Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 27 mai 2007

Les valeurs travail, effort, m?rite.

==============================
AFP (Londres), jeudi 24 mai 2007, 18h54

Un SDF devient propri?taire du terrain qu'il occupait ? Londres


Un Irlandais sans domicile fixe de 71 ans est d?sormais propri?taire du terrain sur lequel il vivait depuis une vingtaine d'ann?es, qui est situ? dans le quartier cossu de Hampstead Heath (nord de Londres) o? le prix du m?tre carr? est l'un des plus ?lev?s de la capitale.

Harry Hallowes, un ancien ouvrier originaire de Sligo (Irlande), a obtenu mercredi le titre de propri?t? d'un terrain d'environ 27 m?tres sur 27 sur lequel il vit depuis 1986 et o? il a construit une cabane d'une dizaine de m2. Le terrain arbor? et tr?s isol? est estim? ? 2 millions de livres (2,94 millions d'euros).

M. Hallowes est une figure incontournable de son quartier, effectuant de petits travaux pour les habitants. Il est notamment ami avec l'acteur Terry Gilliam. Ce n'est pas la premi?re fois qu'un squatteur obtient un droit de propri?t? pour les lieux qu'il occupe : en 2004, George Weiss a obtenu le titre de l'appartement qu'il occupait ? Hampstead qu'il a revendu pour 710.000 livres (1,044 million d'euros).
==============================

Je m'en vais de ce pas construire une cabane de quelques centaines de m?tres carr?s au milieu d'Hyde Park. Si je sais attirer la sympathie des passants ? mon ?gard, je devrais pouvoir en tirer une belle plus-value ? la revente dans deux d?cennies !

mardi 22 mai 2007

Please proceed.

Nous avons pass? 4 jours ? Londres en d?but de mois. La ville pr?sentait son visage le plus inhabituel : grand soleil, ciel bleu sans un nuage, temp?rature ?lev?e. Quelques ? ?v?nements ? vinrent ?mailler nos journ?es pour faire de ce s?jour une escapade m?morable.


Big Ben

Vendredi soir, d?s l?arriv?e : nous descendions de la Picadilly line ? Hammersmith pour nous rendre chez Sir Greg quand au coin d?une rue? nous tombions nez ? nez avec un corbillard, cercueil en place ? l?arri?re, int?rieur du v?hicule ?clair? par des n?ons roses et verts fluo. A l?avant, deux hommes aux teints blancs cafardeux et aux longs cheveux bruns et raides ?taient coiff?s de hauts de forme. Les fen?tres de cet ovni ?taient ouvertes et les mecs ?coutaient Aerosmith ? "blinde" dans la bagnole. Qu??tait-ce ? Peut-?tre le dernier tour de piste du lead singer de leur groupe de hard metal. Le mec, d?c?d? dans la journ?e d?une overdose, avait tr?s probablement pour derni?re volont? de se faire trimbaler downtown au doux son rocailleux de ses idoles?


New one / Old one - Cabines t?l?phoniques en bordure d'Hyde Park

Le samedi, nous entamions la journ?e par un pique-nique ? Hyde Park, non loin du Albert Memorial. Nous marchions ensuite ? travers le parc pour rejoindre Oxford Street en passant par Marble Arch. Le soir, nous avions rendez-vous ? l?Intercontinental ? Hyde Park Corner pour une r?union des anciens de la BEM (Bordeaux Ecole de Management) en pr?sence de l??quipe de direction de cette ?cole. Une ?quipe que tout le monde aura trouver sympathique et tr?s dynamique. Nous pensions devoir passer plus de temps au cours de la soir?e ? l?gitimer notre pr?sence en ces lieux, sachant qu?un seul de nous quatre est ancien de BEM et qu?un autre seul de nous quatre est londonien, mais en fait non. Ces gens l? sont accueillants et nous n?avons eu aucun mal ? nous m?ler aux conversations.


