Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 21 octobre 2006

Delirium Room 2

Thanks to the Foo Fighters (album "One by one" - titre "Halo").



vendredi 6 octobre 2006

Gotan Project



C??tait canon. J?ai eu peur que ce soit un peu court lorsqu?ils se sont arr?t?s de jouer au bout d?une heure, en remerciant les gens une premi?re fois. Mais sous l?enthousiasme du public, ils revenaient pour 35 minutes suppl?mentaires. L?alliage du tango et de la musique ?lectronique est d?cid?ment somptueux.

En d?but de concert, la premi?re partie ?tait assur?e par David Walters, qui m?est compl?tement inconnu? et ? vrai dire, de la premi?re partie je n?ai vu que les 2 derni?res minutes donc je ne sais toujours pas si David Walters fait de la musique que j?aime.

Dans la foul?e, Gustavo Beytelmann, pianiste argentin install? depuis des ann?es ? Paris, jouait seul quelques airs de tango traditionnels. Magnifique !

Puis le groupe se mettait en place sur une sc?ne ?pur?e toute blanche. Le piano ? gauche ?tait recouvert d?un drap blanc. Derri?re le piano, sur une petite estrade prenaient place un violoncelliste et trois violonistes. Au premier plan, au centre de la sc?ne, se trouvaient le joueur de bandon?on et la chanteuse. Toujours au premier plan, ? droite de la sc?ne, se tenait le guitariste Eduardo Makaroff. Au-dessus de lui, juch?s sur un podium blanc, Philippe Cohen Solal et Christoph H M?ller ?taient aux platines. Les hommes ?taient tous en costume blanc trois pi?ces, cravate et pochette rouges, les femmes en longue robe blanche.

Tout ceci ?tait tr?s esth?tique ! Cette sc?ne s?admirait comme on regarde un tableau au mus?e. Le joueur de bandon?on, un pied sur un tabouret, instrument pos? sur le genou, et le guitariste, restaient bien guind?s dans leurs costumes, dans des poses pleines de fiert? argentine ! Seuls les deux hommes aux platines ?taient ? fond, battant le tempo de tout leur corps. C?est d?ailleurs paradoxal de voir que ce sont ceux qui sont derri?re un ordinateur et une platine qui sont finalement les plus d?cha?n?s. C?est que ?a doit galvaniser d?envoyer le beat ! Bien plus que d?avoir ? poser des lignes de bandon?on m?lancoliques ou des phras?s pianistiques enfi?vr?s, m?me si ce qui en r?sulte est aussi envo?tant.

Au fond, un grand ?cran blanc, aussi grand que le rideau de l?Olympia, recevait la vid?o : sc?nes nocturnes de Buenos Aires, courses hippiques, danseurs de tango, musiciens ou chanteurs locaux qui pr?tent leurs voix sur certains morceaux du dernier album Lun?tico.

Lors du rappel, Cohen Solal s?adressait davantage ? la salle, et faisait revenir Gustavo Beytelmann et David Walters pour un long morceau tout aussi excellent que tout le reste. Et le concert se refermait sur un sample disco (? money money money ? d?ABBA je crois) richement habill? d?accords argentins bien s?r !

Deux MP3 en bonus. Le premier ? un morceau jou? pendant le concert. Le deuxi?me ? la pr?sentation des musiciens.