Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 24 avril 2007

Hold up

Connaissez-vous le crime en col blanc?? On pense de suite au d?lit de nature financi?re, d?tournement de fonds, abus de biens sociaux, etc. Ces mots sont un peu forts pour qualifier l?histoire que je m?appr?te ? vous rapporter. Il s?agit d?une simple petite escroquerie de bas niveau. L?auteur du larcin, appelons-le Monsieur Z, enfile son costume et noue sa cravate chaque matin. Monsieur Z fit ses classes de barbouze hors de nos fronti?res, dans un endroit d?sertique (?a forge le caract?re). A son retour en m?tropole, il r?ussit ? int?grer un de ces bo?tes sans foi ni loi qui parviennent ? s?adosser aux grands comptes publics de la Nation afin de leur vendre des prestations quasi-fictives pour des montants d?passant l?entendement de la m?nag?re de moins de 50 ans.

Quand on fait partie de cette ??p?gre??, on vit sainement. Monsieur Z se l?ve avec le soleil? enfin je veux dire qu?il se l?ve sans radio-r?veil. Chaque jour de la semaine, il boit du jus d'orange coup? au jus de pamplemousse et se rend au boulot lorsque son organisme lui envoie le signal ready. Surtout pas avant. Les journ?es d?marrent ainsi sur les chapeaux de roues, g?n?ralement entre 10 et 11 heures. Son ??clan?? l?a plac? pour une longue dur?e dans les services d?une administration fonctionnarisante, Monsieur Z sait qu?il a tout int?r?t ? se faire oublier en s?enfermant dans un bureau. De sa planque, il pourra continuer ses recherches sans g?ner qui que ce soit, et plus important encore?: sans qu?on le d?range. Les recherches du mois d?Avril portaient sur le Patator (un canon ? pomme de terre). Monsieur Z a cherch? des jours durant, les plans, les avantages et les inconv?nients de chacun des mod?les d?nich?s sur la Toile, jusqu?? tomber sur la Rolls de la discipline?: le Patator pneumatique.

Une vingtaine de jours d?astreinte s??coul?rent sur cette base de 3 heures de dur labeur quotidien (de 11 heures ? 16 heures avec 2h de pause d?jeuner) et puis un jour forc?ment? le t?l?phone sonna.

Monsieur Z?: ??Oui allo??
Monsieur Vito (c?est le chef du clan qui parle avec un fort accent sicilien)?: Bonjour mon petit? comment ?a va??
Monsieur Z?: ?a se passe plut?t bien Monsieur Vito. Nous avons les choses bien en main.
Monsieur Vito?: Bene? bene? alors tu sais ce qu?il te reste ? faire avant demain soir n?est-ce pas??
Monsieur Z?: Oui Monsieur Vito, bien s?r que je le sais. Nous sommes le 20, je vous apporte le magot avant demain soir sans faute.
Monsieur Vito?: Bene? bene? je sais que je peux compter sur toi. Tu sais que je d?teste attendre n?est-ce-pas??
Monsieur Z?: Oh oui je le sais Monsieur Vito. Je ne vous ferai pas attendre, vous avez ma parole.
Monsieur Vito?: Bene? bene? alors embrasse ton ?pouse pour moi veux-tu?? Sa grossesse se passe bien?j?esp?re?? Tu en as de la chance d?avoir un ange ? tes c?t?s tu sais?
Monsieur Z?: Oh oui Monsieur Vito, je le sais, je suis tr?s heureux. Tout se passe tr?s bien. Je l?embrasserai pour vous.
Monsieur Vito?: Bene? bene? je suis toujours heureux de savoir mes petits prot?g?s en bonne sant?. Gageons que cela puisse durer aussi longtemps que possible. Allez ? demain.??