D?ner ? l'Intercontinental

On gardera en m?moire un grand moment lors de l?ap?ro qui eut lieu en pr?ambule de la soir?e : nous discutions avec des ?tudiantes fran?aises suivant un cursus europ?en sur un campus anglais partenaire du programme bordelais quant le p?re Benco se mit ? raconter sa vie. Un arc de cercle d?une bonne douzaine de personnes s?est alors form? instantan?ment face ? nous. Il faut avouer que le discours de Benco ?tait fait pour accrocher l?auditoire, ? base de ? New York? Finance? Malaisie? Total? ?. Comment pouvait-il en ?tre autrement ? Je me suis aussi risqu? ? l?exercice et je pus constater que l?exp?rience ? Chine ? ne laisse pas non plus les gens indiff?rents. Apr?s le d?ner, nous allions nous installer au bar de l?h?tel afin de ? papatiser ? encore quelques dizaines de minutes avant de rentrer en cab ? la maison.


Buckingham Palace

Le dimanche fut consacr? ? une grande ballade ? pied dans Londres nous menant de Houses of Parliament ? Westminster abbey vers Buckingham Palace au travers de Saint James Park. Puis nous quittions Green Park par le nord, et nous rejoignions Picadilly Circus en longeant la rue du m?me nom. De Picadilly Circus ? Leicester Square, de Leicester Square ? Covent Garden et enfin de Covent Garden ? Trafalgar Square. Tout allait plut?t bien jusqu?? ce que nous remontions Charing Cross Road pour prendre le m?tro ? Tottenham Court. Nous marchions, Benco et moi, une vingtaine de m?tres derri?re Greg et Flo. Une attitude inacceptable selon eux, l?gitimant une v?ritable crise dirig?e ? notre encontre. Greg semblait vraiment nous en vouloir pour ne pas marcher sur ses talons. Flo, quant ? lui, prenait pour pr?texte une ? alerte rouge ? (traduction : une envie pressante) pour nous engueuler. Comme si nous faisions expr?s de le retarder sur le chemin de la maison pour accro?tre son malaise. Quoiqu?il en soit, ils nous firent bien rire. De retour ? la maison donc, nous passions une soir?e tranquille autour d?une salade et d?un bon plat de p?tes non pas ? ? la Boudouni ? mais ? ? la Benco ?. La journ?e s?achevait par un challenge Google Search, les int?ress?s comprendront?


Tower Bridge

Lundi, les londoniens travaillaient. Nous en profitions pour ?merger du tube ? Tower Bridge. Gros drame lors de notre travers?e p?destre de la Tamise par le Southwark Bridge, Flo et Benco d?cr?taient qu?elle coulait dans le mauvais sens. En ayant pris ? gauche de l?autre c?t? du pont dans Cannon Street, nous arrivions devant Saint Paul?s Cathedral. Le petit passage menant de cette cath?drale au Millenium Bridge abrite l?ind?cent immeuble en verre de l?Arm?e du Salut (The Salvation Army). C?est beau de voir une charity business association se permettre de se loger en plein centre de Londres comme HSBC ou Merryl Lynch.


Saint Paul's Cathedral et The Salvation Army

Le Millenium Bridge nous conduisit droit vers la Tate Modern Gallery. Nous nous sommes interrog?s pendant deux bonnes heures sur le sens des ?uvres contemporaines expos?es. La frise chronologique, peinte sur les murs, exposant les diff?rents mouvements artistiques (comme le Cubisme ou le Surr?alisme par exemple) associ?s aux noms des artistes ayant contribu? au mouvement est assez sympa ? ?tudier. Au dernier ?tage, un tour au bar/restaurant nous offrait un beau panorama de la rive oppos?e. Nous r?empruntions ensuite le Millenium Bridge pour remonter jusqu?au restaurant ? GBK ?, sp?cialiste du burger, juste en face de Saint Paul?s Cathedral. Puis, nous faisions une ballade digestive sur Fleet Street jusqu?? Covent Garden. Nous passions notamment devant la Royal Courts of Justice et la LSE (London School of Economics). Nous marquions aussi des pauses dans un HMV et un magasin Hackett.


