Antoine Online

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 22 mai 2007

Merci pour elle...

Je viens de lire dans un article que c'est aujourd'hui, mardi 22 mai, que le conseil d'administration de TF1 nommait un nouveau directeur g?n?ral de la cha?ne pour succ?der ? Patrick Le Lay. Etienne Mougeotte, quant ? lui, devrait quitter ses fonctions d'ici la rentr?e en septembre. Voil? un gros fragment de l'exception culturelle fran?aise qui s'en va ! J'imagine qu'elle ne s'en portera pas moins bien.

mardi 15 mai 2007

Le premier sourire

J?ouvre un ?il dans un sursaut trop matinal. De ma fen?tre donnant sur la cour de l?immeuble, je vois que le jour se l?ve. Ai-je rat? la sonnerie du r?veil ? Serait-il d?j? 10 heures ? Suis-je en retard ? Je me penche sur le bord du lit pour lire l?heure sur mon r?veil. 6h42. Plus que 3 minutes de repos avant le rush quotidien. Je referme les yeux.

Et c?est parti.

La sonnerie du portable retentit, je l??teins en un ?clair. Quelques poign?es de secondes plus tard, la radio se met en marche. Le journaliste qui parle ne m?a pas encore dit trois phrases que je lui envoie une grande baffe pour le faire taire. Encore 20 secondes de silence, et je me l?ve. Le premier. Je suis toujours le premier debout dans cet appartement. Je r?p?te les m?mes gestes dans un ordre immuable chaque matin. Comme si le pilote automatique ?tait enclench?.

Au cours des 50 minutes suivantes peuvent survenir un ou deux accrocs mais gu?re plus. Une bouteille de lait qui n?est pas rang?e ? sa place, passe encore. Quelques v?tements rest?s ? s?cher durant la nuit dans la douche et qu?il faut d?crocher ? la va-vite, ?a se g?re. Le cumul des deux incidents pr?c?dents met aussit?t en p?ril le timing. L?heure estim?e de mon premier pas sur le trottoir en bas est 7h35. Deux incidents successifs et je le sais, il faudra peut-?tre faire une concession sur le soin apport? au rasage. L?apparition d?un ? crash case ? peut aussi enrayer le m?canisme : plus de brioche ? ?taler sous le Nutella ou plus de gel douche, et c?est la journ?e enti?re qui s?en trouvera affect?e.

6h53, le four micro-ondes ?met un long bip. Je bois le contenu du bol en deux ou trois gorg?es. 7h05, j?entre sous la douche. 7h30, sortie de la salle de bain. Retentit alors la sonnerie d?un autre r?veil annon?ant qu?une deuxi?me ?me commence ? ?merger tr?s progressivement. C?est un jalon, je sais alors si je suis dans le bon tempo. 7h34, je finis de nouer mes lacets, j?attrape mon sac, je claque doucement la porte de l?appartement. 7h35, la porte de l?immeuble se referme derri?re moi et toujours pas une parole d?adress?e ? qui que ce soit, simplement le respect du silence.

Je marche sur 150 m?tres, la rue est bien calme. Je croise trois ou quatre personnes marchant silencieusement les yeux riv?s sur le bout de leurs chaussures. Dans le meilleur des cas, les regards se croisent mais les visages sont impassibles. Ne sachant pas de quoi la journ?e sera faite, je suppose que personne n?ose encore se parer d?une humeur pr?cise. J?arrive sur le boulevard. Je traverse la chauss?e, puis le parc de deux roues sous les arbres. J?atteins l?entr?e de la bouche de m?tro. Le premier sourire est l?, le premier mot aussi.

Emmitoufl?e dans sa parka, elle sourit ? tous les passants en leur tendant le journal gratuit du matin. Sa casquette rouge ? Matin plus ? lui donne une v?ritable allure de paperboy. L??change est bref et identique du lundi au vendredi. Elle lance un ? Bonjour ? ?nergique en me tendant le journal. Je r?ponds par un ? Bonjour ? souriant, j?attrape le journal en remerciant. J?ai d?j? amorc? un quart de tour sur la droite en direction des escaliers de la bouche de m?tro lorsqu?elle d?cide de prolonger cet ?change de 4 secondes par un ? Bonne journ?e ! ?. Je suspends mon mouvement et tourne la t?te pour lui dire ? Merci, ? vous aussi. ? et c?est termin?.

D?s le bas de l?escalier, si tant est que plus rien n?attise ma curiosit? dans les environs, je me figure que je nage de nouveau au milieu d?un bassin de personnes au pas press? qui se r?partissent en deux grandes cat?gories : le senior ? l?expression s?rieuse, presque grave, et les autres ? l?expression neutre. Je talonne la personne qui me pr?c?de, j?essaie de la doubler avant l?escalator, j?arrive sur le quai et je prends le m?tro de 7h42. Ou celui de 7h44 les jours de fatigue.

Je me souviens qu?? l?automne dernier, la guerre s?vissait entre les ? gratuits ? que sont M?tro, 20 minutes et Matin Plus. Chacun d?entre eux tentait par tous les moyens de courtiser un lectorat par une d?bauche de moyens un peu plus importante chaque matin. Le lundi, le distributeur de 20 minutes souhaitait une bonne journ?e ? chaque personne lui arrachant un exemplaire. Le lendemain, le staff de Matin Plus contre-attaquait en offrant avec le num?ro du jour un suppl?ment emploi / ?conomie, en plus d??tre courtois. Le mercredi, c?est M?tro qui revenait en course en postant deux personnes ? l?entr?e du m?tro pour redoubler d?amabilit?. Le jeudi, Matin Plus remportait une manche en distribuant des g?teaux avec son journal? Quelques mois plus tard, l?effort est stopp?. En beaucoup d?endroits le ? gratuit ? vous est tendu sans un mot, sans un regard.

Ainsi ce premier sourire est pr?cieux, c?est un des rares, sinon l?unique ?change agr?able avant l?arriv?e au travail. Est-elle seulement consciente que, pour beaucoup de gens, les trois mots ?chang?s avec elle sont les premiers de la journ?e ?