A?e a?e a?e?! 20 jours ont pass??! Monsieur Z, au sein du grand compte public mal g?r?, est certes bien relax? mais voil? que le patron vient r?clamer le fruit des efforts de Monsieur Z. Vite, il faut passer ? l?action et enclencher la seconde. Etape num?ro 1?: trouver un responsable muni d?un carnet de ch?ques dans cette foutue administration de loosers. Une fois le responsable trouv?, lui tenir ? peu pr?s ce langage?(et c?est l? que le costume/cravate est important, c?est un argument d?autorit? venant asseoir une cr?dibilit? vacillante)?:

Monsieur Z?: Bonjour, nous sommes les prestas install?s depuis le d?but du mois dans vos bureaux en bas et nous souhaiterions faire une revue de mission avec vous afin de qualifier notre dernier livrable. (note aux non-avertis?: le ??livrable?? ici ?voqu? est le fruit du travail fourni par les employ?s de l?entreprise de conseil / services. Il peut prendre la forme d?un rapport, d?une pr?sentation PowerPoint, de programmes informatiques, de plannings, de plans d?action... Son acceptation par le client d?clenchera le paiement de la prestation offerte.)

Le responsable?: Quelle mission?? Je n?ai jamais fait appel ? quelque prestataire que ce soit.
Monsieur Z?: Mais si allons, passez un coup de fil ? vos op?rationnels, ils vous confirmeront que nous les avons guid?s pour toutes leurs t?ches relevant de la gestion de projet.
Le responsable?: Tr?s bien, un instant je vous prie, je tente de les contacter? (Le responsable d?croche son t?l?phone et appelle ses chefs de projet pour avoir un retour du travail des consultants barbouzes).

Pendant ce temps l?, Monsieur Z se f?licite de s??tre autant investi dans sa relation avec les chefs de projet autour de la machine ? caf?. Il en est certain, tous le trouvent tr?s sympathique et il peut compter sur leur soutien pour l??valuation qui est en train de se jouer.

Le responsable (raccrochant le t?l?phone)?: Bien, c?est vrai, il semble que les op?rationnels soient contents d?avoir collabor? avec vous. Ils ont appris de bonnes m?thodes de gestion en votre pr?sence.
Monsieur Z?: Ah bah c'est-?-dire que c?est mon m?tier? c?est bien normal.
Le responsable?: Ceci ?tant, j?aurai besoin que vous me fournissiez un support, histoire que je garde une trace du travail des quelques semaines pass?es chez nous.
Monsieur Z?: (gloups?) Euh oui, bien s?r. Vous l?aurez sur votre bureau avant ce soir.

Il est 14 heures ? la montre de Monsieur Z? pas question de partir apr?s 16h, ce serait trahir un principe majeur. Ce qui laisse 2 heures ? Monsieur Z pour fabriquer de toutes pi?ces le support synth?tique r?clam? par le responsable de la mission chez le client. De son exp?rience dans le d?sert, Monsieur Z a ramen? une incontestable ma?trise d?Excel et de PowerPoint. C?est d?cid?, il officiera donc sous PowerPoint. Et voil? que Monsieur Z vide ce qu?il a dans le cerveau sur 23 slides en deux heures top chrono. Beaucoup de texte, pour passer l?envie au responsable de plonger dans le d?tail. Quelques graphiques bidons, pour pouvoir pr?tendre ? une vision analytique. Et une mise en page irr?prochable pour donner ? l?ensemble le c?t? synth?tique. Ajout? ? cela quelques animations pour pouvoir dire que vous ?tes all?s jusqu?? prendre le temps de travailler sur la finition. C?est l??quivalent de la couche de ??polish?? que l?on appliquerait sur une voiture qui sort du Lav-O-Matic, oui, c?est vicieux et fort habile. Les plus professionnels iront jusqu?? modifier la date de cr?ation du document dans les propri?t?s du fichier.

Retour dans le bureau du responsable qui d?un ?il ?vasif ouvre le fichier, balaye ce qui est ?crit dans les grandes lignes? ?a a bonne gueule, on dirait bien que ce qui est ?crit ressemble ? quelque chose d?intelligent, en tout cas Monsieur Z parle de choses auxquels le responsable n?aurait pas forc?ment pens?? Verdict?: c?est gagn?. Monsieur Z re?oit l?assurance que son ch?que de 25000 euros lui sera sign? et d?livr? dans les plus brefs d?lais. Voil? de quoi faire plaisir ? Monsieur Vito.

