Monsieur Z is back et a d?cid? mercredi soir de m'exposer ses derni?res ? visions ? portant sur le r?le cach? de M?t?o France.

Mais avant de vous faire part de ses brillantes vues, permettez moi de vous donner tr?s rapidement des nouvelles de notre consultant pr?f?r?. Apr?s avoir termin? sa mission pr?c?dente sur un coup d'?clat (vous vous souvenez tr?s certainement du hold-up de l'ann?e), Monsieur Z a bien failli prendre ? bras le corps les petits soucis de planification rencontr?s par un constructeur de ? vecteurs de paix ?? Ah que j'aime lorsque l'industrie se pare d'une pudeur lui interdisant de d?voiler en termes clairs ses agissements. Avez-vous devinez ? Allez je vous aide un peu : qu'est ce qui s'envoie loin, que l'on peut guider et qui a pour objectif de ramener sur le sentier de la paix ceux qui se seraient rendus coupables d'une quelconque agression ?? Non, ce n'est pas un ?missaire des Nations Unies. ?a aurait pu mais ce n'est pas ?a. Allez dernier indice : ?a fait ? boum ? ? l'impact. Et oui nous avons bien failli voir Monsieur Z acc?der aux affaires relevant d'un business peu glorieux s'il en est et pourtant si florissant. En grand pacifiste devant l'?ternel, il laissa sagement passer cette opportunit? pour mieux pouvoir vendre ? pr?sent ses services ? un grand nom de la sous-traitance a?ronautique. C'est utile, ?a ne fait de mal ? personne et c'est aussi suffisamment ? high technology certified ? pour qu'un consultant de la trempe de Monsieur Z se sente flatter de travailler sur le produit.

Revenons ? cette histoire de m?t?orologie. Nathalie Rihouet s'agitait sur l'?cran, et je dis bien ? ?cran ? plut?t que ? petit ?cran ? car vous pensez bien que le standing impos? par la profession de consultant ? Monsieur Z ne lui permet plus de se satisfaire d'un ? petit ?cran ? depuis belle lurette? Nathalie s'agitait disais-je donc et expliquait ? une France constern?e que le mauvais temps continuerait de s?vir sur la majeure partie du pays jusqu'? la veille de la f?te nationale ce samedi. Mais bien heureusement pour nous, samedi et dimanche devraient ?tre baign?s d'un soleil resplendissant au-dessus de nos villes et nos campagnes. Concernant les pr?visions pour le d?but de la semaine prochaine, rien n'est moins s?r. Tout le monde sait en effet qu'il ne faut placer qu'une confiance limit?e dans des pr?visions assorties d'un indice de fiabilit? inf?rieur ou ?gal ? 3. Il est sain de les cr?diter d'une probabilit? d'occurrence ? peu pr?s ?gale ? celle que nous accordons aux pr?dictions astrales de Paco Rabanne.

Bien qu'incr?dules, nous essayions de nous faire ? l'id?e collective que le week-end ? lui seul pourrait chasser le mauvais temps comme par enchantement apr?s des semaines de temps m?diocre. C'est alors que l'esprit vif de Monsieur Z formula une hypoth?se int?ressante : ? Bon sang mais c'est bien s?r ! (? Eur?ka ? aurait-on pu aussi entendre) Nathalie Rihouet est un agent d?terminant de la reprise ?conomique ?. Cette id?e novatrice, ass?n?e l?, sans aucun coup de semonce, entre le fromage et le dessert a le pouvoir de rel?guer aux oubliettes les mod?les ?conomiques enseign?s dans les plus grandes universit?s. Et nous qui pensions qu'en mati?re de relance ?conomique, il ?tait appropri? de jouer avec une ?quation dont les variables sont ? consommation des m?nages ?, ? formation brute de capital fixe ?, ? balance commerciale ?? cela ne suffit manifestement pas. Il fallait voir plus loin. La solution ?tait l?, sous nos yeux, ? 20h40 tous les jours.

