C'est ici, c'est la rentr?e, c'est comme ?a chaque ann?e et chaque ann?e ?a fait un petit peu chier quand m?me. Non pas que nous n'ayons pas eu suffisamment de vacances, non. C'est plut?t que nous ne sommes pas encore pr?ts ? revoir des jours d'automne s'assombrissant d?s 18 heures o? les rues sont pleines de gens habill?s comme en hiver.

Hier il pleuvait sur la ville, cela scellait mon envie de d?clarer "catastrophe nationale" le climat de ce mois d'Ao?t 2006. Et encore je ne suis pas de ceux qui auront eu ? l'?prouver le plus. Aujourd'hui le ciel s'est maintenu clair mais les signes ne trompent pas. Les ?tudiants ont tous r?int?gr?s leur chambre de bonne pour pr?parer une rentr?e universitaire pourtant encore lointaine. Les ?coliers sont tous l? ?galement, ? jouer dans les squares, innocemment. Pourtant ils n'ont qu'une chose en t?te, l'affreuse rentr?e des classes qui aura pour effet de les r?enfermer 6 ? 8 heures par jour d?s lundi prochain. Les commer?ants finissent de polir leurs ?tales, afin de se mettre en rang d'attaque face ? une saison durant laquelle ils essaieront de faire croire ? la m?nag?re que son pouvoir d'achat se maintient.

A en croire Monsieur Pujadas, de ce mercredi 30 ao?t dans le texte de son 13 heures, les commer?ants sont de pi?tres illusionnistes. Alors que l'INSEE calcule un indice des prix ? la consommation en hausse de 2% et quelques poussi?res, le micro-trottoir r?alis? en r?action ? cette annonce est formel ! Les m?nag?res interrog?es ont toutes le sentiment que l'?picier s'est de nouveau bien rinc? sur leur dos au cours des semaines pass?es. Quelques unes d'entre elles iront m?me jusqu'? ?valuer l'augmentation des prix ? 10%. Changez donc d'?picerie madame. Et puis une voix isol?e tranche, ? la fin de ce sujet ?minemment int?ressant, et cl?ture le d?bat en refoutant tout ?a sur le dos "? l'Euro". Un mec ? qui visiblement on ne le fait pas est cat?gorique : "De toute fa?on, depuis le passage ? l'Euro, tout ne fait rien qu'? augmenter." Et oui mon bon Monsieur, c'est vrai qu'avant les prix en francs avaient tendance ? se tasser, c'est bien connu comme ph?nom?ne ?conomique...

Pour penser ? autre chose en cette fin ao?t 2006, il suffisait de se r?fugier chez l'ami J-P Pernaut, animant une fois encore son 13 heures avec un grand sourire, et sortant de sa hotte des sujets tous plus consternants les uns que les autres. D?j? j'esquissais une moue lorsqu'? 13h00mn12s, Jean-Pierre ouvrait son journal par un point sur la m?t?o nationale. C'est vrai que c'est hyper important et que moi-m?me, je n'ai pas pu r?sister ? la tentation de vous en toucher un mot au d?but de ce billet pour tenter de trouver une explication au fait que la rentr?e est une p?riode un peu plus chiante que les vacances. Mais bon, mon petit billet n'est pas le 13 heures ! Admettons... c'est une formule, c'est un concept, Jean-Pierre en a d?pos? le principe, il aime ouvrir son journal ? lui en parlant du ciel... alors qu'Evelyne vienne de nous en toucher un mot une ou deux minutes avant le 13 heures en question. Ceci ?tant, j'admets, c'est vrai, il y a des gens qui peuvent l'avoir loup? car 13 heures ce n'est pas 12h58, et qu'? 12h58 la t?l? ?tait encore ?teinte, et que du coup ils n'ont pas vu Evelyne. Bon admettons... la s?quence m?t?o passe. Tout le monde est rassur?, Jean-Pierre annon?ait ? une France un peu sur les nerfs de se prendre des paquets de flotte sur la gueule alors qu'il devrait faire 25?C ? l'aise partout, qu'on pouvait se r?jouir, que les nuages se dissipaient et que les temp?ratures remonteraient un peu sur la fin de la semaine. Bien.