En r?sum?, 23 slides pondus en 2 heures pour 25000 euros? ?a fait un peu plus de 1000 euros le slide? ou un peu plus de 200 euros la minute de travail effectif. Scandaleux d?tes-vous?? Mais non allons?! C?est toujours comme ?a que cela se passe. Souvenez-vous vos devoirs sur table au lyc?e?? N??tait-ce pas dans les toutes derni?res minutes que vous parveniez ? arracher de haute lutte 5 points suppl?mentaires pour votre notre finale en vous lan?ant dans la r?solution d?un exercice ? 4 minutes de la fin du devoir?? Pour un devoir de 2 heures?: Monsieur Z relisait sa copie au bout d?une heure et se disait ??bon, jusque l? j?en ai fait pour 4 points, c?est le moment d?envoyer le grand braquet.?? A la fin de la demi-heure suivante, Monsieur Z parcourait ? nouveau sa copie pour se rendre compte qu?il devait en avoir pour 10 points dans sa besace grand maximum. Et lors des 30 derni?res minutes, il l?chait tout. Le stylo griffait la feuille rageusement et essayait d?engranger le plus grand nombre de points parmi les 10 encore ? glaner.

En milieu professionnel, c?est la m?me chose et ?a, Monsieur Z l?a mieux compris que quiconque. Rien ne sert de se pencher sur une t?che sans l?avoir m?rie. Se lancer dans une r?solution de probl?me sans en avoir conceptualis? clairement le cheminement revient ? perdre son temps. Avoir les id?es claires avant de se mettre au travail est indispensable?! Les consultants barbouzes ont encore gagn? leur pain pour ce mois-ci. Bravo, la petite entreprise de Monsieur Vito est florissante. Et dans tout cela le plus valorisant est de se dire que Monsieur Z a accompli un travail dont sont incapables les mecs de chez Cap. Et ?a c?est une grande victoire, car dans ce petit monde la concurrence est rude. Monsieur Z changera de mission le mois prochain. Quelle sera la prochaine entreprise ? recevoir les conseils ?clair?s de Monsieur Z?? Esp?rons simplement qu?elle sera de statut priv?? cela permettra aux contribuables qui me lisent de dormir sur leurs 2 oreilles.

J?ai eu la chance de pouvoir demander ? Monsieur Z d?o? tirait-il son incroyable ardeur aux t?ches c?r?brales. Il me r?pondait pudiquement?: ??Lorsque le 9 juin 1998, j?ai vu le g?ant Moussa d?filer sous mes fen?tres, j?ai compris certaines choses sur la marche du Monde.?? Chapeau l?artiste??!

vendredi 20 avril 2007

Beautiful city !

Agr?able soir?e jeudi dernier. Les temp?ratures ?lev?es que nous connaissions jusqu'en d?but de semaine ont fait place ? un air un peu plus doux, le ciel reste bleu et les arbres feuillus ! Place de la Sorbonne vers 21h30...

mercredi 18 avril 2007

David Blaine is back

Vous vous souvenez peut-?tre du premier ?pisode de la parodie du show de David Blaine, magicien de rue de son ?tat. En voici le deuxi?me volet...

Elle me fait autant mourir de rire que la premi?re. C'est vraiment excellent.

mercredi 11 avril 2007

Meusstaingue?!

Un beau dimanche de P?ques vient de s?achever. Nous ?tions sur la cote normande avec Matthieu. Mission principale du week-end?: emmener la Ford Mustang mod?le 1968 (289 cube inches, soit 4.7L de cylindr?e, ramen?e du Mexique en 2005) dans un garage de l?Eure sp?cialis? dans le rafistolage des voitures de collection. A l?aide d?un beau camion plateau, nous nous sommes acquitt?s de cette t?che. Et oui, cette voiture n?est toujours pas habilit?e ? rouler sur les routes de France. Il faudra la faire passer au service des mines ? sa sortie du garage. Voici quelques photos de l?engin ainsi qu?une s?quence o? on entend le son du moteur.


Le reste du week-end fut occup? par diverses activit?s?: tarot, jeu de fl?chette, chasse aux ?ufs en chocolat, v?lo, plage, repos et? conduite sportive d?une Ami 6 sur les chemins de tracteur ? travers champ?!

mercredi 4 avril 2007

IAM

Vas-y balance papa ! Akhenaton, Shurik'N, Freeman & Co ont envoy? du gros son qui tabasse ce soir au Bataclan.