Panorama Tamise avec le Millenium Bridge

L?heure arriva alors de r?cup?rer notre h?te ? la sortie de son boulot sur Saint Martin?s Lane. Puis nous nous dirigions tous ensemble vers le O?Neill?s Pub pour trinquer. C?est dans ce m?me pub, qu?en f?vrier dernier, Gr?goire et moi avions v?cu la victoire ? l?arrach?e de l??quipe de France oppos?e aux Irlandais dans le tournoi des VI Nations.


Le Pub

Mardi May the 1st, les londoniens travaillaient encore et toujours, gr?ce ? Madame Thatcher. Notre journ?e d?butait chez Topshop sur Oxford Street. Kate Moss venait juste, pas plus tard que la veille, d?y inaugurer sa collection personnelle, nous ne l?aurons malheureusement pas crois?. Cela me fait penser que j?appris au cours du week-end que Drew Barrymore a achet?, un jour, une fois, une paire de tongs (des flip-flop comme ils disent) au Shepherd?s Bush Market. Or moi aussi j?ai fait un tour sur ce march?, ce qui est d?j? pas mal, je trouve, au niveau synergie avec le star system. Nous descendions ensuite Regent Street avec un arr?t in?vitable ? l?Apple Store, Picadilly Circus et plus encore, jusqu?? arriver ? la National Gallery sur Trafalgar Square. La visite du mus?e fut simplifi?e par un mouvement de gr?ve des surveillants, certaines salles ?taient ferm?es. ?a n?arrive pas qu?en France finalement. Le parcours ? From Manet to Picasso ? fit l?unanimit?. Du Manet, du Picasso, certes? mais aussi du Pissarro, du Monet, du Van Gogh, du Seurat, du Degas, du Renoir, du C?zanne, du Toulouse-Lautrec, un peu de Gauguin? de la valeur s?re en somme : des artistes bankable.


Picadilly Circus

Notre chemin se poursuivait alors vers The London Eye : la grande roue ?rig?e au bord de la Tamise, ? l?initiative de British Airways, quasiment en face du Parlement. Le ciel ?tant bleu azur, nous avons pu profiter d?une visibilit? optimale. Le stade de Wembley (new generation) ?tait visible dans le lointain. Un tour de roue plus tard, nous nous mettions en qu?te d?un d?jeuner pris sur le pouce. De l?autre c?t? du Waterloo Bridge, un ? Pr?t ? manger ? nous tendait les bras. Leur cuisine est plut?t bonne, et je recommande par-dessus tout leur ? Handmade chocolate cake ?. Je me demande m?me s?ils ne chargent pas ce g?teau de substances illicites car il m?a vraiment fait un effet d?ment. Pendant presque deux heures, apr?s l?avoir ing?r?, je demeurais ? c?t? de mes pompes, absent, l?esprit embrum?. J?avais ? peu pr?s conscience de mon ?tat, Benco le remarqua ?galement et me demanda si j?allais bien? Puis je me r?veillais avec plus qu?un seul objectif en t?te : en acheter une autre part. Rien qu?une autre dose, juste une, at least. Pendant ce temps o? j?errais avec ce bout de g?teau au chocolat occupant toutes mes pens?es, nous avions eu le temps de remonter jusqu?? Tottenham Court en passant Soho. Nous marquions une pause au Virgin Megastore avant de reprendre le m?tro.


London Eye

De retour ? la maison, il ne nous restait plus qu?? nous emparer de nos sacs et de repartir en direction d?Heathrow. Il me restait 2 pounds 75 en poche. Moment de d?livrance intense ? Hammersmith, juste avant d?entrer dans le tube pour la derni?re fois du week-end. Je faisais irruption dans un ? Pr?t ? Manger ?, haletant, la bave au coin de la bouche. Je m?emparais de mon ? Handmade chocolate cake ? ? 1 pound et 50 pence. Je ne le d?gustais pas aussit?t, j??tais d?cid? ? patienter le temps qu?il faudrait pour me retrouver confortablement install?, seul, en face ? face avec ma dose de chocolat. Manque de bol, le m?tro ?tait blind? vers l?a?roport et je fus contraint d?attendre encore plus longtemps.