Annoncez du beau temps et les gens pr?voiront de partir en vacances. Car quel ?tait l'enjeu de cette m?t?o dans le fond ? Rassurez les juilletistes de la deuxi?me quinzaine ? la veille de leur d?part ?videmment. Incitez les ! Pr?disposez les ? consommer ! En entretenant tout le pays dans l'illusion d'un temps resplendissant ? venir, les gens penseront ? Chouette, samedi j'irai faire les magasins ?. Et ainsi conditionn?s, lorsque le samedi arrive, peu importe le temps finalement, ils vont d?penser leurs sous. Sur la p?riode estivale, l'enjeu est d'autant plus important qu'il ne s'agit pas d'une simple apr?s-midi shopping qu'il faut r?ussir ? installer dans les esprits, mais bel et bien de longues semaines de vacances loin de la maison. Sur les ?paules de Nathalie, Evelyne, Patrice, p?se la r?alisation du chiffre d'affaires de beaucoup d'entreprises du secteur touristique.

Pour valider sa th?orie, Monsieur Z partait du postulat que la France est la premi?re destination touristique mondiale. Une bonne partie de ses services (h?tels, restaurants, g?tes, mus?es, associations, etc) gravitent autour de cette activit?. L'annonce d'une saison ex?crable en France aurait pour effet de dissuader les touristes de rester ? l'?cart de notre pays. Cela tuerait les profits qu'esp?raient engendrer les soci?t?s engag?es sur le secteur. Si un pan significatif de l'?conomie nationale souffre d'une mauvaise conjoncture, alors m?caniquement le moral des consommateurs baisserait, la productivit? des travailleurs (qui sont aussi des consommateurs) baisserait, et c'est le pays entier qui risque d'entrer dans le cercle vicieux de la r?cession. Pour ?tayer son propos, Monsieur Z prenait deux exemples, certes extr?mes, et ravivant des souvenirs douloureux cr??s par de r?elles catastrophes naturelles, mais qui ont le don d'illustrer ? merveille son argumentation.

Pensez ? la saison touristique sur les c?tes tha?landaises de l'hiver 2004 g?ch?e par un raz-de-mar?e. En informant le monde entier que le paysage et les infrastructures avaient ?t? ravag?es, les touristes en partance pour cette destination ont pr?f?r? annuler purement et simplement leur voyage. Le manque ? gagner fut cruellement ?lev? pour les acteurs de l'industrie touristique locale qui eut alors d'autant plus de mal ? se relever de la catastrophe endur?e. Plus r?cemment, prenez l'exemple de la Nouvelle-Orl?ans qui fut dramatiquement couch?e par l'ouragan Katrina. Cet ?tat am?ricain fut imm?diatement d?sert? par toutes les personnes non-r?sidentes. En tenant compte de ces exemples, pensez-vous r?ellement qu'il soit responsable d'annoncer ? la t?l?vision nationale entre le journal de 20 heures et le prime-time que l'?t? fran?ais est en p?ril et qu'il est d'ores et d?j?, ? la date du 12 juillet, un des pires que nous ayons connus ? La cons?quence d'un tel acte est d'une ?vidence d?concertante : nous plongerions vers le chaos de la r?cession ?conomique imm?diatement. Voici pourquoi on nous annonce un grand ciel bleu sur le pays pour le premier week-end de chass?-crois? des vacances. Pas encore convaincu ? Souvenez-vous du nuage de Tchernobyl? il s'?tait arr?t? ? nos fronti?res comme par magie. CQFD.

Evelyne, Nathalie ou Patrice ne seraient-ils que des pantins aux mains du pouvoir ?conomique ? A quand un des ces pr?sentateurs vedettes de la m?t?orologie nationale dans le si?ge de directeur de la prospective ?conomique et de la conjoncture ? Bercy ? Laissons aux modalit?s de la reprise de la croissance le temps de m?rir dans la t?te de nos dirigeants. Pour ce qui est de Monsieur Z, l'avenir seul nous dira s'il avait une fois encore un coup d'avance.