Chaude ambiance donc pour le retour des Marseillais en capitale. Pr?sentation de leur nouvel album "Saison 5" saupoudr?e des grands tubes du groupe : Petit fr?re, Noble art, L'?cole du micro d'argent, N?s sous la m?me ?toile, La saga, L'empire du c?t? obscur, Independanza, Je danse le Mia... Tonton a l?ch? les watts pour le plus grand plaisir des fans pr?sents.



lundi 2 avril 2007

A l'arrache.com

Nous venons de vivre un week-end qui restera dans les m?moires. On pourrait le qualifier de d?fi (propos? par les Dolan brothers) mais r?trospectivement je dirai qu?il s?agit avant tout d?une belle aventure humaine (lol) ponctu?e d??v?nements singuliers toujours pris dans la bonne humeur. Il s?agissait donc de retaper un appartement (50m?) en 48 heures. Le commando ?tait constitu? des Dolan brothers, Benco, Adrien le Corr?zien et moi-m?me.

Ce premier projet pour l??quipe d? ??Alarrache.com?? pris racine mardi soir dernier. Mais avant d?aller plus loin, il me faut poser le contexte. Les Dolan brothers sont fra?chement expatri?s dans les ?les (respectivement ? Londres et ? Dublin) et poss?dent un appart ? Paris qu?ils souhaitent louer (meubl?, un d?tail qui a son importance, nous y reviendrons) au plus offrant maintenant qu?ils n?y habitent plus. Probl?me?: l?appartement n?est pas aux normes en mati?re d?installation ?lectrique. Avant toute arriv?e de locataires, il fallait donc faire quelques travaux d?ampleur en ces lieux. Qui dit ?lectricit? dit?: ??je vais mettre 2 gars ? tirer des fils depuis le compteur et va y?avoir du mal de fait?? (c?est une phrase ??BTP?? certified). En d?cod? il faut comprendre qu?un artisan vient chez vous, met des coups de pioches dans les murs pour creuser des saign?es, fait passer les fils ?lectriques dans ces saign?es, repl?tre autour des gaines ?lectriques pour combler les trous, salope l?ensemble de l?appartement, vous laisse une couche de 2 centim?tres de poussi?re uniform?ment r?partie jusque dans les moindres recoins de ce qui ressemblait jadis ? votre nid douillet. Et tout ceci pour un prix frisant l?escroquerie. Oui, c?est autoris? par la loi.

Suite ? cette intervention si traumatisante, il ?tait pr?vu de faire entrer en action le commando pour donner un coup de peinture fra?che pour le bien-?tre des futurs locataires. Entre la fin des travaux d??lectricit? et la journ?e peinture, les ma?tres des lieux pensaient pouvoir jouir pendant quelques derni?res nuits de leur toit parisien.

Ainsi Pierre arrivait de Dublin mardi soir dernier et fila chez lui admirer le travail de l??lectricien sagouin. Erreur?: ne jamais sous-estimer le pouvoir de nuisance d?un artisan. Pierre poussait la porte de son appartement et d?couvrait une sc?ne approchant la repr?sentation de Pomp?i apr?s ?ruption. Deux centim?tres de poussi?re partout comme pr?vu au contrat, mais surtout?: chauffe-eau et toilettes non raccord?es (ne me demandez pas pourquoi, je n?ai toujours pas compris ce d?tail de l?histoire. C?est comme si l??lectricien s??tait essay? ? la plomberie. Quoiqu?il en soit le fait est qu?il n?y avait ni eau chaude ni chauffage.), pl?tres et enduits b?cl?s, prises non install?es, interrupteurs ne commandant pas ce qu?ils auraient du commander? C??tait Beyrouth. C?est le coup de t?l?phone d?un homme d?vast? que je re?us alors. Mon salon lui servit de foyer d?accueil cette nuit-l?.