Shepherd's Bush Market sans Drew Barrymore

Pour les agents de s?curit? anglais, la psychose du tube de dentifrice pi?g? est bien plus ?lev?e, encore aujourd?hui, que celle que nous entretenons en France. En pratique, ma trousse de toilette n?a ?veill? aucun soup?on alors qu?elle contenait au moins 2 items que j?aurai d? pr?senter dans une poche plastique transparente. Alors que je retirais mes chaussures devant la machine ? rayons X, une esp?ce de gros con me grilla mon tour pour le passage sous le portillon du ? Security check ?. Bien heureusement la justice trancha imm?diatement en ma faveur. Le flic des douanes post? de l?autre c?t? du portillon se chargea de lui faire d?baller son sac sous mon regard narquois.


En rade avec l'Aston Martin sur le bord de la route menant ? l'a?roport...

Arriva enfin le moment tant attendu o? je pus m?asseoir et d?baller mon g?teau. Il ?tait aussi bon que le premier mais celui-ci ne m?emmena pas dans le cosmos. Une bonne heure trente d?attente face ? un Boeing 747 Quantas nous permis de divaguer sur le fait que ce serait pas mal tous comptes faits de p?ter un c?ble ? cet instant pr?cis, de ne pas rentrer ? la maison mais plut?t de partir pour une dur?e ind?termin?e ? l?assaut du monde. Benco choisit l?Asie du Sud-Est, moi je me voyais plut?t bien viser les Cara?bes ou l?Am?rique du Sud. Il ne fait pas bon tra?ner dans les a?roports. Nous arriv?mes ? bon port another couple of hours later.


Bound to Australia ?... Maybe next time.

Merci pour elle...

Je viens de lire dans un article que c'est aujourd'hui, mardi 22 mai, que le conseil d'administration de TF1 nommait un nouveau directeur g?n?ral de la cha?ne pour succ?der ? Patrick Le Lay. Etienne Mougeotte, quant ? lui, devrait quitter ses fonctions d'ici la rentr?e en septembre. Voil? un gros fragment de l'exception culturelle fran?aise qui s'en va ! J'imagine qu'elle ne s'en portera pas moins bien.

mardi 15 mai 2007

Le premier sourire

J?ouvre un ?il dans un sursaut trop matinal. De ma fen?tre donnant sur la cour de l?immeuble, je vois que le jour se l?ve. Ai-je rat? la sonnerie du r?veil ? Serait-il d?j? 10 heures ? Suis-je en retard ? Je me penche sur le bord du lit pour lire l?heure sur mon r?veil. 6h42. Plus que 3 minutes de repos avant le rush quotidien. Je referme les yeux.

Et c?est parti.

La sonnerie du portable retentit, je l??teins en un ?clair. Quelques poign?es de secondes plus tard, la radio se met en marche. Le journaliste qui parle ne m?a pas encore dit trois phrases que je lui envoie une grande baffe pour le faire taire. Encore 20 secondes de silence, et je me l?ve. Le premier. Je suis toujours le premier debout dans cet appartement. Je r?p?te les m?mes gestes dans un ordre immuable chaque matin. Comme si le pilote automatique ?tait enclench?.

Au cours des 50 minutes suivantes peuvent survenir un ou deux accrocs mais gu?re plus. Une bouteille de lait qui n?est pas rang?e ? sa place, passe encore. Quelques v?tements rest?s ? s?cher durant la nuit dans la douche et qu?il faut d?crocher ? la va-vite, ?a se g?re. Le cumul des deux incidents pr?c?dents met aussit?t en p?ril le timing. L?heure estim?e de mon premier pas sur le trottoir en bas est 7h35. Deux incidents successifs et je le sais, il faudra peut-?tre faire une concession sur le soin apport? au rasage. L?apparition d?un ? crash case ? peut aussi enrayer le m?canisme : plus de brioche ? ?taler sous le Nutella ou plus de gel douche, et c?est la journ?e enti?re qui s?en trouvera affect?e.

