Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 30 septembre 2007

The Police


J'?tais hier samedi 29 septembre debout sur la pelouse du Stade De France, entre 2 matchs de rugby, pour le premier concert parisien de The Police. Big show, Sting a toujours l'air en forme et communique sa patate ? la foule enti?re, le guitariste Andy Summers a pris un peu de bedaine depuis les ann?es 80 mais il assure grave aussi, et le batteur Stewart Copeland au look inimitable fait bonne d?monstration du talent qui lui est unanimement reconnu.

On ne conna?t pas forc?ment toutes les chansons, surtout lorsqu'on n'a pas r?vis? la discographie du groupe comme moi ! Ceci ?tant, ils ont ?crit tellement de tubes que toutes les 2 ou 3 chansons, ils relancent la machine avec un de leurs morceaux phares ! On a au final absolument aucun mal ? participer ? la f?te !

Je me souviens tr?s bien que le premier CD que je me suis achet? avec mes propres sous ? 14 ans ?tait un double CD live (dont le titre ?tait justement "Live!") de Police. Donc ?a le fait carr?ment de les voir en vrai sur sc?ne 12 ans apr?s cet achat. Et il y a un an, je m'?tais achet? un CD live de Louis Bertignac dans lequel j'adorais sa reprise de "So Lonely"... l? encore, j'avoue que d'entendre l'original hier soir avait une saveur toute particuli?re (et ?videmment meilleure) !

Allez une petite vid?o pour la route, le titre par lequel a d?but? le concert : "Message in a bottle".


Set list du concert du 29/09/2007:
Message in a bottle
Synchronicity II
Walking on the moon
Voices inside my head
When the world is running down
Don't stand so close to me
Driven to tears
Truth hits everybody
Hole in my life
Every little thing she does is magic
Wrapped around your finger
De do do do De da da da
Invisible sun
Walking in your footsteps
Can't stand losing you
Roxanne
King of pain
So lonely
Every breath you take
Next to you (avec Henry Padovani)

jeudi 27 septembre 2007

Hey dog!



Do I look like I am negotiating?

Ouais le samedi apr?s-midi j'aime jouer au ballon cinq minutes avec le chien.

dimanche 16 septembre 2007

Coop?ration polici?re

Hier sur l'esplanade des Invalides, les bleus avaient d?gain? leurs jumelles. Trois chinois passaient par l?, l'un d'eux ?tait francophone et pouvait assurer la traduction. Il s'agissait en fait de policiers chinois en vacances en Europe. Tr?s intrigu?s par le mat?riel de la police fran?aise, ils demand?rent au flic fran?ais si c'?tait possible d'y jeter un oeil d'un peu plus pr?s. Sympa, le flic fran?ais les laissa essayer les jumelles. La police fran?aise se croyait ? l'abri... ? tort ! La police chinoise vient jusqu'? Paris pour distraire nos agents et qui sait, ? terme, peut-?tre lui piquera-t-elle aussi son m?tier !


Sueurs froides

Hier apr?s-midi, j'?tais ? v?lo place de la Concorde en direction du D?cathlon place de la Madeleine lorsque Flo m'appelle. Il ?tait au minist?re de la Justice face ? Rachida Dati qui signait des autographes aux visiteurs participant aux Journ?es du Patrimoine ! Nous prenions rendez-vous 20 minutes plus tard au 13 rue Cambon pour p?n?trer ? la Cour des Comptes.


A l'entr?e, c'est Vittel ou caf? pour tout le monde ! Youpi l'Etat sait recevoir. Et nous commen??mes notre visite de cette institution d'audit de l'Etat. En v?rit?, nous ?tions venus chercher ? nous faire peur en prenant conscience du train de vie de cet organe ?mettant des rapports dont tout le monde semble se foutre royalement. Du centre de la cour d'honneur, les yeux riv?s sur les fa?ades int?rieures blanchies, d?j? j'ai le vertige. Cette belle institution ?met des critiques et pr?sente ses recommandations... mais sans r?el de pouvoir de sanction, qui cela effraie-t-il de passer outre ces recommandations ? Il faudrait la muscler cette Cour des Comptes et lui donner les moyens de redresser de force les vilains petits canards publics boiteux, sans quoi sa mission est vaine.

Comme dans toute institution, on sent que les hommes l'incarnant se font un devoir d'accompagner et de transmettre les symboles qu'elle repr?sente. Tr?s honn?tement, et vous n'aurez pas de mal ? me croire, pour un organe de contr?le des d?penses de l'Etat... la Cour des Comptes ne renvoie pas vraiment l'image d'une institution comptable aust?re. Nous ?tions tout simplement atterr?s de voir comment des centaines de milliers d'euros sont d?pens?s pour entretenir la simple "image" de la Cour. J'ouvrais alors la petite brochure que l'on m'avait remise ? l'entr?e et lisait le chapitre "Droits et Devoirs" des membres de la Cour des Comptes : "L'inamovibilit? est reconnue aux membres de la Cour", un emploi ? vie donc... ils ont "l'obligation de pr?ter serment avant d'exercer leurs fonctions" et "sont soumis ? un code de d?ontologie visant ? garantir leur impartialit?"... ah oui quand m?me, dur comme devoir... !

Je ne conteste pas que le Premier Pr?sident, son Secr?taire G?n?ral, le Procureur G?n?ral, etc, puissent avoir besoin d'un beau bureau au centre de Paris, fusse-t-il d'une hauteur de 6 m?tres sous plafond et toiles de ma?tres accroch?s au mur... Passons, l? n'est pas le probl?me. Mais entretenir dans ce m?me b?timent une Grand'Chambre (ressemblant ? une Chambre de Tribunal) servant seulement quelques fois par an pour que les bizuths pr?tent serment et que les vieux puissent se montrer dans leur d?guisement de magistrat... est-ce bien n?cessaire ? Et l'entretien de la biblioth?que attenante ? Et je ne ferai pas de commentaires sur le Cercle des Magistrats... La Cour des Comptes ne pourrait-elle pas plut?t se s?parer de la moiti? de ses locaux de la rue Cambon et louer une salle au minist?re des Finances pour effectuer ses petites c?r?monies rituelles ?