Le lendemain, nous apprenions que l??lectricien consid?rait son job ??done??. Pierre, un tantinet ?chaud?, rendu chafouin par cette d?claration, eut vite fait de lui demander s?il ne se foutait pas un peu de la gueule du monde. L?artisan vint voir de ces yeux ce qui ?tait de nature ? rendre bougon le payeur. Apr?s lui avoir bien mis le nez dedans, l?homme conclut, sans surprise, qu?il allait ??mettre 2 gars demain pour la finition??. La journ?e prenait fin dans la ??meilleure pizzeria du quartier?? dixit Pierre. Cette pizzeria a pour particularit? de ne pas ?tre capable de servir de pizzas (il ?tait 21h30 et il n?y avait d?j? plus de p?te). Etrange.

Jeudi, les mecs sont revenus et ont fini par faire ? peu pr?s ce que Dolan & Co. attendait d?eux. T?che suivante?: la peinture. Pierre consacra sa journ?e ? acheter le matos chez Merlin the King, ? louer des ponceuses chez Kiloutou, ? reconna?tre le champ de bataille. En soir?e, Sir Greg descendait de l?Eurostar, draft ?lectronique en main du bail ? signer avec ses locataires. Tenu inform? de la situation dans la journ?e, il rejoignait directement le QG improvis? (mon salon) pour d?battre des actions ? mener le vendredi. De toute ?vidence, le lendemain serait consacr? ? la pr?paration du chantier?: pose de b?ches plastiques sur le parquet, protection ? ?tendre sur les meubles au centre de la pi?ce, pon?age et l?ger lessivage des murs (simple coup d??ponge pour enlever la poussi?re de pl?tre). Et surtout faire un peu d?enduit pour combler deux ou trois vilains trous.


Nous nous retrouvions donc tous sur le chantier le vendredi soir. Plus moyen de reculer. A nos pieds?: un sac d'enduit, une bassine en plastique flambant neuve, de l'eau. Adrien fut l'homme qui ouvrit la voie. On se retroussa les manches et zou. La sc?ne est simple ? d?crire : prenez 3-4 bonshommes en costard, chaussures en daim et chemises ? 8000 et faites tremper tout cela dans 2 centim?tres de cendres Pomp?iennes auxquelles vous ajoutez l'enduit (ou du pl?tre, le doute plane encore)... D'aucuns auraient qualifi??ces ?nergum?nes?de "yuppies". Et ben ouais ??Youpi !??, ?a patauge. Deux techniques bien personnelles se d?velopperont durant le week-end... La peinture dite "? l'ancienne", et la peinture "? la truelle"... certains se reconna?tront ! Nous y reviendrons.


Voil? donc Adrien attel? ? r?parer le premier petit trou du mur du salon. Comme ? la DDE, cinq spectateurs se tenaient bras crois?s derri?re lui, occup?s ? commenter les premiers coups de truelle. Les Dolan Bros sont de toute fa?on toujours pr?ts ? s'?bahir devant la moindre preuve de ma?trise technique BTPiale. Adrien, sur sa lanc?e, se mit ? trueller de plus belle sur un plus gros trou, puis sur une surface ??in?galement plane?? d?environ deux m?tres carr?s. Not bad pour une premi?re. Cette performance se vit r?compens?e par?: 6 pizzas (achet?es ? la meilleure pizzeria du quartier un soir o? il restait de la p?te), une planche ? repasser et 300 DivX (films grav?s sur CD-Rom). Un panier garni offert par la maison Dolan, faut-il le pr?ciser. Nous rentrions nous coucher, non sans nous ?tre familiaris? avec le mat?riel de peinture qui nous attendait le lendemain matin ? la premi?re heure.

Midi sonne ce samedi 31 avril. Greg et Pierre sont les premiers ? arriver sur le chantier. Vite rejoints par Benco. Lui-m?me talonn? de pr?t par votre serviteur. Mon arriv?e au pied du podium (en 4?me position) s?explique par le fait que je dus me trimballer une ?chelle de peintre bien lourde de chez moi au chantier. J?arrivais alors que le pon?age de l?enduit de la veille prenait fin. Coup d??ponge g?n?ralis? afin de retirer l?ultime fine couche de poussi?re et enfin nous nous emparions des rouleaux. Benco et moi nous occupions de la chambre pendant que les autres finissaient de pr?parer le salon et l?entr?e. Une heure plus tard, nous en avions termin? avec la premi?re couche dans cette pi?ce. D?jeuner time, nous descendions en tenue de peintre ? l?Entrep?t pour nous rassasier. Assis en v?randa, tout allait bien, le serveur ?tait aimable, pro et blagueur. (Non loin de nous, une immunit? tournant sous MS-DOS devisait avec son ancienne. Veuillez excuser cette private joke.) Fin de repas, la Dolan company r?gale, un bifton pour le service et retour sur le front.


