end, je repartais prendre le car me conduisant vers cinq jours de travail avant le retour ? la maison en fin de semaine.

Zola spirit

Il fallait que ?a arrive. Il y avait trois fournisseurs ? visiter. Les deux premiers ?taient plut?t bons. Des usines propres, des proc?dures en place, des ouvriers/?res minutieux/ses, des patrons souriants. Et patatra? vendredi arriva le vilain petit canard. Install? dans la banlieue de Yangzhou, fief de Jiang Zhemin, le mec a mont? son business dans un assemblage improbable d'entrep?ts, d'arri?res-cours et d'immeubles. C'est moche, ?a frise la ruine, ?a fait du bruit, c'est sale, ?a pue le m?tal chaud, ce n'est tout simplement qu'un ?ni?me repr?sentant de la Germinal connection. J'en avais d?j? parl? l?.

jeudi 1 mars 2007

La visite du jour

Une bo?te sino-japonaise nous a ouvert ses portes. Situ?e dans une zone franche, toute sa production est destin?e ? l'export. Les douanes contr?lent les limites de cette zone et s'assurent que rien ne sort autrement que par containers scell?s ? destination du port. Cette entreprise fabrique et assemble des t?tes de lecture de lecteurs CD et DVD, principalement pour Panasonic. La touche japonaise ?tait visible d?s l'entr?e : on nous a demand? de mettre des petits plastiques de protection autour de nos chaussures afin de ne pas salir les couloirs. Dans la salle de r?union aussi, la japanese touch se faisait bien sentir. Salle ultra-?quip?e : une vingtaine de si?ges autour d'une table en "U", un ?cran plat d'ordinateur (renvoyant l'image projet?e par le r?troprojecteur ? l'avant de la salle) et un microphone par table de deux personnes, un pupitre avec ordinateur portable et micro, sonorisation Bose, deux routeurs pour partager la connexion Internet. J'avais encore rarement vu ?a. Le Windows install? sur l'ordinateur principal ?tait m?me en japonais.

Le tour des ateliers nous fit d?couvrir des centaines de m?tres carr?s peupl?s d'employ?s tous habill?s d'une tenue blanche. Ils portaient aussi une casquette sous laquelle ?taient ramass?s les cheveux de chacun et un masque de chirurgien. Sans aller jusqu'au contr?le de l'atmosph?re comme dans une v?ritable salle blanche, les lignes de production ?taient tr?s propres. A la japonaise, une place pour chaque chose et chaque chose ? sa place. De plus, ces lignes d'assemblage ?taient dot?es d'un mat?riel top niveau : ordinateurs, oscilloscopes, multim?tres en tous genres, appareils de contr?le Qualit?, etc. C'?tait donc en quelque sorte le show-room de cette entreprise qui compte aussi parmi ses activit?s l'injection plastique, l'usinage num?rique et traditionnel, la forge. Nous avons visit? diff?rents ateliers d?di?s ? chacun de ses domaines. Au rayon usinage, le parc machine ?tait cons?quent. En injection plastique, j'ai pu constater que eux ont d?j? automatis? certaines ?tapes de la production. Plut?t que d'avoir un bonhomme qui ouvre et ferme la porte de la presse ? injecter entre deux cycles pour retirer la pi?ce du moule, c'est un bras robotis? qui vient chercher la pi?ce par le dessus et qui la d?pose dans un sac ? c?t? de la machine. Les japonais pensent s?rement qu'un ouvrier pay? 0,92 dollars de l'heure, c'est d?j? trop cher !

En marge de cela, nous avons ?t? invit?s ? un repas o? les plats servis ?taient nettement plus hardcore que ceux servis hier. Vraiment, je n'avais pas besoin de ?a. Enfin bon... on ne peut pas gagner ? tous les coups.