6h53, le four micro-ondes ?met un long bip. Je bois le contenu du bol en deux ou trois gorg?es. 7h05, j?entre sous la douche. 7h30, sortie de la salle de bain. Retentit alors la sonnerie d?un autre r?veil annon?ant qu?une deuxi?me ?me commence ? ?merger tr?s progressivement. C?est un jalon, je sais alors si je suis dans le bon tempo. 7h34, je finis de nouer mes lacets, j?attrape mon sac, je claque doucement la porte de l?appartement. 7h35, la porte de l?immeuble se referme derri?re moi et toujours pas une parole d?adress?e ? qui que ce soit, simplement le respect du silence.

Je marche sur 150 m?tres, la rue est bien calme. Je croise trois ou quatre personnes marchant silencieusement les yeux riv?s sur le bout de leurs chaussures. Dans le meilleur des cas, les regards se croisent mais les visages sont impassibles. Ne sachant pas de quoi la journ?e sera faite, je suppose que personne n?ose encore se parer d?une humeur pr?cise. J?arrive sur le boulevard. Je traverse la chauss?e, puis le parc de deux roues sous les arbres. J?atteins l?entr?e de la bouche de m?tro. Le premier sourire est l?, le premier mot aussi.

Emmitoufl?e dans sa parka, elle sourit ? tous les passants en leur tendant le journal gratuit du matin. Sa casquette rouge ? Matin plus ? lui donne une v?ritable allure de paperboy. L??change est bref et identique du lundi au vendredi. Elle lance un ? Bonjour ? ?nergique en me tendant le journal. Je r?ponds par un ? Bonjour ? souriant, j?attrape le journal en remerciant. J?ai d?j? amorc? un quart de tour sur la droite en direction des escaliers de la bouche de m?tro lorsqu?elle d?cide de prolonger cet ?change de 4 secondes par un ? Bonne journ?e ! ?. Je suspends mon mouvement et tourne la t?te pour lui dire ? Merci, ? vous aussi. ? et c?est termin?.

D?s le bas de l?escalier, si tant est que plus rien n?attise ma curiosit? dans les environs, je me figure que je nage de nouveau au milieu d?un bassin de personnes au pas press? qui se r?partissent en deux grandes cat?gories : le senior ? l?expression s?rieuse, presque grave, et les autres ? l?expression neutre. Je talonne la personne qui me pr?c?de, j?essaie de la doubler avant l?escalator, j?arrive sur le quai et je prends le m?tro de 7h42. Ou celui de 7h44 les jours de fatigue.

Je me souviens qu?? l?automne dernier, la guerre s?vissait entre les ? gratuits ? que sont M?tro, 20 minutes et Matin Plus. Chacun d?entre eux tentait par tous les moyens de courtiser un lectorat par une d?bauche de moyens un peu plus importante chaque matin. Le lundi, le distributeur de 20 minutes souhaitait une bonne journ?e ? chaque personne lui arrachant un exemplaire. Le lendemain, le staff de Matin Plus contre-attaquait en offrant avec le num?ro du jour un suppl?ment emploi / ?conomie, en plus d??tre courtois. Le mercredi, c?est M?tro qui revenait en course en postant deux personnes ? l?entr?e du m?tro pour redoubler d?amabilit?. Le jeudi, Matin Plus remportait une manche en distribuant des g?teaux avec son journal? Quelques mois plus tard, l?effort est stopp?. En beaucoup d?endroits le ? gratuit ? vous est tendu sans un mot, sans un regard.

Ainsi ce premier sourire est pr?cieux, c?est un des rares, sinon l?unique ?change agr?able avant l?arriv?e au travail. Est-elle seulement consciente que, pour beaucoup de gens, les trois mots ?chang?s avec elle sont les premiers de la journ?e ?