A 15 heures, nous nous attaquions, Benco et moi, au salon. En 45 minutes, nous posions la premi?re couche. En 45 minutes suppl?mentaires, nous en posions une deuxi?me dans la chambre. Pendant ce temps, Greg oeuvrait au pinceau sur les montants de portes et dans les recoins. Pierre ?tait parti rendre les ponceuses et acheter quelques litres de peinture suppl?mentaires. L?entr?e de l?appartement affichait un blanc ?clatant quelques dizaines de minutes plus tard. 17h30 ? la pendule. Pierre tombait ? pique pour le ravitaillement. Quand soudain? quelqu?un remarqua que ce dernier tournait sur lui-m?me comme sous l?emprise d?un bug c?r?bral. Diagnostic?: Pierre a oubli? son sac ? dos dans le taxi qui le ramena du magasin de bricolage ? chez lui. Que contenait donc ce sac?? Oh trois fois rien? un bloc de papier? un stylo bille? des lunettes de soleil? un t?l?phone portable (et son carnet d?adresses sauvegard? nulle part ailleurs que sur ce t?l?phone)? et son passeport. Il lui fallu la fin de la journ?e et toute la nuit pour dig?rer la perte de son passeport et il replongea en bad le lendemain lorsqu?il vit le soleil l??blouir et qu?il chercha son t?l?phone? Oui parce qu?en fait, il ne prit pas conscience imm?diatement de tout ce qu?il avait perdu. ?a c?est fait au fur et ? mesure que les heures passaient jusqu?? son d?part le dimanche.


En milieu d?apr?s-midi les murs de l?appartement avaient beau d?j? renvoyer un blanc propre, ?a restait un beau bordel. Et ? 18 heures, les futurs locataires vinrent sonner ? la porte pour signer le bail. Mais ?videmment le bail n?existait toujours qu?en version ?lectronique?! Malgr? l??tat ravag? de l?appartement ? cette heure, les locataires ne furent pas effray?s et d?cid?rent nous faire confiance lorsqu?on leur affirma que dans moins de 36 heures, ici, ? ce m?me endroit, les lieux ressembleraient ? un havre de paix et de tranquillit?. Quinze minutes de palabres plus tard, je glissais ? Greg que nous avions du mal ? travailler en pr?sence du ??client??. Les Dolan brothers et leurs locataires vid?rent donc les lieux pour se rendre dans un cybercaf? en vue d?imprimer le fameux bail.

De cet instant, je me retrouvais seul avec mon rouleau pour continuer d??taler cette deuxi?me couche dans le salon. Le Benco avait quelques affaires personnelles ? traiter, notamment la pr?paration de la soir?e ??cocktails?? ? laquelle il nous conviait un peu plus tard dans la soir?e. Cependant je fus rejoins par un ?quipier de choc, en la personne d?Adrien, 45 minutes plus tard. A deux, nous parvenions ? terminer le salon et l?entr?e en une heure ? peine.


Revenons un instant sur les deux techniques de peinture ?nonc?es pr?c?demment. La peinture dite ??? l?ancienne?? consiste ? d?poser une grande quantit? de peinture sur le rouleau puis ? l?appliquer sur le mur progressivement. Le rouleau se d?charge peu ? peu de sa peinture au fur et ? mesure qu?il parcourt des m?tres carr?s de surface planes. L?autre technique, la mienne, dite peinture ? la ??truelle??, consiste ? d?poser un amas de peinture sur une surface r?duite du mur. Il suffit ensuite de l??taler ? l?aide de son rouleau ou pinceau en s?en servant comme d?un rouleau ? p?tisserie avec lequel on aplanit une p?te ? tarte. Au d?part le rouleau de peinture ne roule pas r?ellement, il ne fait qu??taler sur une plus large surface l?amas de peinture d?pos?e, il glisse. Ce n?est que sur la fin de l?op?ration qu?il se remet ? rouler et qu?il faut alors veiller ? ne pas laisser de traces, grumeaux ou autres d?fauts.

