Le lendemain de mon arriv?e nocturne, c'en ?tait parti pour les d?couvertes suivant ? moiti? le parcours classique du touriste de passage et ne r?pondant qu'? mes propres envies pour l'autre moiti?.



J?ai commenc? par traverser les quartiers de la gare, Marounouchi et Otemachi pour me rendre au jardin jouxtant la Cit? Imp?riale au Nord-Est. Le parc Higashi-Gyoen, c?est son nom, est retranch? derri?re des douves et des remparts. Il s?agit en fait du terrain de l?ancien ch?teau fort du temps o? la ville s?appelait Edo. De ce ch?teau, il ne reste malheureusement rien d?autre qu?un grand terrain gazonn? et une base de donjon. Bien mais pas top, il aura fallu que je pers?v?re jusqu?au jardin Ninomaru, toujours ? l?int?rieur de la m?me enceinte, pour trouver des inspirations de Japon plus traditionnels?: une maison de th? sur petits pilotis, un ?tang, un agencement de cailloux et d?arbres savamment travaill?s.


Le parc Higashi-Gyoen / Un pavillon de musique construit dans les ann?es 60 pour l'anniversaire de l'imp?ratrice / Un camelia


Une maison de th? / Les arbres du jardin Ninomaru / Les douves


J?allais ensuite vers la Gare pour acheter mon billet de train pour Kyoto, 3 jours plus tard. D?s que j?eus r?ussi ? localiser la bonne machine automatique, ce fut assez simple puisqu?on pouvait faire appel aux menus en anglais. Mon billet de train en poche, je souhaitais poursuivre la journ?e dans le quartier d?Ueno. Pour s?y rendre, le m?tro semblait le moyen le plus simple? simple oui, d?s lors que l?on en a saisi les subtilit?s. J?achetais un billet ? une autre borne automatique, apr?s avoir longuement m?dit? sur un plan du r?seau en japonais. Sur ces plans, affich?s au-dessus des dsitributeurs de titres de transport, figurent beaucoup d?informations?: le nom de chaque ligne, la couleur de chaque ligne, la lettre symbolisant chaque ligne, le num?ro de chaque station sur chaque ligne, les tarifs adulte et enfant pour se rendre de la station depuis laquelle on observe le plan jusqu?? la station vis?e. ?a para?t parfait toute cette information comme ?a mais en fait la tendance est plut?t ? la noyade.



Je savais que je voulais me rendre ? Ueno, station 16 de la ligne G, soit la Ginza Line, ligne jaune orang?, et qu?il m?en co?terait un peu plus d?une centaine de Yens. Je savais tout cela donc et je me suis achet? le billet correspondant, tout du moins le croyais-je. Mon billet en poche, j?ai d?ploy? tous les efforts possibles pour trouver la bonne entr?e souterraine. Je cherchais co?te que co?te ? plonger sous la surface pour aller chercher, via les couloirs de correspondance de Tokyo Station, la station Kyobashi et cette foutue ligne G. Et ? chaque essai, le portillon automatique se refermait violemment sur moi en me disant?: ??Tu n?as pas le droit de passer par l?.?? La ville me rejetait. Pourtant, je l?appr?ciais d?j? mais elle ne semblait pas vouloir m?accueillir. J?aime autant vous dire que j??tais triste ? ce moment pr?cis. Et puis ? force de pers?v?rance, et avec la furieuse envie d?utiliser mon ticket avant tout, je finis par trouver la solution au bout de 50 minutes?: il ne fallait pas plonger sur terre mais s??lever dans les airs. On mettra ?a sur le compte de la fatigue passag?re? Mon ticket ne donnait pas acc?s au r?seau Tokyo Metro mais au r?seau JR Tokyo. Les trains ne roulaient pas sous terre mais en a?rien, ? l?air libre. Cette subtilit? comprise, tout se passa par la suite pour le mieux. N?importe quelle station comportant une correspondance faisant la taille de Ch?telet ? Les Halles, il est n?cessaire de mobiliser toute son attention pour ne pas louper les panneaux indicateurs, mais ? part ?a, on peut dire avec soulagement que ?a va.



Dans le quartier d?Ueno, il y la l?Ueno Park o? je me suis arr?t? visiter le Tokyo National Musem (ou TNM, pour frimer). Le b?timent abritant l?Art Japonais n?est pas mal de lui-m?me. On y voit des peintures, de la calligraphie, des tenues de samoura?s, des v?tements anciens, quelques objets issus de fouilles arch?ologiques?


Le Tokyo National Museum / A l'int?rieur / Le jardin ? l'arri?re


En sortant de l?, je me suis rendu ? pied dans le quartier d?Asakusa. Cela m?a donn? l?occasion de voir les petites rues o? les gens vivent. A Asakusa, l?attraction principale est le temple Senso-Ji. C?est beau, c?est grand, les murs de lanternes collent tout ? fait ? ce qu?on peut avoir en t?te avant de venir. De m?me que les petits papiers nou?s, contenant quelques souhaits, pri?res ou v?ux. En poursuivant mon chemin, je suis arriv? au bord de la rivi?re Sumida, o? se trouve le fameux immeuble dessin? par Starck?: la flamme dor?e et la chope de bi?re.


En marchant d'Ueno ? Asakusa...



Senso-ji


L'immeuble dessin? par Starck ? Asakusa.


La nuit tombait d?j?, je reprenais le m?tro pour Shibuya, ? l?autre bout de la ville. Shibuya est LE quartier o? la jeunesse Tokyo?te se retrouve pour sortir. Le voisinage est tr?s anim?, c?est fait de grands magasins sur les avenues, de restaurants et d?autres petites boutiques dans les petites rues, il y a du monde absolument partout. Pour preuve, jetez un oeil aux vid?os qui suivent. La place principale peut faire penser ? Times Square tant il y a de panneaux lumineux. Pour ma part, j?ai marqu? une bonne halte chez Tower Records avant de me ballader dans le quartier. Et pour ne rien vous cacher, j?y ai m?me achet? le dernier album de ??Belle and Sebastian??. Voil? un d?tail encore rudement int?ressant?j?esp?re que la lecture de ce billet n'aura pas ?t? trop douloureuse !





Et nous terminons par une vid?o pleine de l'ambiance nocturne animant Shibuya.