Je suis all? voir Vincent Delerm ? La Cigale ce vendredi soir. Le roi du name-dropping a r?ussi a enjouer le public par le set de chansons de son nouvel album "Les Piq?res d'Araign?es", nettement moins glauquissimes que tout ce qui pr?c?de dans sa discographie. Exit m?me l'ensemble piano-voix unique des d?buts, 5 musiciens assurent ? pr?sent sur sc?ne avec lui l'orchestration joyeuse des nouveaux titres. Il s'adresse beaucoup au public, fait quelques petites blagues. Exemple : durant le spectacle, apr?s avoir jou? une chanson un peu plus triste que les autres, il d?cr?te qu'il faut r?tablir une ambiance heureuse et il tente pour cela de coller son public au jeu des devinettes. Il expose ?galement sa th?orie sur les chansons "dingues", "chouettes" et "ni dingues ni chouettes (donc pourries)". Plus tard, il va chercher en coulisses un ?cran pour projeter des diapositives, revient sur sc?ne le d?rouler, et commence la projection "La prochaine chanson est une chanson / que j'ai interpret? sur sc?ne des centaines de fois. / J'en suis sao?l? / alors si vous pouviez la chanter ? ma place / ce serait cool." Les musiciens d?marrent sans lui, et le public s'ex?cute et chante la chanson de A ? Z. Delerm reprendra quand m?me les derniers couplets avec la salle. J'ai eu l'impression, et on m'a d'ailleurs confirm? ensuite, qu'il s'amuse ? changer les paroles de quelques couplets. Cela redonne une petite jeunesse aux chansons qu'on a beaucoup entendu, c'est sympa.

Voici deux extraits sonores (MP3) du concert : Quatri?me de couverture (53 secondes, 524 Ko) et ma chanson quasi-pr?f?r?e sur le dernier album Marine (1 minute 11 secondes, 708 Ko)


Le spectacle commen?a par la projection d'un film de vacances de Delerm sur un grand drap blanc tendu entre deux poteaux au devant de la sc?ne. Au milieu de ce petit film qui dure environ cinq minutes, et sans que nous les ayons vus arriver bien s?r, les musiciens d?marraient. Un simple projecteur braqu? sur la t?te de Delerm derri?re son piano nous permettait de l'apercevoir au travers du drap. Et puis le drap est tomb? ? terre et c'en ?tait parti pour deux belles heures de concert. Sur la fin, nous avons quand m?me eu le droit ? quelques fondamentaux, lui seul ? son piano avec : Fanny Ardant et moi, Le baiser Modiano, les filles de 1976 ont 30 ans, Le monologue shakespearien... et le concert s'est achev? sur "Chatenay Malabry". Un tr?s bon moment en somme.