Les Dolan brothers repass?rent fermer le chantier juste avant 20 heures. Ils revenaient d?ailleurs bredouille puisque le bail n??tait toujours pas sign?. Et Pierre avait une nouvelle fois oubli? son sac, le deuxi?me de la journ?e, au cybercaf? cette fois l?. Nous rentrions chez moi prendre une douche avant de se repropulser chez Benco. Pendant ce temps Pierre partit chercher son sac (qu?il retrouva) et se coucha directement apr?s. Sa journ?e l?avait trop diminu? physiquement et moralement pour envisager de participer ? la ??cocktail party??.

A 22 heures p?tantes, nous arrivions Greg, Adrien et moi, chez notre camarade. Un peu en retard il est vrai mais qu?importe. Dans la m?me pi?ce que nous, quelques am?ricains politis?s tentaient de suivre un podcast live de Barrack Obama sur un ?cran d?ordinateur. Par un concours de circonstances qui serait un peu long ? d?tailler, nous nous retrouvions ? poser, au cours de cette soir?e, pour une photo qui allait se retrouver quelques jours plus tard ? notre insu sur la ??homepage?? du site officiel de la campagne de Barrack Obama, candidat issu du camp d?mocrate ? la pr?sidentielle am?ricaine de 2008. Pour preuve?: une saisie d??cran. Etonnant non??! En marge de cela, je puis vous dire que le ??Cosmopolitan?? est fort d?licieux. Fin de la journ?e avec le dernier m?tro.

Le dimanche d?marra ? allure r?duite pour ma part. Les Dolan brothers se lev?rent vaillamment entre 9 et 10 heures le matin et partirent illico presto sur le chantier. Les t?ches ? effectuer pour cette derni?re journ?e de travaux ?taient?: nettoyage int?gral de l?appartement, remise en place des meubles, lustrage du parquet. J?arrivais l?-bas apr?s le d?jeuner pour nettoyer la cuisine du sol au plafond. Pierre dut repartir en tout d?but d?apr?s-midi pour Dublin. Le chauffeur de taxi l?emmenant ? l?a?roport raviva son traumatisme ? l?instant o? il refermait sa porti?re?: ??C?est bon Monsieur?? Vous n?avez rien oubli??? Billets d?avion, passeport, etc????. La pr?venance de cet homme se transforma en ind?licatesse?au regard des r?cents ?v?nements?!


Quelques minutes plus tard, Benco entrait en action pour lustrer le parquet. Sa technique rapide et pr?cise fut d?une grande aide. Ainsi en moins de 3 heures, tout ?tait termin?. Pierre venait de repartir pour Dublin lorsque le dernier meuble fut remis ? sa place sur un parquet lustr? et nourrit de cette huile ravivant sa couleur d?origine. Mission accomplie?! Appartement remis en ?tat en un temps record?! Le r?sultat se passe de commentaires (en toute modestie cela va sans dire), je vous laisse admirer le fruit de nos efforts en images.




Apr?s avoir rang? nos outils ? l?entrep?t souterrain, nous quittions d?finitivement le chantier. Derni?re folie du week-end, nous ramenions chez moi trois caisses de vin issues du domaine familial Dolan sur l??chelle de peintre dont nous nous servions comme d?une civi?re. J?allais ensuite personnellement patienter jusqu?? l?heure du d?ner en terrasse d?un bistrot place Saint-Sulpice.


Epilogue?: l??quipe d????Alarrache.com?? alla inscrire un point final ? ce week-end d?anthologie en d?pensant son cachet au cours d?un d?licieux d?ner ? La Coupole. Un restaurant de renom o? les serveurs se fendent toujours de leur petit num?ro pr?f?r? les soirs d?anniversaire?


Edit (17/04/07)?: Les locataires furent enchant?s par la propret? de l?appartement ? leur emm?nagement. Une belle reconnaissance pour le travail de l??quipe d? ??Alarrache.com?? qui vient de d?crocher son deuxi?me contrat?! Et quelle affaire?! Un contrat paysager ? l?international?! Nous replanterons donc du gazon ? l?anglaise dans un jardin priv? londonien ? la fin du mois.