Ma deuxi?me partie de semaine du 15 ao?t se passait dans les Landes. Je fus r?cup?r? ? Bordeaux par Adrien, notre point de chute se situait sur les rives du lac de Sanguinet. Au programme, des barbecues et du bateau. A noter ?galement la pr?sence d'Eug?ne?! dont les premi?res dents de lait poussent. Pour un b?b? qui ne pleure pas, je l'ai trouv? quand m?me un peu chafouin sur les deux derni?res journ?es. Normal comme dirait Antoine?: ??lorsque t'as des parents qui te balancent dans les barbel?s rouill?s, tu trouves plein de raisons de pleurer??. Je reviendrai sur cette histoire.


Concernant les barbecues, le temps mitig? nous fit craindre ? plus d'une reprise la grosse averse synonyme de repli en int?rieur. Mais finalement nous e?mes de la chance et bien que les temp?ratures ne fussent clairement pas dans les normales saisonni?res, nous p?mes nous installer sur la terrasse chaque jour. T'as vu cette derni?re phrase avec cette conjugaison de folie?? lol.

Pour ce qui est du bateau, nous en f?mes beaucoup. D?s notre premi?re sortie, nous avons identifi? quelques gisements d'am?lioration potentiels?! Cela a commenc? par le remplacement de la plaque de bois servant de support au moteur... Durant cette op?ration, Adrien laissa ?chapper sa cl? de 14 dans les eaux du port. Courageux le bonhomme, il plongea illico la r?cup?rer !

Je vous vois d'ici penser que l'eau du port est absolument d?gueulasse. Et ben ouais, c'est clair, c'est immonde ! Apr?s avoir remplac? le support du moteur, on l'essaya rapidos pour voir s'il tournait bien. A vous de juger...


A noter ?galement que j'eus l'honneur de me charger de l'entr?e au moteur dans le port le premier jour et que j'ai manqu? de peu de d?foncer le bateau voisin de notre emplacement. En fait si, je l'ai d?fonc? mais heureusement il n'y eut aucun d?g?t (ou presque).


Pendant trois jours, Adrien travailla donc ? plein temps ? am?liorer les performances du boat.

Chantier num?ro 1?: le gouvernail.
Tr?s lourd et impr?cis en d?but de s?jour. Il fut transform? en safran de comp?tition en 24 heures. Un coup de scie sauteuse pour l'arrondir et l'all?ger. Remplacement des ?crous pour ?liminer le jeu qui existait dans la barre. Renforcement de sa base par des vis pour le rendre plus rigide. Un coup de r?sine, une nouvelle couche de peinture et le must?: ajout d'un stick, confectionn? ? l'aide d'un b?ton de ski, pour pouvoir man?uvrer en ayant les fesses assises au plus pr?s du bord de la coque du bateau. Ce safran est v?ritablement devenu un mod?le du genre. Incisif, l?ger, r?pondant au millim?tre ? la moindre sollicitation. Du tr?s bon boulot.


Chantier num?ro 2?: les amarrages de haubans.
Ils travaillaient dur et arrachaient la r?sine du pont. Confection de renforts en inox pour renforcer ces attaches et ?viter que la r?sine ne soit endommag?e.

Je me dois de vous raconter l'installation de ces renforts? Nous ?tions un midi amarr?s au bord d'une plage ? c?t? du grillage de d?limitation de la base militaire de Cazaux. L'eau, ? cet endroit, nous arrivait au niveau des genoux et nous ?tions ? l'abri du vent. Adrien et Antoine pensaient donc que le moment ?tait id?al pour proc?der ? l'installation de ces renforts en inox. L'op?ration consistait ? d?tacher les haubans quelques minutes, le temps qu'Adrien perce la coque et visse son renfort ??usin? maison?? par-dessus l'attache du hauban. Je fus en charge de tenir fermement les haubans pendant l'op?ration afin d'?viter un d?m?tage. Toutes ces pr?cisions vous laissent d?j? entrevoir la suite de l'histoire.


Et oui? un moment d'?garement, un instant dans la lune, je songeais ? autre chose et oubliait l'objet de ma mission? je sentis une perte de tension dans le c?ble au bout de mes mains? ? peine le temps de lever les yeux et patatra. Je vis le m?t tomber, puis couch?, ? la baille. Adrien, sto?que, finit de visser sa plaque en inox, leva les yeux et dit?: ??Attends? je r?ve? o? c'est bien notre m?t que je viens de voir se casser la gueule dans la flotte????!!!??. Par je ne sais quel miracle (je suis finalement assez chanceux), rien ne fut cass?. Le m?t n'a pas pli? en deux, les barres de fl?che ont tenu le coup et le pont ne fut m?me pas endommag? car le m?t est tomb? sur le bastingage ? l'avant du bateau. Les plaisanciers autour de nous hallucin?rent autant que nous et rappliqu?rent gentiment pour nous pr?ter main forte. A cinq, nous avons pu remettre le tout en place. Ceci nous donna l'occasion de parfaire notre connaissance du pied de m?t. Rien ? am?liorer de ce c?t?-l?, le syst?me ?tait d?j? tr?s bien con?u?! lol.

Chantier num?ro 3?: le vieux moteur 9.9.
Il n'avait pas tourn? depuis plusieurs mois. Nous avons r?ussi ? le faire d?marrer. Mais le doux ronronnement ne dura pas longtemps. Il s'est mis ? flamber au bout de cinq minutes?! Odeur de plastique br?l? et fum?e. Nous nous sommes content?s de le ramener ? la maison, de l'installer dans une poubelle pleine d'eau et de le refaire tousser une derni?re fois avant de rompre la cordelette de d?marrage. Dommage.


Sinon on peut aussi signaler que nous avons manqu? de foutre le feu ? l'herbe s?che du jardin en essayant une fus?e de d?tresse p?rim?e. Elle marchait tr?s bien en fait. La lumi?re d?gag?e ?tait si intense qu'il ?tait impossible de la regarder en face.




Et enfin, je reviens sur l'histoire des barbel?s. Le jour o? nous tra?nions ? c?t? de la zone militaire, nous nous sommes arr?t?s ? c?t? des grillages marquant la d?but de la base dans l'eau. L'endroit semblait id?al pour qu'Eug?ne, qui adore l'eau, prenne un petit bain. Antoine le d?posait donc assis ? barboter dans vingt centim?tres d'eau. Eug?ne paraissait bien content et le manifestait comme ? son habitude en gigotant des bras et des jambes. Et d'un seul coup, paf, il se mit ? pleurer ? chaudes larmes. Il venait de se couper le pied sur un morceau de barbel? rouill? abandonn? l? par les militaires. Fichtre, le pauvre, la baignade virait au cauchemar?! J'esp?re qu'il ne restera pas traumatis? ? la suite de ce petit incident?!