Mais alors ce qui suivit me plongea dans un ab?me de perplexit?... le second sujet du 13 heures de TF1... apr?s la m?t?o... la situation de la population au Liban ? non. Le point sur le d?ploiement de la FINUL ? non. Les critiques adress?es ? Bush par les citoyens US ? l'occasion de l'anniversaire du passage de l'ouragan Katrina ? non. Le dernier discours de Sarkozy ? non. La composition de l'?tat-major de campagne officieux de S?gol?ne ? non. Tenons-nous bien, car je crois encore avoir r?v? face ? ce que j'ai vu. Jean-Pierre annon?ait, avec le sourire toujours, ? 13h01mn45s : "Et nous plongeons du c?t? de Tours en Indre et Loire ? l'occasion d'une belle histoire entre 2 jeunes gens...". Mais qu'est-ce-qu'il dit ??? Mais, Tours n'est pas ? l'international. Mais il s'est tromp? dans ses fiches ou quoi ? Il commence par la fin du journal ? Attention Jean-Pierre tu d?rapes ! Non, non et non. Le t?l?spectateur a ?t? oblig? de se l'enquiller de A ? Z ce sujet consternant. Tenons-nous bien disais-je donc, car il s'agit de l'histoire d'un brave gars, qui sait que sa fianc? est une accroc de la rubrique carnet paraissant tous les mardis dans son quotidien local. Et de retour de vacances, voil? ti pas qu'il eut l'id?e - romanesque / originale / sympathique / clich? / bidon / ? 2 balles - (rayez les mentions inutiles) - de passer une annonce, dans cette m?me rubrique carnet qui passionne tant sa promise, pour la demander en mariage. Je vous laisse ? pr?sent m?diter quelques secondes sur l'importance qu'il est bon d'attribuer ? une nouvelle de cette ampleur sur le plan national...

Moi j'ai rien contre ce gars, c'est une tr?s bonne nouvelle qu'il se soit d?cid? ? demander en mariage son amie qui semblait d'ailleurs ravie et qui a r?pondu illico un "oui" franc et massif ? la requ?te adress?e. Faut se mette ? leur place, des journalistes vous appellent un matin et vous disent : "Bonjour c'est monsieur Untel de TF1, on a relev? dans le journal ce matin la demande de mariage que vous avez faite, on aimerait faire un reportage sur vous." Tout le monde ayant droit dans la vie ? son quart d'heure de gloire, il est bien naturel qu'il accepte le gars, je vois m?me le coup que ce brave type ne se pose que tr?s peu de temps la question de la r?elle utilit? sociale d'exhiber dans un m?dia revendiquant une audience importante un moment privil?gi? de sa vie personnelle. En plus, il ?tait surement loin d'imaginer que Jean-Pierre calerait son sujet en position number two de sa grand messe. Le mec dit oui donc. Les journalistes arrivent, non sans avoir d?coup? l'annonce en question qu'ils filmeront en gros plan pour illustrer le reportage. Nous avons alors le droit ? l'interview de l'heureuse demoiselle, de l'heureux bonhomme, ils iront m?me jusqu'? refilmer la d?pose de son annonce au bureau des petites annonces du quotidien local... avec en guest, une assistante qui lui conseille vivement de mettre la photo de sa fianc? dans un coeur ? c?t? du texte (version po?me) qu'il a ?crit. Magie de la reconstitution, ? ce moment l?, le t?l?spectateur que j'?tais, se balladait d?j? loin dans un nuage d'interrogations m?taphysiques allant de "Mais qu'est ce que cette merde qu'on me projette dans les yeux ?" ? "Et ?a, c'est le journal le plus regard? de France ?"... Fascinant et d?routant comme exp?rience. A 13h04mn55s, j'?teignais ma t?l?vision en ?tat de choc.

Je la rallumais 20 minutes plus tard pour suivre la fin du journal de David sur France2. Lui faisait un relatif bon usage du denier public en me confortant scientifiquement dans une id?e qui m'est ch?re : "Selon les sp?cialistes de M?t?o France, le mois d'Ao?t 2006 aura ?t? le mois d'Ao?t le plus froid depuis 20 ans"... Au nom de l'information, merci David, toi encore tu laisses un semblant de structure et de hi?rarchie coh?rente dans le fil des nouvelles non passionnantes de ce mercredi 30 ao?t.


Epilogue de la journ?e : Ce soir, je marchais tranquillement sur un trottoir lorsque j'entends dans mon dos un bruit de scooter s'approchant rapidement accompagn? de coups de klaxon. Je me d?porte sur un c?t? du trottoir, manque de bol, je me suis d?port? sur le c?t? o? le mec avait d?cid? de rouler... il pile. Et commence bien s?r limite ? m'engueuler : "Non mais t'es sourd ou quoi ????" qu'il me dit. Marrant, fascinant m?me. N'en croyant pas mes oreilles face au d?calage manifeste de la situation - lui sur son scooter sur le trottoir, tr?s clairement compl?tement dans son tort, en train de m'engueuler, moi brave et honn?te pi?ton int?gre - je me mis ? rire. Mais visiblement l'affreux connard sous mes yeux souhaitait vraiment s'assurer de l'?tat de mon appareil auditif et r?it?rait sa question sur un ton des plus virulents ! "Oh alors !! T'es sourd !!!!???". Moi : "Non non je ne suis pas sourd." Ceci lui suffit et il s'en alla. Les cons sont l? ?galement. Tout est en ordre pour une vraie belle rentr?e comme on les aime !