Sur le mur du fond de la Grand'Chambre ?tait grav? dans le marbre l'article XV de la D?claration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 : "La Soci?t? a le droit de demander compte ? tout Agent public de son administration". Nous regrettions de ne pas plut?t lire : "Tout Agent public a le devoir de rendre compte ? la Soci?t?." Parce que formul? comme ?a l'est, ?a n'engage pas ? grand chose. On a le droit de demander, soit, c'est un commencement, mais lui n'a pas le devoir de nous r?pondre visiblement.

Plus loin, au d?tour d'un couloir, nous frisions la syncope. Une passerelle relie le b?timent principal ? l'immeuble voisin servant ? entreposer les archives de la Cour. Un immeuble entier de rayonnages remplis de liasses de papiers en plein 1er arrondissement de Paris. Rapport des comptes du lyc?e fran?ais de Rabat, rapport des comptes de l'institut franco-culturel du Caire, etc. Ce sont s?rement des archives tr?s fr?quemment consult?es bien s?r, pour que l'on puisse justifier de les entreposer ici ? deux pas du bureau du Pr?sident de la Cour... une h?r?sie. Pour faire plaisir aux d?fenseurs de la d?centralisation de l'Etat, ?a ne devrait pas ?tre trop compliqu?, ni trop handicapant pour le bon fonctionnement de l'institution, de trouver un immeuble vacant en province pour accueillir ces tonnes de papiers.

La Cour des Comptes s'auto-auditera-t-elle un jour ? Diable non ! Elle serait forc?e de se tirer une balle dans le pied !

En sortant du b?timent, nous d?cidions alors sur notre lanc?e de p?n?trer un autre si?ge comptant parmi ce que compte de plus sombre l'administration de notre pays : celui de la Banque de France. Alors l?, pr?parez-vous au pire ! Nous atteignons le comble de l'aberration. Je vous pose une simple question : Selon vous, quelle infrastructure serait utile ? notre beau pays pour g?rer sa monnaie, le Franc ? Attention, r?fl?chissez bien car il y a un pi?ge ! lol, r?ponse en image.


Aux yeux de notre pays, voici donc le si?ge de l'infrastructure institutionnelle n?cessaire ? la gestion de la monnaie.


Je suis trop las pour vous conter en d?tails tout ce que le si?ge de la Banque de France renferme d'ind?cent. En haut du grand escalier d'honneur, voil? ce sur quoi on tombe.



On se croirait ? Versailles ! Voici ? pr?sent le si?ge de Monsieur le Gouverneur, o? est d?cid? l'avenir du taux d'int?r?t directeur du Franc Fran?ais bien s?r.


On nous apprenait plus loin que la Banque de France poss?de des succursales dans chaque d?partement fran?ais... Etre agent de la Banque en Nouvelle-Cal?donie, voil? une position enviable !

A mon retour ? la maison, d?pit?, quelques petites recherches sur Google me permettaient d'approfondir mon malaise. En vrac : Rapport d'un scandale public : comparaison de la Banque de France et de la Banque d'Angleterre. Pour information, sachez que la Banque de France comptait encore 13972 employ?s en d?cembre 2005. Et enfin, mon rapport pr?f?r? (!), celui o? le chien se mort la queue, j'ai nomm? : Le rapport de la Cour des Comptes sur la Banque de France ! O? "Un rapport pour rien" comme le dit si justement le sous-titre. J'aurai eu envie d'y ajouter "Un ?ni?me rapport pour rien". Ce n'est pas tr?s long ? lire, je vous conseille de prendre 3 minutes pour le parcourir. On y apprend que la Banque distribue les logements de fonction par centaines, que les activit?s de la Banque font doublon avec celles de l'INSEE, que le r?gime des retraites des employ?s de la Banque est encore plus avantageux que dans le reste de la fonction publique, etc. Et enfin, ressentez un dernier haut-le-coeur en voyant comment le Gouverneur de la Banque avait balay?, ? l'?poque, d'un revers de manche d?daigneux ce rapport de la Cour des Comptes.

Pour nous remettre de toutes ces ?motions, nous tapions ensuite une petite ballade jusqu'aux Invalides. Nous avons crois? F.Mitterand en chemin, il s'engouffrait dans l'immeuble faisant le coin de la rue de l'Universit? et de la rue Aristide Briand. Et au moment o? j'?cris cet article, Flo profite de ce dimanche, o? le patrimoine national est encore ouvert au public, pour aller se faire d'autres frayeurs en visitant le Conseil Economique et Social ! Je viens de recevoir un texto de sa part m'indiquant que le fonctionnement de cet organe co?te 35 millions d'euros par an ? l'Etat, un tiers de cette somme ?tant allou? ? l'entretien du b?timent. Je pourrai m'interroger longuement sur le r?le d'un organe consultatif comme le Conseil Economique et Social mais j'ai plut?t envie d'opposer un "No comment" bien que ceci n'apaise en rien la conscience du contribuable.

jeudi 6 septembre 2007

Reconstitution


"Il se bat pour la paix"

Vu ce soir sur un des piliers ? la sortie du Jardin Atlantique, au-dessus de la gare Montparnasse, c?t? boulevard Pasteur... Tentative de come back, oeuvre d'un nostalgique ou simple hommage ? C'est intriguant.